clemence

297 votes

  • Six fourmis blanches

    Sandrine Collette

    9/10 Ce roman fait partie de ma bibliothèque depuis des années mais sans savoir pourquoi j'en ai toujours repoussé la lecture. Aujourd'hui, je suis tellement ravie de l'avoir dépoussiéré ! "Quelle horrible impression, celle de nos propres limites. Jamais , dans la vie ordinaire , nous n'avons besoin d'aller aux frontières de ce dont nous sommes capables, à l'extrême de nos forces. Le sentiment d'arriver au bout nous est étranger."
    On suit deux histoires parallèles dans les montagnes d'Albanie, et Sandrine Collette produit ce pour quoi elle a depuis confirmé son talent de magicienne : on ne lit pas une histoire en Albanie : on y est. La nature, la violence des éléments, la superstition qui règne encore de nos jours au point de faire appel à des "sacrificateurs" pour apaiser les esprits, ce livre est une plongée en apnée dans l'immensité. La cordée d'alpinistes amateurs passe au second plan derrière les descriptions quasi sensuelles de l'adversité mouvante que représentent les sommets inatteignables dans des conditions extrêmes de fin du monde (tthématique chère à l'auteure..) .
    J'avais adoré Animal, on (re)trouve un peu les mèmes ingrédients dans Six Fourmis Blanches, paru avant.
    "Un habitant impossible des lieux maudits", tel que se décrit Mathias, le sacrificateur, résume bien l'état d'esprit de ce livre : contemporain, maléfique, dense, presque bestial.
    Absolument fantastique.

    01/07/2020 à 13:13 4

  • Jusqu'à ce que la mort nous unisse

    Karine Giebel

    8/10 Voir le téléfilm m'a fait penser que je n'avais pas lu ce roman, et bien voilà chose faite.
    Un Giebel "des débuts" même si bien glaçant dans son intrigue. Les personnages principaux adossés à la montagne sont attachants (sans plus), le décor fait le reste et c'est somptueux. Final de charme... beaucoup aimé ce livre.

    01/07/2020 à 11:48 4

  • L'Homme de la plaine du Nord

    Sonja Delzongle

    9/10 Jamais lu de livre de la série des Hanah Baxter, mais je tombe sur ce dernier opus et c'est fichtrement bien foutu !
    On y suit en parallèle l'histoire d'Ernest Gare, tueur à gage transformiste, et le retour d'Hanah Baxter en Belgique, accusée du meurtre de son ancien associé 20 ans plus tôt. Et encore bien plus que ces deux histoires.
    Il n'y a pas besoin d'avoir lu les autres romans pour apprécier celui ci. On pénètre dans un univers très codé où on n'hésite pas à éliminer des personnages à coup de chasse à l'homme par une meute de chiens, où on navigue dans les arcanes du darksexnet, où le passé vous rattrape des années après... Les ingrédients d'un très glaçant polar sont réunis.
    Bravo Sonja! Puisse ce livre très réussi sorti en temps de confinement trouver son public.

    24/06/2020 à 09:11 2

  • Sept mensonges

    Elizabeth Kay

    6/10 Ce n'est pas le polar de l'année mais il fera l'affaire pour l'été 2020 ! Une histoire divisée en 7 petits ou gros mensonges qui jalonnent une histoire d'amitié , l'originalité résidant dans le fait que le narrateur s'adresse à une tierce personne dont l'identité se révélera dans le dénouement du récit (personnellement j'avais imaginé qui c'était, mais ça n'ôte rien à l'appréciation de l'histoire).
    Divertissant.

    15/06/2020 à 11:01 5

  • Le Jour des cendres

    Jean-Christophe Grangé

    7/10 Retrouver le duo Niemans- Ivana est jouissif, c'est une paire bien maîtrisée, un duo bizarre mais qui fonctionne pour cette nouvelle enquête en Alsace.

    Grangé fait du Grangé : la communauté isolée qui cherche la pureté dans ses rites et usages, des actes religieux, des meurtres en pagaille, une révélation "choc" dans les derniers chapitres : toutefois je dois commencer à être aguerrie puisque le grand déballage final ne m'a pas étonnée outre mesure. La trame est filée de telle manière que le lecteur aura deviné ce qu'il se passe chez les Anabaptistes.

    Comme d'habitude, les faits sont documentés, mais sporadiques, c'est dommage, aux profits seuls de l'intrigue et de la poursuite du mobile du tueur.

    Cru 2020 qui vaut le détour pour la patte de l'auteur.

