Horatio

271 votes

  • La Maison hantée

    Shirley Jackson

    9/10 Ce roman est étonnant, comme toutes les histoires écrites par Shirley Jackson j'imagine ; Nous avons toujours vécu au château est de la même trempe, bien que très différent. Que se passe-t-il vraiment dans cette maison ? Et dans la tête d'Eléonore ? Car au final ce sont ses pensées qui mettent le plus mal à l'aise. On peut supposer que c'est la maison qui l'appelle et qui attise ses sentiments mais rien n'est sûr, d'autant que les attitudes des autres personnages sont étranges également. A moins que nous ne les voyions que par le prisme d'Eléonore... Bref, si vous êtes le genre de lecteurs à vouloir des réponses et de l’esbroufe vous n'en trouverez pas ici. Shirley Jackson tisse de la dentelle, et c'est justement cette finesse et ce côté éthéré et "sensuel"qui rendent ses récits aussi malsains et dérangeants.

    04/11/2017 à 11:36 8

  • Laissez bronzer les cadavres

    Jean-Pierre Bastid, Jean-Patrick Manchette

    8/10 Court mais intense, et pour cause : les trois quarts du récit sont constitués d'une gigantesque scène d'action ! Un réjouissant jeu de massacre mené de main de maître par Manchette et Bastid.

    11/09/2010 à 09:17 4

  • Mindhunter

    John E. Douglas, Mark Olshaker

    8/10 Pour peu qu'on s'intéresse aux tueurs en série ou (surtout) au profilage, Mindhunter est un livre véritablement passionnant. La première partie, en particulier, revient sur la création de l'unité d'aide aux enquêtes du FBI, et elle regorge de détails sur les hommes de l'unité et leurs méthodes. La suite se révèle pourtant moins prenante, puisque l'auteur revient sur plusieurs affaires qui, si elles restent intéressantes, donnent une impression de liste un peu décousue. Un documentaire imparfait donc, mais qui contient suffisamment de matière pour qu'il soit indispensable aux lecteurs qui souhaitent en savoir plus sur cette unité au sein du FBI qui est devenue très médiatique au fil des années (Le Silence des agneaux, Esprits criminels, Mindhunter évidemment...)

    27/01/2019 à 19:10 4

  • Ténèbres, Prenez-moi la Main

    Dennis Lehane

    8/10 Un deuxième opus très différent du premier, un poil plus sombre et surtout beaucoup plus complexe. Lehane nous donne de nombreux détails sur le passé pas toujours rose de ses personnages principaux et en particulier sur leur enfance, les erreurs qu'ils ont fait et parfois payé cher, les ressentiments qui subsistent malgré le temps... L'intrigue basée sur des meurtres en série ne m'a pas franchement passionné mais l'écriture est belle et certains passages sonnent tellement juste...

    18/04/2018 à 09:26 8

  • Carrie

    Stephen King

    8/10 Pour son premier roman publié, King détourne habilement (et cruellement) la trame des contes de fées : la souillon, malmenée par les autres jeunes filles mais invitée quand même au bal par le beau gosse, ne peut échapper à son destin... qui n'est pas de devenir une princesse. J'ai eu du mal à rentrer dans le roman, mais une fois lancé je ne me suis pas arrêté avant la fin, même si l'auteur nous laisse très vite deviner qu'elle sera apocalyptique. Idée formidable : mêler des extraits de livres (inventés) sur "l'affaire" en question, des témoignages de personnes présentes, de vieux souvenirs... Tout se met en place progressivement pour la scène finale. Comme souligné dans plusieurs commentaires, certains des thèmes de prédilection du King sont déjà là : le sentiment religieux et ses excès, le mal enfoui en chacun, la vie dans les petites villes, l'exclusion... Tout n'est pas parfait (je trouve la toute dernière partie superflue par exemple), mais qui ne voudrait pas débuter sa carrière de romancier de cette manière ?

    12/04/2016 à 12:14 7

  • Dans la forêt

    Jean Hegland

    9/10 Il n'y a que peu d'action dans ce roman mais on s'en moque complètement, puisque son intérêt est ailleurs. On commence à lire et on se retrouve happé par le texte, par la nature qui est partout présente, rude et belle à la fois, et par la vie elle-même, puisque d'une certaine manière c'est un condensé de vie en 300 pages. Comme d'autres lecteurs l'ont fait remarquer, l'écriture est très sensuelle et beaucoup de thèmes sont abordés, le plus souvent sans grandiloquence mais tout en profondeur, et quand j'écrivais qu'il ne se passait pas grand-chose en vérité je ne parlais que d'événements visibles, puisque la vie bouillonne et s'embrase à l'intérieur des héroïnes. Dans la forêt ne plaira clairement pas à tout le monde, mais c'est une expérience intense à tenter.

