Mephisto

170 votes

  • Le Temps des barbares

    Laurent Obertone

    8/10 Je n'avais jamais lu Laurent Obertone même si j’en avais beaucoup entendu parler (en bien, et en mal !), et en l'ouvrant je me demandais vraiment si ce tome 2 de Guérilla pouvait tenir la route tout seul, comme un grand. Et la réponse est un grand... OUI ! Mais attention, âmes sensibles et cœurs d’artichauts, taillez la route, car on en prend vraiment plein la gueule. Et ce, dès le premier chapitre particulièrement apocalyptique mais qui fait écho à des scènes réelles s'étant déroulé en Syrie, notamment dans la ville de Deir es-Zor. Ce Temps des Barbares se lit comme une suite d'épisodes à suivre, un peu en mode jeu vidéo, ou - pour les amateurs de série – très proche de l’esprit survivaliste des comics et de la série The Walking Dead. Qui survivra à ce chaos ? Qui succombera ? Les "forts" extermineront-ils les "faibles" ?

    07/10/2019 à 17:08 2

  • Le Manufacturier

    Mattias Köping

    10/10 .... ET C'EST COMMENT ?

    Si vous avez lu Les Racines du Mal de Maurice G. Dantec, et si vous vous souvenez de l'écho qu'avait la parution en 1995 de ce polar halluciné et hallucinant, vous devriez être simplement scotché au plafond au fur et à mesure que vous dévorerez les pages de ce Manufacturier. Auteur d'un premier roman, Les Démoniaques, qui étaient déjà un choc, une sorte de relecture de Délivrance (le film) en Normandie, Mattias Köping accroche la barre une vingtaine de barreaux plus hauts avec ce thriller aux ramifications incroyables, qui flirte avec la ligne jaune et puis se décide à passer de l'autre côté, dans un monde vénéneux, dantesque, digne des peintures de Jérome Bosch, où la folie des hommes semble vraiment sans limite. C'est dur, c'est cru, c'est plus noir que noir, mais une fois que vous l'avez commencé, c'est impossible de s'en décrocher. Plus qu'une claque, un tabassage en règle mais que c'est bon.

    05/08/2019 à 18:07 8

  • M, Le bord de l'abîme

    Bernard Minier

    8/10 Inspiré, Bernard Minier fait de la grouillante Hong Kong un quasi personnage, jouant avec les codes des films d’action, notamment ceux du cinéaste Johnnie To (Drugwar, Vengance, Election) ou encore ceux d'Andrew Lau et Alan Mak (Infernal Affairs, Infernal Affairs II, Infernal Affairs III). On sent dans chaque début de chapitre le soin qu'il apporte à retranscrire l'ambiance de la ville, par petites touches, comme pour imprégner le lecteur de l'esprit du lieu. D'ailleurs, l'auteur précise dans les remerciements qu'il a bien séjourné là-bas tout en digérant une masse d'informations impressionnantes concernant les réseaux sociaux, les avancées technologiques et les impacts au niveau social et humain. Résultat, on obtient un roman noir, inquiet, terrifié, s’interrogeant sur l’emprise toujours plus grande du numérique dans nos vies. Le final est juste un peu pompier dans son escalade, convoquant les éléments pour en rajouter dans le spectaculaire

    07/05/2019 à 18:29 4

  • J'irai tuer pour vous

    Henri Loevenbruck

    8/10 En s'inspirant d'une histoire a priori vraie ou du moins vraisemblable, Henri Loevenbruck a effectué un travail minutieux d'enquêteur, recoupant les faits et reconstituant l'histoire du terrorisme en France et au Proche-Orient dans les années 80. Résultat, un livre hybride qui n'est ni un thriller ni un témoignage mais un objet aussi étrange que passionnant à lire (même si le dernier tiers est un peu long, et s'effiloche). On referme ce roman/récit en ayant l'impression d'être un peu plus intelligent et d'avoir suivi l'incroyable destin d'un type pourtant sans grande conviction mais capable de choses, et surtout de sacrifices, que peu d'hommes pourraient supporter. Un livre à découvrir, même s'il faut s'accrocher un peu vu sa longueur