    11/06/2020 à 13:21 2

  • Il était deux fois

    Franck Thilliez

    10/10 Maitre Thilliez, ce génie, ce magicien : ABRACADABRA !!!
    Il faut avoir lu le Manuscrit Inachevé pour apprécier l'apothéose d'Il était deux fois. Bien sûr qu'Il était deux fois peut se lire en one shot, mais Thilliez donne une dimension absolument dingue avec l'ombre du Manuscrit Inachevé ... qui s'achève dans celui-là (et déjà j'en dis trop).
    Thilliez est dément, talentueux, excellent dans la dissimulation au grand jour, parfait orfèvre littéraire, je n'ai jamais lu rien de tel dans une construction qui prend 2 livres alors même qu'ils ne détiennent pas les memes protagonistes !
    Julie, la fille de Gabriel, membre de la PJ, a été kidnappée à Sagas, non loin de leur domicile. Alors qu'il suit l'enquête de sa disparition, il se retrouve après une nuit de sommeil perturbé, 10 ans plus tard. 10 ans d'amnésie. Que s'est il passé ? Il n'est plus le bienvenue à Sagas, il découvre avoir divorcé, et surtout, l’enquête n'a pas abouti et la disparition est classée. Pourtant, il semblerait que son choc neurologique conduisant à son amnésie ait été provoqué par une trop grande émotion : était il sur une piste ? Arrivera t il à convaincre son ex-collègue et ami de réouvrir l'enquete ? Ce tortueux bouquin est absolument génial. A lire d'urgence, après avoir lu ou relu le Manuscrit Inachevé...

    05/06/2020 à 13:04 11

  • Le Saut de l'ange

    Lisa Gardner

    4/10 Très alambiqué, compliqué, retors. De nombreuses répétitions , peu de soin dans l'écriture et rien de très exaltant dans l'intrigue, si l'on peut qualifier l'histoire comme telle.

    04/06/2020 à 14:30 1

  • Persona

    Maxime Girardeau

    5/10 Un roman en trois parties plutôt inégales. Première partie dans laquelle il m'a été difficile de rentrer tant l'univers m'était hostile (pub, marketing, condescendance des personnages), deuxième partie plutôt bien nourrie, trépidante, (mais avec tant de lourdeurs de style ) et qui a rempli son office de page turner (le passage dans les catacombes est terrifiant de réalisme) , et une troisième partie entamée avec appétit mais qui fait un magistral flop sur moi.
    Personnages plutôt plats, intrigue étrange.
    L'ambition est maîtrisée, on reste dans du très classique là où les dithyrambiques critiques m'avaient laissée espérer un peu plus de saisissant ou d'inédit.

    25/05/2020 à 21:30 3

  • La Vallée

    Bernard Minier

    8/10 Excellent tome de la série des Servaz qui n'est pas sans rappeler une nouvelle parenté avec Grangé.
    J'ai bien aimé avoir lu Le Cercle et N’éteins pas la lumière juste avant car il y a de nombreux rappels qui enrichissent la lecture. Toutefois, l'atmosphère confinée de la vallée est oppressante à souhait et les tenants et les aboutissants de l'histoire sont ceux d'un bon thriller qui respecte les codes et qui mènent le lecteur à un rythme fou, qu’on ait lu ou non les autres récemment.
    Je minore un peu ma note car j’ai été déçue par des détails du dénouement , qui sont absolument incongrus et qui ne vont pas dans le sens de l’histoire... en tout cas Martin Servaz se retrouve confronté à ses vieux démons mais Minier n'a pas trop joué sur les violons (et heureusement).
    Un roman qui ravira les amateurs de la série des Servaz, bien supérieur à Nuit selon moi (et j'ai fait l'impasse sur Soeurs qui ne me disait rien). A la hauteur du Cercle et de N'éteins pas la Lumière.

    24/05/2020 à 20:28 6

  • La Deuxième Femme

    Louise Mey

    9/10 J'en sors suffoquée.
    Ce roman est d'une violence (psychique) rare, diabolique, réelle, et la tension de la situation parfaitement rendue dans l'écriture de cette auteure que je découvre est insoutenable. Sandrine tombe sous le charme d'un homme dont la femme s'est évanouie dans la nature. Leur petit garçon, Mathias, comble son coeur de trentenaire, maman en devenir. Mais la "première femme" , Caroline, qu'on croyait morte, réapparait un jour au journal télévisé, amnésique. Dès lors, les vrais visages se révèlent, et l'homme charmant semble se transformer. On est loin du thriller domestique, la perversion insidieuse dont fait preuve l'homme monte jusqu'à la fin. L'épilogue rend hommage en chiffres aux femmes battues de 2017. Glaçant.

