Horatio

274 votes

  • La Loterie

    Shirley Jackson

    7/10 Ce recueil comporte 20 nouvelles qui, à l'exception de la nouvelle éponyme, n'ont pas été reprises dans l'édition Rivages/Noir. Il s'agit donc d'une bonne affaire pour les amateurs de Shirley Jackson ! On y retrouve tout ce qui fait le sel de ses histoires, même si elles sont ici plus axées sur une ambiance décalée, étrange, plutôt que sur la cruauté voire le sadisme. La plupart des textes sont tout de même d'un niveau inférieur à ceux de l'édition Rivages, mais quelques-uns m'ont laissé une si forte impression ("La Dent", "L'Amant diabolique") qu'ils justifient amplement la lecture de cette édition.

    15/05/2020 à 11:50 2

  • Une terre d'ombre

    Ron Rash

    8/10 J'ai hésité entre le 7 et le 8, et finalement le style de l'auteur m'a fait pencher pour la plus haute note. L'écriture de Rash est très belle, il donne vie à ce vallon perdu et maudit, où l'espoir ne pointe son nez que pour mieux être abattu froidement. L'intrigue en elle-même est simple (sans doute un peu trop...) et le ton sec et lapidaire. J'apprécie beaucoup le minimalisme et la volonté de concision de l'auteur, mais le roman aurait tout de même gagné, je trouve, à avoir un peu plus de chair. En tout cas cette Terre d'ombre me donne très envie de jeter un œil aux autres romans de Ron Rash.

    23/02/2020 à 18:39 6

  • Le crime à l'écran. Une histoire de l'Amérique

    Michel Ciment

    8/10 Ce livre est assez ancien maintenant (il date du début des années 90), mais il reste un bon choix pour qui s'intéresse au "film criminel" puisqu'il est rapide à lire, relativement complet et simple d'accès. Son contenu est organisé tout d'abord sous l'angle chronologique (l'émergence des studios et du film de gangster, les années 30, le film noir), puis thématique (les femmes fatales, le rôle du flashback, l'utilisation de la psychanalyse...). En toute fin d'ouvrage on retrouve des documents intéressants, comme des extraits du fameux code Hays et son impact sur un film comme Assurance sur la mort de Billy Wilder, ou encore une mini-biographie de James Cagney. C'est bien écrit, compréhensible même par quelqu'un qui n'a aucune connaissance du genre, et pourtant ce n'est jamais superficiel. Le livre est agrémenté de nombreuses photographies, et on retrouve également une filmographie assez complète.

    30/12/2019 à 09:11 1

  • Goodis, la vie en noir et blanc

    Philippe Garnier

    7/10 Une enquête un peu étrange sur un écrivain qui semblait s'amuser à jouer des rôles et à cloisonner sa vie. La structure adoptée peut dérouter les lecteurs qui viendraient chercher un semblant de chronologie ou un classement par thèmes : là tout est en désordre, écrit au fil des rencontres de l'auteur, des visites aux archives des studios Warner aux souvenirs embrumés des gens qui ont rencontré Goodis. En filigrane on découvre aussi le monde peu reluisant des pulps puis des paperbacks, ainsi que celui du cinéma des années 40 et 50, pas aussi glamour qu'on pouvait l'imaginer. En tout cas le périple est intéressant, et même s'il le présente comme un tâcheron tantôt falot tantôt excentrique, ce livre donne envie de lire du Goodis, ne serait-ce que pour chercher à comprendre qui il était vraiment.

    19/10/2019 à 16:28 2

  • À jeter aux chiens

    Dorothy B. Hughes

    8/10 Dorothy B. Hughues, plus de quinze ans après l'excellent Un Homme dans la brume, fait une nouvelle fois la preuve de son talent avec À jeter aux chiens. Si ce roman est moins ambitieux et aussi moins marquant, il se lit tout de même d'une traite grâce à un suspense toujours aussi efficace. L'auteure met subtilement le doigt sur un racisme qui ne s'affiche plus aussi ouvertement qu'avant, mais qui reste présent par des petits détails et des réflexions ; les personnages principaux, bien que Noirs, ont une bonne situation, ce qui limite un peu son impact, mais tout cela ne demande qu'à se réveiller... Une lecture vraiment plaisante, qui va à l'essentiel.