    05/04/2019 à 17:07 6

  • Ce qui ne tue pas

    Rachel Abbott

    7/10 C'est le genre de livre qui n'a l'air de rien. Une écriture assez plate, des protagonistes qui paraissent sans grande épaisseur, et puis au fur et à mesure des pages, Rachel Abbott injecte par petites touches de l'étrange, de l'incongru dans le quotidien. Là, la mention d'un enfant emporté par l'océan des années plus tôt. Et puis, plus loin, un procès qui dérape, le témoignage d'une femme fouettée par jeu par un homme... Machiavélique, Rachel Abbott bâtit une subtile intrigue dans l'esprit d'un Harlan Coben ou d'un Douglas Kennedy, des histoires où l’horreur n’est jamais très loin de la « normalité. » Une jolie découverte que ce thriller domestique.

    05/04/2019 à 09:02 5

  • Surface

    Olivier Norek

    8/10 Avec une nouvelle héroïne terriblement attachante, Olivier Norek s'invente un personnage complexe, ambigu, traversé par des conflits affectant jusqu'à sa personnalité, son identité profonde. Qui est-elle ? Est-ce que l'ancienne Noémie a survécu l'opération ? Mais l'auteur évite soigneusement d'en faire des tonnes sur le sujet, et se lance dans une intrigue assez inattendue où tout se retrouve marqué par la dualité : ville contre campagne, présent contre passé, etc. Une histoire qui prend son temps pour se déployer après une longue introduction autour du personnage principal, avant de prendre de la vitesse en mode thriller. Un polar fluide, dense, et surtout profondément humain. Une vraie réussite.

    26/03/2019 à 17:27 12

  • Programme D-X

    David Khara

    7/10 L’auteur, le Breton David S. Khara, ré-active son personnage fétiche, un anti 007 au physique de brute. Ca dérouille pas mal, avec en arrière-plan des questionnements sur l'Humanité et ses travers mais sans assommer le lecteur. Comme d'habitude, les personnages sont très travaillés, en l'occurence un duo de flics américains assez inattendu. Un thriller tendu, efficace, porté par un humour très second degré. Un regret quand même, l'intrigue se finit sans se finir et oblige à attendre la suite.

    05/03/2019 à 09:37 2

  • Corruption

    Don Winslow

    7/10 … ET C’EST COMMENT ?

    Si le thème (des flics corrompus) n’est pas de première fraîcheur, le new yorkais Don Winslow s’est plongé dans cette histoire comme si c’était un miroir tendu à la sienne. C’est moins ample que La Griffe du Chien ou sa suite, Cartel, beaucoup plus cartographié (on sent New York qui suinte à chaque coin de page), mais très senti, ressenti… Don y utilise une langue différente, s’amuse à avancer en crabe, ne cherchant pas tant que l’efficacité qu’à plonger le lecteur dans la confusion qui commence peu à peu à ronger Denny, l’homme le plus solide de Manhattan North. Au fur et à mesure que l’intrigue avance, on assiste à l’effondrement de son monde, et pourtant il réussit à rester debout, touché par mille coups, mais toujours droit. Un roman fleuve qui m’a évoqué dans un registre assez proche deux des plus récents du britannique R.J. Ellory (Les Anges de New York, Un Cœur Sombre), ce qui m’a un peu dérangé dans ma lecture avec cette impression de déjà-vu persistante. Pourtant, aucun plagiat, juste des histoires qui se ressemblent. En résumé, un très bon bouquin, solide, sombre, mais pas le (tout) meilleur de Don Winslow…

    03/03/2019 à 02:56 5

  • Trois secondes

    Börge Hellström, Anders Roslund

    1/10 … ET C’EST COMMENT ?

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas laissé tomber un livre sans aucune envie de le reprendre. Pourtant, j’y allais confiant sur les recommandations d’un ami (le pauvre, je le maudis… Trois secondes !), mais passé plus de 300 pages sur près de 600, toujours rien… Je ne comprends pas l’intrigue, ni qui est le héros, ni quel est vraiment son but. Je pensais lire une sorte de nouveau Millénium (c’est comme ça qu’on me l’avait vendu), et je tombe sur une sorte de polar d’espionnage interminable où il est question d’infiltration de réseaux mafieux, mais surtout de protection des sources… Sauf que : pffffffft ! C’est chiant, chiant, chiant. Voilà ce que m’inspire ce bouquin. A fuir…

    03/03/2019 à 02:55 5

  • Les Diables de Cardona

    Matthew Carr

    7/10 Un solide polar historique qui prend son temps, trop parfois. Comme son personnage principal qui erre d'un côté à l'autre de ce territoire. Extrêmement bien documenté, cette enquête ou plutôt cette reconstitution se laisse lire mais n'accroche jamais vraiment. Pourtant, c'est bien écrit mais il manque un rythme, une petite musique qui donne envie de se plonger dans cette époque. On reste étranger aux enjeux de cette histoire.