    06/05/2020 à 14:53 3

  • Dans son silence

    Alex Michaelides

    8/10 Un roman qui se lit d'une traite, on sent bien qu'il y a un petit truc à creuser dans l'intérêt de Théo le psy pour sa patiente Alicia et on n'en ressort pas déçu !
    On suit deux histoires parallèles , la découverte de l'adultère de la femme du psychothérapeute Théo, et ce même Théo qui prend en charge la patiente silencieuse, érigée en Alceste muette suite au supposé meurtre de son mari Gabriel.
    Une architecture originale et qui va droit au but. Très bon thriller .

    03/05/2020 à 12:47 5

  • N'éteins pas la lumière

    Bernard Minier

    8/10 Je reprends les aventures Servaz dans l'ordre et du coup après Le Cercle j'ai bien aimé que le commandant ne soit pas au premier plan. On suit les avancées de Christine dans une sorte de descente aux enfers , en prise avec un pervers qui l'a choisie pour cible. Pourquoi, comment , jusqu'où ira t il ? C'est un bon thriller psychologique qui se joue là, avec des rebondissements nécessaires pour tenir la longueur.

    15/04/2020 à 16:47 2

  • Le Cercle

    Bernard Minier

    9/10 Je fais des tours et des détours dans l'oeuvre de Bernard Minier, ses romans sont inégaux mais alors celui là est vraiment très réussi et abouti, alors même que ce n'est "que" son deuxième Servaz/ Hirtmann . J'ai trouvé qu'il y avait un genre de ressort propre à JC Grangé (mais du reste qu'on retrouvait déjà dans Glacé).
    Le Cercle rassemble des ingrédients qui fonctionnent : des histoires qui surgissent du passé, un lac autour duquel l'intrigue tourbillonne, des hommes vénéneux et des femmes des ténèbres, ou l'inverse. Servaz montre un côté tourmenté et son rôle de père de famille est placé au premier plan.
    Excellent tome !

    11/04/2020 à 07:49 3

  • La Chaîne

    Adrian McKinty

    4/10 Long, prévisible, ennuyeux.
    Invraisemblable course poursuite, le processus d'identification n'a absolument pas fonctionné avec moi. Je me suis forcée pour le finir !

    03/04/2020 à 08:01 4

  • L'affaire Clara Miller

    Olivier Bal

    9/10 Je ne connaissais pas l'auteur mais j'ai été séduite par le titre. L'affaire machin, ça fait un peu Dicker, un peu journaliste, un peu plein de rebondissements à la clé et l'épaisseur du livre me paraissait sujette à endosser tous ces clichés. Bien m'en a pris ! On plonge dans les travers de la vie d'une star planétaire, Mike Stilth, un monde où l'argent n'est pas un problème mais où tout se joue avec la presse (l'"Affaire" remonte à 1995), les paparazzis et les batailles d'avocats. Pour autant, le decorum sexe drogues et rock n' roll planté, on suit également dans ce roman choral les voix des enfants de Mike , son attachée de presse et Paul, le journaliste qui s'interroge sur des mortes en nombre aux abords du palace de la célébrité.
    Ce thriller classique, bien construit, se lit très confortablement et de manière compulsive, sans qu'il n'y ait réellement de "révélations", on sait globalement ce qu'il se passe assez vite. L'enjeu du récit tient à l'alternance des chapitres entre 1995 et 2006, au travers des voix des protagonistes, tous plus malmenés les uns que les autres. Une plongée dans un monde désargenté que j'avais rencontré dans "le chanteur " de Cathi Unsworth. Un thriller réussi pour les amateurs du genre.

    29/03/2020 à 13:42 8

  • Regarde

    Hervé Commère

    9/10 Là où Hervé Commère continue d'être très fort, c'est qu'on lit "Regarde" avec les oreilles. Dès l'incipit, j'ai été charmée par la musique et les sons rythmés, clairs et lumineux du charleston, qui accompagnent le staccato des talons de Mylène, le charleston : cette paire de cymbales constitutives de la batterie dont joue Pascal, ce jeune homme de qui Mylène tombera follement amoureuse au point de renverser sa vie.
    La musique poursuit son épopée déterminante dans "Regarde", en bouleversant la vie de Mylène et de son batteur d'amant. Il a 26 ans et elle 45.
    Mylène, on l'avait déjà croisée dans Sauf. C'est merveilleux de retrouver l'univers cadencé de l'atelier de brocante et de s'attarder sur les vies de Mat, Anna et Gary. Aujourd'hui, dans Regarde, Mylène a une soixantaine d'années. Son train de vie de bourgeoise est du passé et désormais elle tente de reprendre pied dans une vie simple. Sauf qu'un doute, étayé par de nombreux indices, vient troubler son quotidien. Et si Pascal, poignardé en prison, était finalement encore en vie ?
    Outre la musique, l'amour est le ressort du roman. Le légitime, l'adultère, le fraternel, l'amical.
    Et le troisième ressort, on le découvre tardivement. Shakespearien. Sublime.
    Les paysages décrits par l'auteur sont ceux d'un amoureux des espaces sauvages. Les écrins décrits font partie intégrante du récit.
    Hervé Commère signe là un roman puissant, à l'image de cette femme qui ne perd jamais le pouvoir sur sa vie qu'elle mène avec élégance malgré les épreuves (qu'elle assume). C'est elle qui décide. Elle ne vit pas dans le regret, mais plutôt sur le qui-vive, toujours prête à se lancer.
    J'ai aimé Mylène.
    On termine ce roman, la main sur la poignée, avec Mylène et Gary. Prêts à regarder ? Foncez.