    28/09/2019 à 19:53 6

  • Le Polar américain, la modernité et le mal (1920-1960)

    Benoît Tadié

    9/10 Un excellent ouvrage consacré aux premières années du roman noir aux États-Unis, bourré d'informations et d'analyses sur ses thèmes et ses pionniers, mais pas bourratif pour autant. Grande Histoire, politique, éléments biographiques sur les grands noms (Hammett, Chandler, Goodis, Thompson...), courants littéraires, psychologie... : l'auteur apporte un maximum d'éléments pour comprendre comment ce genre est né et s'est développé. Le livre est passionnant, c'est clairement un indispensable si on veut en savoir plus sur les origines du roman noir.

    27/08/2019 à 09:11 4

  • Un homme dans la brume

    Dorothy B. Hughes

    9/10 Ce roman est assez incroyable... Il sort en 1947, les techniques de profilage ne sont pas à l'ordre du jour, rien n'est formalisé même si certains enquêteurs ont certainement repéré tout un tas de signes récurrents dans les modes opératoires, les profils, etc., et pourtant le tueur en série décrit par Dorothy Belle Hughes est vraiment crédible, tant au niveau de son comportement que de sa psychologie. Loin d'être un surhomme du mal, c'est monsieur Tout-le-monde : il doute, il s'apitoie sur lui-même, il rêve d'intégrer la haute société, il se sent seul... On le suit dans sa vie de tous les jours, on connaît ses pensées et on devine que ça va mal se terminer, mais quand et de quelle manière ? Le livre se lit tout seul, il est passionnant de bout en bout. Petit bonus : la postface de Megan Abbott, consacrée au "hard-boiled" et à ses personnages, est remarquable.

    20/08/2019 à 17:53 5

  • La Loterie et autres contes noirs

    Shirley Jackson

    8/10 Rivages poursuit sa réédition des principales œuvres de Shirley Jackson avec ce recueil de 13 nouvelles, dont la fameuse Loterie. Jackson excelle dans l'art d'instaurer une ambiance dérangeante, voire malsaine : quelque chose ne va pas, tout ne se déroule pas normalement ; le lecteur s'en rend bien compte mais il est difficile de savoir ce qui cloche. À d'autres moments, il semble évident que ces histoires vont mal finir, mais pourtant les personnages principaux ne paraissent pas en avoir conscience et continuent leurs petites vies, jusqu'à ce que... Pas de grands effets ici, tout est très feutré, et surtout psychologique : le problème est toujours à l'intérieur (des têtes, des maisons, des communautés), invisible, n'attendant qu'une chose, souvent insignifiante ou absurde, pour ressurgir. Le style employé, mais aussi la description d'un quotidien banal en apparence ainsi que le côté très "interne", ne plairont pas à tout le monde, mais pourtant ces textes sont des classiques qui restent terriblement efficaces. À noter qu'à part la nouvelle éponyme, ce recueil ne contient que des textes différents de ceux de l'édition sortie chez Pocket dans les années 90.

    13/08/2019 à 10:27 6

  • La Croisière des ombres

    Jean Ray

    8/10 Le style de Jean Ray s'affine dans les nouvelles de ce deuxième recueil, une étape a clairement été franchie depuis Les Contes du whisky. Des nouvelles comme La Ruelle ténébreuse ou Le Psautier de Mayence sont magnifiquement construites, et même si tous les textes ne sont pas du même tonneau cette croisière est très généreuse, pour peu qu'on aime un fantastique absurde et désenchanté.

    13/07/2019 à 15:53 2

  • La Marche du mort

    Larry McMurtry

    7/10 Ayant adoré Lonesome Dove, il fallait absolument que j'en lise la suite, ou plutôt le prequel. Après avoir savouré le plaisir de retrouver les deux personnages principaux, mais aussi les fantastiques descriptions de paysages (du Nouveau-Mexique cette fois) et le côté âpre de l'histoire, il faut bien admettre que cette Marche du mort est bien inférieure au roman d'origine. Les situations vécues par les rangers sont parfois incroyables (au sens propre du terme) et on finit par se demander comment on peut survivre à cette tragédie absurde. De plus, le récit, à l'image de ses protagonistes, a une fâcheuse tendance à tourner en rond. Restent des passages magnifiques qui mettent la larme à l’œil d'autant plus facilement que le style est toujours sobre, ainsi que des personnages mémorables. Ce n'est donc pas si mal au final...

