La Disparition de Stéphanie Mailer

13 votes

  • 4/10 le theme de l'intrigue a déjà été abordé par une grande écrivaine et au cinéma par un grand cinéaste. Et c'était particulièrement réussi. Si Joel Dicker avait voulu écrire un pastiche de ce roman alors oui peut être cela aurait il été un bon roman. Malheureusement je ne pense pas que c'était son but.
    Des situation abracadabrantesques! Des retournements de situation qui a force de vouloir nous perdre nous font tourner en rond.
    Et que dire des personnage qui (a l'exception de Dakota qui est vraie) sont des caricatures et meme pour certains d'entre eux des caricatures de caricature.
    Autant j'avais aimé Harry Quebert et encore plus le livre des Baltimore autant j'ai été déçu par celui-ci.

    17/11/2019 à 22:37 eagle4 (613 votes, 7.2/10 de moyenne) 4

  • 9/10 600 pages en 12h sur 3 jours.
    3e livre de Joël Dicker avalé cette année pour moi. Oui, je rattrape mon retard ; mais avec un plaisir absolu ! 3 titres et 3 histoires fabuleuses. En ce qui concerne cette disparition de Stéphanie Mailer, c'est un jeu de construction à peine imaginable. Tout se croise, se décroise, s'enchaîne, rebrousse chemin, avance, accélère, tatonne. Les personnages de cette petite ville des Hamptons ont chacun leur place bien définie dans cet univers impitoyable des petites villes américaines où tout le monde se connaît et a un secret sur l'autre.
    Le terreau de Dicker est bel et bien le même que ses autres livres comme on le lit souvent mais j'aurais tendance à dire : et alors, tant que l'histoire est bonne ? Et cette histoire l'est carrément ! J'ai pris rellement autant de plaisir qu'avec Harry Quebert et cette même trame policière, ce même style assez unique où les changements de temps et de narrateurs s'enchaînent sans que cela ne nuise à la lecture. Et cette sensation de copie n'est pas un défaut selon moi, bien au contraire.
    En résumé, la chanson d'un bon polar s'applique parfaitement à Joël Dicker : C'est lui. C'est lui. C'est lui. C'est lui. C'est lui. Ah non, en fait c'était lui.
    L'enquête avance à petits pas mais les pistes sont creusées efficacement. Seul regret minuscule : j'avais deviné très tôt "ce qui est visible et que personne n'a vu". Mais finalement, peu importe, toutes les pistes étaient importantes à creuser pour comprendre le final grandiose.
    Quel plaisir ! Il écrit des pavés mais Dicker devient pour moi une valeur sûre comme véritable raconteur d'histoires.

    17/08/2019 à 00:54 athanagor (228 votes, 7.8/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Un polar amusant qui tient en haleine avec de nombreux personnages, certains assez truculents (et un peu exagérés), des pistes qui s'emboitent...

    17/07/2019 à 23:20 clochette (58 votes, 7.7/10 de moyenne) 3

  • 4/10 Pas vraiment convaincu, c’est le moins que l’on puisse dire..
    L’auteur a-t-il vraiment voulu écrire cette histoire sous forme de vaudeville ? Si oui pourquoi pas...
    Mais je n’ai dans ce cas pas du tout adhéré, les personnages sont plus que des caricatures, les clichés plus nombreux les uns que les autres, et l’histoire plus qu’improbable.
    Si ça doit être adapté au cinéma, ce ne pourrait être qu’une comédie, à moins que, les frères Coen peut-être ?
    En tout cas si c’était à refaire, je ferais l’impasse.

    05/07/2019 à 19:16 mkl (157 votes, 6.9/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Une fois de plus, j'ai pris un grand plaisir de lecture avec un roman de Joël Dicker. Si La disparition de Stéphanie Mailer est moins émouvant et écrit de manière plus simple que Le Livre des Baltimore ou La vérité sur l'affaire Harry Québert, il est presque aussi addictif que ces deux derniers.
    L'auteur a cette façon unique de construire son récit à la façon de poupées gigognes : les intrigues sont imbriquées les unes dans les autres et Joel Dicker, en tant que redoutable tortionnaire de lecteur, nous en dévoile des bouts avec parcimonie avant de passer à tout autre chose dans un nouveau chapitre. Il change d'espace-temps à la vitesse d'un éclair ou rajoute de nouveaux protagonistes à son histoire et la frustration est grande. Mais le suspense l'est tout autant. J'adore ce procédé narratif mais je comprends qu'il puisse finir par lasser au bout du troisième ouvrage de l'écrivain.
    Les (nombreux) personnages sont chouettes et le metteur en scène fou, impayable. Quant au critique littéraire prétentieux...hé hé, ça sent le vécu !
    Certaines scènes sont complètement déjantées, d'autres pas totalement crédibles mais pourtant, j'ai complètement adhéré, une fois de plus, à l'univers de cette petite ville d'Orphéa, où décidément, il s'en passe de "drôles" de choses !
    La disparition de Stéphanie Mailer qui débute sur un quadruple meurtre est, bizarrement, tout sauf morbide. Je l'ai trouvée pleine de vie, de fantaisie et d'un charme irrésistible. L'enquête n'est finalement qu'un prétexte pour nous offrir un roman choral avec des personnages variés et attachants qui se croisent et se recroisent...