    23/03/2020 à 08:40 6

  • Toute la violence des hommes

    Paul Colize

    9/10 La couverture fait écho au titre : on est directement au parfum, l'histoire ne va pas être un conte de fées.
    Et puis, on se laisse porter par cette histoire un peu rocambolesque, le voyage spatiotemporel et les fils qui s'entremêlent, marque de fabrique de l'auteur, déconcertent et captivent.
    Qui est ce Nikola, artiste supposé des fresques crues peintes sur les murs citadins ? A-t-il tué sa compatriote Ivanka, prostituée ? Tout l'accuse, mais pourtant il affirme qu'il n'est pas responsable de sa mort. Pauline Derval, austère directrice du centre où est placé l'énigmatique Niko en observation, est perplexe face à son cas.
    Au fur et à mesure du livre on découvre des éléments de la vie de NIkola qui vont venir s'agréger au puzzle de ce qu'il s'est passé le jour du meurtre d'Ivanka.
    Les personnages sont tour à tour drôles, émouvants, froids, humains, et c'est la larme aux yeux que j'ai refermé cette très belle histoire. Un bon numéro que ce dernier opus colizien !

    16/03/2020 à 14:07 8

  • Cinq cartes brûlées

    Sophie Loubière

    8/10 C'est une histoire éprouvante que celle de Laurence, la battante, la forteresse qui n'a de cesse de combattre ses démons les uns après les autres.
    L'enfance de Laurence est dévastée par des liens parentaux anormaux, un frère qui la martyrise et un corps qu'elle s'acharne à remplir d'aliments à défaut d'amour.
    Il y a plusieurs vies dans celle de Laurence, sportive olympique, croupière professionnelle, sœur dévouée contre toute attente, fille manipulée, femme avant et après tout, et c'est le cœur drôlement chamboulé qu'on referme ce livre.
    Je n'ai jamais lu de roman de cette auteure, j'y ai trouvé quelques accointances avec l'intensité d'un Giebel. Sans vraiment ressentir d'empathie pour Laurence qui cultive une personnalité très borderline, j'ai été sensible et touchée par son histoire.

    08/03/2020 à 13:54 4

  • Tuer le fils

    Benoît Séverac

    8/10 Tuer le fils explore la relation paternelle , les attentes et les déceptions qui jalonnent tout lien familial.
    L'auteur choisit de commencer par l'assassinat du père, et le livre déroule l'enquête au travers des yeux d'un excellent trio de flics.
    Le personnage principal, Mathieu Fabras, s'accomplit par l'écriture , cette bulle d'air qui va pourtant l'accuser puisque son roman , qu'il a écrit en prison, décrit par le menu le détail du meurtre de son père, survenu le lendemain de sa libération.
    Alors, trop facile ?
    Ce livre possède une écriture douce et rare, très élégante, qui contraste avec un sujet plombant.
    Un polar bien réussi et très enlevé.

    07/03/2020 à 14:35 6

  • Au soleil redouté

    Michel Bussi

    5/10 J'avais tellement aimé l'histoire de Nathalie l'hôtesse de l'air... Et là pof énorme chou blanc pour ce dernier opus qui est franchement loin d'être foufou dans sa thématique (le livre dans le livre).
    Néanmoins je salue la prouesse de l'auteur sur la finesse de l'entourloupe (complètement inaccessible pour le lecteur) et contrairement à d'autres romans (en général) où j'ai été diablement déçue par la fin, ici les dernières pages ont redoré un peu les précédentes. On comprend mieux les longueurs et j'admets avoir été surprise. Mais contente aussi que ça se termine, ce qui n'a jamais été le cas précédemment avec un Bussi. Sentiment mitigé donc.

    02/03/2020 à 20:25 4