    13/07/2019 à 15:43 1

  • Les Contes du whisky

    Jean Ray

    7/10 Le fantastique si particulier de Jean Ray est présent dès ce premier recueil de nouvelles paru en 1925. Le whisky fait le lien entre tous ces récits (même s'il y en a d'autres : le bar, quelques personnages qui reviennent d'une histoire à l'autre...), et l'ivresse semble être l'élément qui provoque l'irruption du surnaturel et de l'étrange dans la réalité. Une réalité plutôt sombre d'ailleurs, puisqu'on retrouve beaucoup de misère, d'injustices, de violences, d'antisémitisme... Si certaines nouvelles sont horrifiques, la plupart se révèlent plutôt ironiques (ce qui ne s'oppose pas) : Jean Ray s'amuse et ça se voit ! En bref un bon recueil pour découvrir cet auteur fascinant, mais qui reste inférieur à Malpertuis ou au Grand Nocturne.

    19/04/2019 à 10:34 3

  • Wilderness

    Lance Weller

    10/10 Lance Weller a bien sûr choisi le titre de "Wilderness" parce que c'est le nom d'une forêt qui a été le cadre d'une gigantesque bataille de la Guerre de Sécession, les nordistes dirigés par le général Grant et les Sudistes par le général Lee. Mais le terme signifie aussi "étendues sauvages", "nature vierge", et l'auteur va habilement jouer sur les deux tableaux : la guerre du temps de la jeunesse d'Abel Truman, et la nature sauvage alors qu'il est devenu un vieillard décharné et malade. Mais ce n'est pas aussi simple car les deux vont s'entrecroiser tout au long du récit pour former une fresque à la fois spectaculaire et intime, la guerre n'ayant jamais vraiment quitté Abel toutes ces années. La bataille de la Wilderness est un moment d'une horreur incroyable, d'une brutalité impitoyable pourtant magnifiée par la plume de Weller qui prend littéralement aux tripes. J'ai rarement vu une telle maîtrise, la poésie éclate au milieu du tumulte, ou ailleurs en pleine solitude dans la tourmente d'une tempête de neige, ou encore à la lueur des étoiles lors d'un campement... Au cours de son périple, Abel va rencontrer tous les laissés-pour-compte de l'Amérique : femmes, Noirs, Chinois, Indiens... Des êtres humains qui luttent pour survivre, pour gagner le droit d'être heureux, et qui doivent se battre contre la bêtise et le rejet, contre la nature, contre leurs fantômes surtout. C'est un roman intense, dur et beau, superbe du début à la fin. Et dire que Wilderness est le premier roman de Weller !

    17/04/2019 à 11:03 6

  • Dans la forêt

    Jean Hegland

    9/10 Il n'y a que peu d'action dans ce roman mais on s'en moque complètement, puisque son intérêt est ailleurs. On commence à lire et on se retrouve happé par le texte, par la nature qui est partout présente, rude et belle à la fois, et par la vie elle-même, puisque d'une certaine manière c'est un condensé de vie en 300 pages. Comme d'autres lecteurs l'ont fait remarquer, l'écriture est très sensuelle et beaucoup de thèmes sont abordés, le plus souvent sans grandiloquence mais tout en profondeur, et quand j'écrivais qu'il ne se passait pas grand-chose en vérité je ne parlais que d'événements visibles, puisque la vie bouillonne et s'embrase à l'intérieur des héroïnes. Dans la forêt ne plaira clairement pas à tout le monde, mais c'est une expérience intense à tenter.

    11/04/2019 à 09:23 7

  • Mindhunter

    John E. Douglas, Mark Olshaker

    8/10 Pour peu qu'on s'intéresse aux tueurs en série ou (surtout) au profilage, Mindhunter est un livre véritablement passionnant. La première partie, en particulier, revient sur la création de l'unité d'aide aux enquêtes du FBI, et elle regorge de détails sur les hommes de l'unité et leurs méthodes. La suite se révèle pourtant moins prenante, puisque l'auteur revient sur plusieurs affaires qui, si elles restent intéressantes, donnent une impression de liste un peu décousue. Un documentaire imparfait donc, mais qui contient suffisamment de matière pour qu'il soit indispensable aux lecteurs qui souhaitent en savoir plus sur cette unité au sein du FBI qui est devenue très médiatique au fil des années (Le Silence des agneaux, Esprits criminels, Mindhunter évidemment...)