    11/04/2019 à 09:23 7

  • Joyland

    Stephen King

    9/10 Ce que j'apprécie le plus chez King, le domaine dans lequel je trouve qu'il excelle, c'est cette faculté qu'il a à faire vivre ses personnages sous nos yeux. Ils ont de la consistance, des sentiments, un passé, des blessures... Ils sont de chair et de sang. Autant dire que j'ai été servi par Joyland, puisque tout le roman est bâti là-dessus, ce qui surprendra sans doute ceux qui s'intéressent plus au King "maître de l'horreur" (même si on retrouve ce trait dans ses autres romans). Il n'y a que très peu de fantastique ici, et s'il a bien une "enquête", celle-ci n'a pas une grande importance. Non, tout ce qui compte c'est l'histoire des personnages, leurs destins. Ils aiment, ils se comprennent ou pas, ils souffrent, ils se souviennent, bref ils vivent, et le temps passe qui vient mettre son grain de sel et apporter encore un autre regard sur les événements - pour les personnages comme pour les lecteurs. C'est typiquement le genre de roman qu'on doit apprécier différemment à chacun des âges de la vie.

    15/06/2016 à 19:34 7

  • Perfidia

    James Ellroy

    8/10 Un nouvel Ellroy est toujours un événement, et encore plus lorsqu'il se présente comme le premier roman d'un nouveau quatuor de Los Angeles, comme c'est le cas de Perfidia. Nous suivons donc ici les destins de quatre personnages : l'inénarrable Dudley Smith, Kay Lake, William H. Parker et Hideo Ashida, pendant quelques jours de décembre 1941, au moment de l'attaque surprise de Pearl Harbor. Le livre est foisonnant, plus de 800 pages remplies de l'écriture incisive et des obsessions d'Ellroy que ce dernier ne fait que ressasser au fil de ses créations. Que dire... Déjà que Perfidia est un très bon roman noir mais pas la claque que j'en espérais. L'intrigue est trop diluée, trop inutilement complexe, et elle manque singulièrement de puissance - comme si elle ne servait que de prétexte à remettre sur le devant de la scène des personnages du précédent quatuor (et du Dahlia Noir en particulier), personnages que j'ai d'ailleurs eu parfois du mal à reconnaître tant leurs réactions sont quelquefois étranges compte tenu de ce qu'on connaît déjà d'eux. Ellroy se perd dans du superflu, cabotine, récite son style avec tellement d'application qu'il ne nous surprend plus, il loupe totalement la "révélation" finale (mais ça, il le faisait déjà dans ses meilleurs livres qui sont pourtant des chefs-d’œuvre)... Pourtant, l'ambiance est là et elle accroche le lecteur (l'hystérie anti-japonaise en Californie est par exemple très bien rendue), tout comme certains passages pendant lesquels la tension monte enfin et prend aux tripes. Perfidia est donc une entrée en matière consistante, qui pourra rester sur l'estomac de certains, mais qui permet d'espérer un plat principal qui tient enfin toutes ses promesses.

    09/06/2015 à 19:50 7

  • 1974

    David Peace

    8/10 Dans le style coup de poing, je crois qu'on tient un vainqueur avec cette véritable descente aux enfers. L'ambiance est écrasante dès les premières pages et le roman se radicalise au fil des chapitres pour devenir un cauchemar éveillé dans sa dernière partie. Le côté "brut de noir" du roman et son écriture particulière ne m'ont pas dérangé, pas plus que le refus de l'auteur d'entretenir le suspense. Par contre, le chaos qui envahit l'esprit du personnage principal - et qui permet d'une certaine façon au roman d'être aussi fort - m'a rendu la lecture très difficile. Un grand roman, pas loin de l'excellence.

    20/03/2011 à 21:38 6

  • À jeter aux chiens

    Dorothy B. Hughes

    8/10 Dorothy B. Hughues, plus de quinze ans après l'excellent Un Homme dans la brume, fait une nouvelle fois la preuve de son talent avec À jeter aux chiens. Si ce roman est moins ambitieux et aussi moins marquant, il se lit tout de même d'une traite grâce à un suspense toujours aussi efficace. L'auteure met subtilement le doigt sur un racisme qui ne s'affiche plus aussi ouvertement qu'avant, mais qui reste présent par des petits détails et des réflexions ; les personnages principaux, bien que Noirs, ont une bonne situation, ce qui limite un peu son impact, mais tout cela ne demande qu'à se réveiller... Une lecture vraiment plaisante, qui va à l'essentiel.