    20/08/2018 à 17:59 3

  • Sauvez-moi

    Jacques Expert

    9/10 Neuvième roman pour Jacques Expert, et son inspiration ne tarit pas. Sur une histoire apriori "sans histoire", l'ancien journaliste de faits divers tisse un passionnant puzzle qui jusqu’au bout vous surprendra. Pourtant, quand on commence ce livre, on croit tout savoir, mais le piège se met en place et on finit par tourner les pages sans s'en rendre compte, pris par la cadence, et une implacable mécanique.

    29/06/2018 à 17:17 3

  • Complot

    Nicolas Beuglet

    8/10 En vrai Machiavel, Nicolas Beuglet a l’art de mettre le lecteur en haleine, longtemps sans le lasser pourtant, avant de le lancer dans un dédale dont l’issue finale ne pourra qu’être fatale. Le début, particulièrement soigné, multiplie les indices sans trop en dévoiler. Puis le roman change de géographie et de rythme pour partir dans une cavalcade insensée. Si Sarah et son alter-ego, Christopher, continuent de former un couple très attractif, le bémol vient ici plutôt du "méchant" un peu trop omniscient et monolithique. Ambitieux, et efficace.

    24/05/2018 à 18:17 5

  • Sa Majesté des Ombres

    Ghislain Gilberti

    7/10 Un techno polar à l'ambiance inquiétante et très noire. Avec une touche certaine de romantisme. Cinquième roman publié par Ghislain Gilberti, ce pavé ambitieux n'est que la partie émergée d'une trilogie qui s'annonce monstrueusement allumée. Si je préfère toujours pour sa folie assumée Le Baptême des Ténèbres (son 2ème livre) qui faisait le parallèle entre les dessous inextricables de Paris et le cerveau d'un psychopathe, Sa Majesté des Ombres possède aussi cette qualité rare de vous plonger dans un univers ultra visuel et complètement barje. A attaquer en étant bien équipé.

    20/04/2018 à 02:17 7

  • Soeurs

    Bernard Minier

    6/10 Si vous aimez les romans de Minier, son goût pour l'écriture, la phrase juste, les chassés croisés et les retournements de situation, alors pas de problème, cette histoire qui paraît simple est aussi efficace que délicieusement tordu. Le romancier s'inspire des fantasmes que peuvent nourrir certains lecteurs par rapport à leur auteur favori, comme Stephen King a pu le faire auparavant dans Misery. Si la fin ne m'a pas surpris (trop anticipé), tout le début de livre, notamment ses premiers chapitres, installe une atmosphère délétère et cauchemardesque. Un bon bouquin, mais pour ma part, je conseille plutôt Une Putain d'histoire qui comme son titre l'indique est un putain de thriller, n'ayant rien à voir avec Servaz.

    16/04/2018 à 17:25 1

  • Après la chute

    Dennis Lehane

    3/10 Vous connaissez ce jeu "Marabout... Bout de ficelle... Selle de cheval..." ? Et bien, c'est un peu l'impression que donne ce roman de Dennis Lehane. Comme si, il avait décidé de partir à l'aventure sans plan, sans trop savoir où ce livre allait déboucher. Etonnant, de la part de l'auteur si pointilleux et émouvant de Gone, Baby, Gone ou encore Mystic River, etc. Résultat, le lecteur fan de Lehane s'attend, espère qu'à un moment donné, le roman va réussir à réunir toutes ces pistes et trouver un sens. Las... Hélas... Tout s'achève dans un gloubi-boulga incompréhensible. Comme si Dennis Lehane avait décidé de faire du Douglas Kennedy, en beaucoup moins bien. Dommage, dommage, dommage. Un roman à éviter, sauf pour les curieux et fans hardcore de Lehane. Lisez plutôt TOUS les autres, avec un gros faible pour Un Pays à l'aube, et lls Vivent la Nuit.