    27/01/2019 à 19:10 4

  • Le Camp des Morts

    Craig Johnson

    7/10 Retour dans le comté d'Absaroka, quelques semaines seulement après les événements de Little Bird. Il faut avouer que c'est un vrai plaisir de retrouver les personnages, tous très typés, de Craig Johnson. L'écriture est toujours aussi plaisante, les dialogues et les descriptions sont également très réussis. Là où ça coince je trouve, c'est au niveau de l'intrigue, assez embrouillée et plutôt banale, et de l'absence de véritable tension et d'enjeux. Heureusement l'émotion est bien présente (c'est un gros point fort de la série jusqu'à présent) et on ressort de la lecture heureux. J'espère quand même que les aventures suivantes de Longmire proposeront quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent...

    14/08/2018 à 09:30 5

  • Prières pour la Pluie

    Dennis Lehane

    7/10 J'ai été un peu déçu par ce cinquième épisode de la série Kenzie & Gennaro. L'intrigue ne décolle jamais vraiment et j'ai eu du mal à me passionner pour la traque du responsable de la mort de Karen. Dommage parce que le thème est original. Le côté "humain" des personnages est lui par contre très bien mis en avant, mais il s'agit d'un des points forts de Dennis Lehane donc pas de (mauvaise) surprise.

    11/07/2018 à 08:47 5

  • Lonesome Dove – Tome 2

    Larry McMurtry

    10/10 Un deuxième tome encore plus poignant que le premier. Les personnages qu'on a appris à connaître aiment, doutent, souffrent et meurent tandis que le troupeau continue sa route vers le Montana, indifférent aux histoires des hommes. L'air de rien, l'écriture est tellement efficace que tout est dit à demi-mot, avec pudeur. Les destins se croisent et se brisent à la manière d'une tragédie antique. Bref, Lonesome Dove c'est bon, mangez-en.

    17/06/2018 à 10:28 4

  • Lonesome Dove – Tome 1

    Larry McMurtry

    9/10 Lonesome Dove, petite bourgade du Texas située à la frontière avec le Mexique, est le point de départ de cette odyssée à travers l'Ouest sauvage. Mais si l'aventure est bel et bien présente (la nature est au moins aussi dangereuse que les bandits ou les indiens), elle rime souvent avec amertume... Les personnages principaux, d'anciens rangers vieillissants, trainent en effet avec eux leurs erreurs passées et les coups durs du destin, impossibles à fuir malgré les années et les kilomètres de piste poussiéreuse. McMurtry prend tout son temps pour lancer son récit, en risquant du même coup de perdre une bonne partie de ses lecteurs, mais une fois que tout s'est mis en mouvement, quand le troupeau prend enfin la route du Montana, les personnages qu'il a décrit avec tant de minutie et de finesse flamboient de vie et d'humanité. On y est, c'est l'Ouest avec tout ce qu'il a de beau et de cruel, les bêtes qu'on tente de rassembler sous l'orage et la pluie battante, les chants qui déchirent les cœurs au crépuscule autour du feu, et la mort, toujours présente, qui peut surgir à n'importe quel moment.

    30/05/2018 à 10:23 5

  • Beyrouth - Miami

    Elmore Leonard

    8/10 Suite de Pronto, Beyrouth - Miami est peut-être un peu plus enlevé (pas de voyage en pays étranger ici, on flingue essentiellement en Floride), mais surtout moins balisé. On retrouve en effet les survivants de Pronto, cette fois opposés à un trio de bras cassés bien typés, mais aussi une medium aux dons étranges qui apporte un côté "introspectif" à cette histoire, complètement farfelue par ailleurs (c'est un Elmore Leonard quand même). Sous couvert de grosse blague musclée, des thématiques plus profondes sont abordées par ce biais et il flotte dans ce polar un léger parfum doux-amer qui n'est pas pour me déplaire.

    03/05/2018 à 09:01 4

  • Pronto

    Elmore Leonard

    7/10 Comme d'habitude avec Elmore Leonard, les personnages de Pronto sont drôlissimes, les dialogues enlevés et les situations souvent improbables. Pourtant, la violence peut surgir à tout instant, aussi brutale qu'absurde. Pronto est donc un bon Leonard, même si j'ai trouvé que le roman naviguait sur une sorte de faux rythme un peu déstabilisant par moment.

    03/05/2018 à 08:51 4