    28/09/2019 à 19:53 6

  • Drive

    James Sallis

    7/10 Drive est un bon petit roman noir, et comme il s'agit visiblement d'un hommage au genre il en reprend une bonne partie des codes, tout en s'attachant à déstructurer son récit. Difficile donc de s'y retrouver parfois, mais c'est aussi un des charmes du livre. Par contre, pour ceux qui ont aimé le film, ce dernier est de beaucoup supérieur au roman...

    01/03/2018 à 08:46 6

  • La Loterie et autres contes noirs

    Shirley Jackson

    8/10 Rivages poursuit sa réédition des principales œuvres de Shirley Jackson avec ce recueil de 13 nouvelles, dont la fameuse Loterie. Jackson excelle dans l'art d'instaurer une ambiance dérangeante, voire malsaine : quelque chose ne va pas, tout ne se déroule pas normalement ; le lecteur s'en rend bien compte mais il est difficile de savoir ce qui cloche. À d'autres moments, il semble évident que ces histoires vont mal finir, mais pourtant les personnages principaux ne paraissent pas en avoir conscience et continuent leurs petites vies, jusqu'à ce que... Pas de grands effets ici, tout est très feutré, et surtout psychologique : le problème est toujours à l'intérieur (des têtes, des maisons, des communautés), invisible, n'attendant qu'une chose, souvent insignifiante ou absurde, pour ressurgir. Le style employé, mais aussi la description d'un quotidien banal en apparence ainsi que le côté très "interne", ne plairont pas à tout le monde, mais pourtant ces textes sont des classiques qui restent terriblement efficaces. À noter qu'à part la nouvelle éponyme, ce recueil ne contient que des textes différents de ceux de l'édition sortie chez Pocket dans les années 90.

    13/08/2019 à 10:27 6

  • Le Camp des Morts

    Craig Johnson

    7/10 Retour dans le comté d'Absaroka, quelques semaines seulement après les événements de Little Bird. Il faut avouer que c'est un vrai plaisir de retrouver les personnages, tous très typés, de Craig Johnson. L'écriture est toujours aussi plaisante, les dialogues et les descriptions sont également très réussis. Là où ça coince je trouve, c'est au niveau de l'intrigue, assez embrouillée et plutôt banale, et de l'absence de véritable tension et d'enjeux. Heureusement l'émotion est bien présente (c'est un gros point fort de la série jusqu'à présent) et on ressort de la lecture heureux. J'espère quand même que les aventures suivantes de Longmire proposeront quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent...

    14/08/2018 à 09:30 5

  • Le Grand Nulle Part

    James Ellroy

    10/10 Peut-être le meilleur roman d'Ellroy jusqu'à présent. Trois personnages principaux ambigus, trois destins perdus dans les brumes d'un L.A en pleine chasse aux communistes. Un livre fascinant, et un véritable chef-d'œuvre.

    29/08/2010 à 19:12 5

  • Lonesome Dove – Tome 1

    Larry McMurtry

    9/10 Lonesome Dove, petite bourgade du Texas située à la frontière avec le Mexique, est le point de départ de cette odyssée à travers l'Ouest sauvage. Mais si l'aventure est bel et bien présente (la nature est au moins aussi dangereuse que les bandits ou les indiens), elle rime souvent avec amertume... Les personnages principaux, d'anciens rangers vieillissants, trainent en effet avec eux leurs erreurs passées et les coups durs du destin, impossibles à fuir malgré les années et les kilomètres de piste poussiéreuse. McMurtry prend tout son temps pour lancer son récit, en risquant du même coup de perdre une bonne partie de ses lecteurs, mais une fois que tout s'est mis en mouvement, quand le troupeau prend enfin la route du Montana, les personnages qu'il a décrit avec tant de minutie et de finesse flamboient de vie et d'humanité. On y est, c'est l'Ouest avec tout ce qu'il a de beau et de cruel, les bêtes qu'on tente de rassembler sous l'orage et la pluie battante, les chants qui déchirent les cœurs au crépuscule autour du feu, et la mort, toujours présente, qui peut surgir à n'importe quel moment.

    30/05/2018 à 10:23 5

  • Prières pour la Pluie

    Dennis Lehane

    7/10 J'ai été un peu déçu par ce cinquième épisode de la série Kenzie & Gennaro. L'intrigue ne décolle jamais vraiment et j'ai eu du mal à me passionner pour la traque du responsable de la mort de Karen. Dommage parce que le thème est original. Le côté "humain" des personnages est lui par contre très bien mis en avant, mais il s'agit d'un des points forts de Dennis Lehane donc pas de (mauvaise) surprise.

