Atout coeur à Tokyo

1 vote

  • 5/10 Sentant le bon filon, Archipoche ressort les vieux OSS 117 des cartons ! Pour notre plus grand plaisir ? Difficile de répondre à cette question... Si c'est pour lire une bonne histoire, alors clairement non. L'enquête (enfin, si on peut utiliser ce terme...) est insipide, le lecteur devinant rapidement, bien plus rapidement d'ailleurs que Hubert Bonisseur de la Bath, qui est derrière toute cette affaire. Les rebondissements (enfin, si on peut ut... oui, bon, vous avez deviné ce que je m'apprêtais à écrire) sont téléphonés et inintéressants, les personnages vides, le style (hum...) factuel au possible. Bref, ce n'est pas bon, et on peut se demander pourquoi s'infliger ça, alors que notre temps est limité et que d'excellents romans policiers existent, et qu'il en existait déjà depuis des décennies lorsque ce roman est sorti en 1958. Pour les lecteurs qui apprécient le second degré la réponse est toute trouvée : c'est souvent drôle ! Et à la lecture, j'ai d'ailleurs du mal à croire que ce ne soit pas voulu. Autant lorsque j'ai lu un vieux James Bond il y a quelques années je n'y ai trouvé aucune ironie, Ian Fleming écrivant visiblement au premier degré, autant là il me semble clair que Jean Bruce s'amuse avec des personnages idiots et des situations improbables (le combat entre OSS et le lutteur de sumo, le cadavre dans le tapis...), saupoudrant son récit de bons mots et de répliques qui devaient déjà sembler bien ringardes à l'époque. Les descriptions des états d'âme d'OSS 117 sont particulièrement succulentes ! Tout ça passerait sans aucun changement dans un film avec Dujardin, d'ailleurs j'avais ses expressions faciales en tête tout du long ! En résumé, si vous aimez les films et que vous savez que vous pourrez vous faire votre propre cinéma perso alors allez-y, sinon passez votre tour sans regret !

    13/08/2021 à 10:08 Horatio (288 votes, 7.5/10 de moyenne) 5