    27/02/2018 à 13:01 3

  • Pourquoi moi

    Chelsea Cain

    7/10 Ce n'est sans doute pas le meilleur roman de l'américaine Chelsea Cain, ancienne journaliste, qui délaisse sa tueuse en série emblématique Gretchen Lowell (Au Coeur du mal, L'Etreinte du Mal, Les Héritiers du Mal...) pour une héroïne (presque) aussi tordue, mais on se laisse embarquer dans ce road-movie (ou road-book) qui file à toute vitesse. Simplement efficace. A lire sans se prendre la tête.

    26/02/2018 à 17:14 2

  • Le Moineau rouge

    Jason Matthews

    7/10 Rythmé à chaque fin de chapitre par une recette de cuisine (pas toujours très appétissante, du moins pour un lecteur français), ce bon gros pavé se lit sans trop d'efforts, patinant un peu par manque de rythme passé la moitié du livre. Mais dans l'ensemble, on tourne la dernière page en se disant qu'on a passé un bon moment, et appris quelques trucs. Un gros bémol : le personnage du Moineau Rouge souffre de ses atermoiements moraux, idem pour l'agent Nash qui se comporte comme un bon gros Bisounours dès lors que la love-affair entre ces deux infiltrés s'engage. Perso, je les aurai aimés moins romantiques. Plus détachés, proches de leur époque, les années 2000. Ceci expliquant peut-être cela : l'auteur, Jason Matthews, qui aurait travaillé pour la CIA pendant une trentaine d'années, serait aujourd'hui un paisible retraité en Californie.

    23/02/2018 à 17:50 2

  • Les Abysses du Mal

    Marc Charuel

    5/10 Après un début fracassant et une mise en place des différents protagonistes plutôt réussie, l'intrigue ne décolle pas vraiment. Là, où on s'attendait à des développements internationaux passionnants, l'histoire patine très vite avec un fil tiré, tiré, tiré mais entremêlé autour de tireurs d'élite mercenaires, mais surtout reste scotchée à l'Hexagone. Dommage. Vraiment. Comme dans tous ses romans (Le Jour où Tu dois Mourir, Les Soldats de Papier, Chiens Enragés), l'auteur, Marc Charuel, a un vrai don pour vous plonger dans des atmosphères angoissantes dignes de Maurice G. Dantec (La Sirène Rouge, Les Racines du Mal), ou de Maxime Chattam (La Trilogie du mal), mais ne va pas malheureusement tout au bout de ses idées.

    05/02/2018 à 16:24 2

  • La Soif

    Jo Nesbø

    8/10 Tortueux, compliqué comme souvent chez Jo Nesbo, et en même temps assez passionnant pour que vous vous retrouviez à tourner les pages sans prendre de pause, et malgré des invraisemblances et des outrances incroyables. Nesbo, c'est comme ça ! Pendant votre lecture, outré, il vous arrivera de vous dire : "Mais c'est n'importe quoi !" Et pourtant, difficile de lâcher La Soif. Nesbo a le don pour écrire des scènes, notamment la finale, qui vous allume des panneaux solaires dans les yeux et vous les imprime pour longtemps sans même que vous ayez besoin de voir le film. Dernier point, je demande vraiment si tout cela est bien légal : un ancien flic devenu prof qui enquête à la tête d'un petit groupe de mercenaires sous couvert de la police ? Allez, on va dire qu'on s'en fout. :-)

    16/01/2018 à 09:54 4

  • L'Année du lion

    Deon Meyer

    10/10 Sans aucun doute, l'un des meilleurs romans de l'auteur sud-africain depuis un moment qui en se lançant dans le genre post-apocalyptique retrouve tout ce qui faisait le sel de ses livres : une histoire. Et des personnages. Attachants. Agaçants. Vivants. Les amateurs du comics The Walking Dead retrouveront des sensations similaires même si les zombies sont ici remplacés par des motards salopards. Une ambiance Mad Max avec un brin d'utopie qui rend ce roman particulièrement jouissif, y compris le retournement final qui sans être le pont d'orgue de cette histoire montre tout le savoir-faire de celui que l'on a souvent comparé à Michael Connelly mais lorgne ici plutôt du côté de Cormac McCarthy (La Route).

    29/12/2017 à 16:29 9