    11/07/2018 à 08:47 5

  • Un homme dans la brume

    Dorothy B. Hughes

    9/10 Ce roman est assez incroyable... Il sort en 1947, les techniques de profilage ne sont pas à l'ordre du jour, rien n'est formalisé même si certains enquêteurs ont certainement repéré tout un tas de signes récurrents dans les modes opératoires, les profils, etc., et pourtant le tueur en série décrit par Dorothy Belle Hughes est vraiment crédible, tant au niveau de son comportement que de sa psychologie. Loin d'être un surhomme du mal, c'est monsieur Tout-le-monde : il doute, il s'apitoie sur lui-même, il rêve d'intégrer la haute société, il se sent seul... On le suit dans sa vie de tous les jours, on connaît ses pensées et on devine que ça va mal se terminer, mais quand et de quelle manière ? Le livre se lit tout seul, il est passionnant de bout en bout. Petit bonus : la postface de Megan Abbott, consacrée au "hard-boiled" et à ses personnages, est remarquable.

    20/08/2019 à 17:53 5

  • Ville noire ville blanche

    Richard Price

    9/10 C'est sur une trame simple que Richard Price commence ce roman : une jeune femme s'est fait voler sa voiture, avec son jeune fils de quatre ans à l'intérieur. Mais ce drame personnel va vite mettre le feu aux poudres et risquer de ravager une banlieue de New York, à la manière d'un feu de forêt que personne ne peut contrôler tant le sol est sec et en friche depuis des années. Il est impressionnant de voir à quel point l'auteur mène son récit à la perfection, entremêlant les thèmes vers un final que l'on devine dramatique : solitude et accablement d'une mère, tensions entre les communautés noires et blanches, tensions entre les forces de l'ordre, entre les Noirs eux-mêmes. Le récit progresse lentement, à la manière d'une enquête qui se révèle laborieuse, mais la tension est toujours là, palpable et presque épuisante nerveusement. Un roman noir très impressionnant.

    07/01/2012 à 18:55 5

  • Wilderness

    Lance Weller

    10/10 Lance Weller a bien sûr choisi le titre de "Wilderness" parce que c'est le nom d'une forêt qui a été le cadre d'une gigantesque bataille de la Guerre de Sécession, les nordistes dirigés par le général Grant et les Sudistes par le général Lee. Mais le terme signifie aussi "étendues sauvages", "nature vierge", et l'auteur va habilement jouer sur les deux tableaux : la guerre du temps de la jeunesse d'Abel Truman, et la nature sauvage alors qu'il est devenu un vieillard décharné et malade. Mais ce n'est pas aussi simple car les deux vont s'entrecroiser tout au long du récit pour former une fresque à la fois spectaculaire et intime, la guerre n'ayant jamais vraiment quitté Abel toutes ces années. La bataille de la Wilderness est un moment d'une horreur incroyable, d'une brutalité impitoyable pourtant magnifiée par la plume de Weller qui prend littéralement aux tripes. J'ai rarement vu une telle maîtrise, la poésie éclate au milieu du tumulte, ou ailleurs en pleine solitude dans la tourmente d'une tempête de neige, ou encore à la lueur des étoiles lors d'un campement... Au cours de son périple, Abel va rencontrer tous les laissés-pour-compte de l'Amérique : femmes, Noirs, Chinois, Indiens... Des êtres humains qui luttent pour survivre, pour gagner le droit d'être heureux, et qui doivent se battre contre la bêtise et le rejet, contre la nature, contre leurs fantômes surtout. C'est un roman intense, dur et beau, superbe du début à la fin. Et dire que Wilderness est le premier roman de Weller !

    17/04/2019 à 11:03 5

  • Beyrouth - Miami

    Elmore Leonard

    8/10 Suite de Pronto, Beyrouth - Miami est peut-être un peu plus enlevé (pas de voyage en pays étranger ici, on flingue essentiellement en Floride), mais surtout moins balisé. On retrouve en effet les survivants de Pronto, cette fois opposés à un trio de bras cassés bien typés, mais aussi une medium aux dons étranges qui apporte un côté "introspectif" à cette histoire, complètement farfelue par ailleurs (c'est un Elmore Leonard quand même). Sous couvert de grosse blague musclée, des thématiques plus profondes sont abordées par ce biais et il flotte dans ce polar un léger parfum doux-amer qui n'est pas pour me déplaire.

    03/05/2018 à 09:01 4