    17/05/2019 à 21:44 Ironheart (519 votes, 7.5/10 de moyenne) 7

  • 7/10 Seulement bon roman, mais pour ne pas être déçu, il ne faut pas s'attendre à une enquête policière sérieuse. L’enquête sur la disparition de Stéphanie Mailler est mené avec sérieux par les protagonistes, mais la loufoquerie des personnages amène vite le roman dans quelques chose de très différent de la normale. Dicker réussit quand même à nous captiver car il titille notre curiosité en nous menant d'un personnage à l'autre avec pour tous une histoire particulière et un lien particulier avec les autres, La bizarrerie des personnages, un peu poussait à l’extrême, laisse quand même un sentiment de pas maîtriser et à la fermeture, même si l'on a passé un bon moment en le lisant, on sait déjà que l'intrigue ne restera pas inscrite dans notre mémoire contrairement aux deux précédent de l'auteur.

    11/01/2019 à 06:11 bidibule (213 votes, 8/10 de moyenne) 5

  • 3/10 Un point important à préciser, ce nouveau roman de Joël Dicker n'est pas un thriller, ce livre serait à classer dans les romans policiers... voire dans la catégorie des romans "tout court"... et pas dans le rayons des bons romans.

    Car si j'avais été séduit par La vérité sur l'affaire Harry Quebert, autant je suis déçu par La disparition de Stéphanie Mailer.

    D'une part parce que tant dans la couverture du livre, que dans l'organisation de l'histoire, à sa lecture on a une sensation de déjà-lu, déjà-vu.

    D'autre part par ce que l'auteur pour ajouter des pages à son livre multiplie les chapitres flashback de plusieurs pages pour ce qui avait dit à la fin du chapitre ne quelques phrases, ajoute toujours plus de personnages, tous plus caricaturaux les uns que les autres, avec des histoires secondaires qui n'apportent rien à l'histoire principale, au point où parfois je me demandais qui était qui et de qui on parlait par moment. D'ailleurs il semblerait que tant l'auteur que l'éditeur se soient également égarés sur le sujet à la première impression du roman, en se trompant de nom du coupable. Bref du Dostoïevski en moins bien.

    Enfin, parce que l'enquête est tout simplement nulle. On a l'impression de voir le Sheriff Rosco de Sheriff fait moi peur enquêter, sans aucune logique et faisant preuve d'un grand manque de professionalisme. L'enquête avance par des découvertes fortuites, des indices tombés du ciel, sans aucune possibilité au lecteur de découvrir le coupable.

    Le seul point fort du roman est que pour le prix vous mettrez du temps à lire ces plus de 600 pages tant l'histoire se tire en longueur, et donc vous aurez au cela pour votre argent.

    08/11/2018 à 21:35 QuoiLire (188 votes, 6.7/10 de moyenne) 8

  • 8/10 Un roman qui ressemble peut-être un peu aux autres au niveau de sa construction mais pour moi ça fonctionne toujours très bien.
    600 pages qui vous tiennent en haleine et c'est bien là le principal.

    04/11/2018 à 16:41 ladouille (108 votes, 7.1/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Un peu déçue par ce roman qui m'a rappelé les précédents , mais j'ai tout de même passé un bon moment de lecture.

    13/10/2018 à 10:24 lady (131 votes, 7.7/10 de moyenne) 3

  • 8/10 J'ai passé un très bon moment de lecture. J'ai bien aimé me faire promener dans toutes ces pistes qui finalement n'en étaient pas. L'écriture est fluide et les personnages attachants.

    19/06/2018 à 17:15 calimero13 (626 votes, 7.4/10 de moyenne) 2

  • 4/10 Joël Dicker tente de nous refaire le coup de l'affaire Québert, mais cette fois, la mayonnaise ne prend pas, ne prend plus, c'est même une énorme faute de goût...
    Je ne peux pas dire que je me sois totalement ennuyé, mais entre des scènes dignes d'une mauvaise sitcom, des rebondissements d'un opportunisme discutable, des dialogues affligeants de niaiserie, on frôle tellement le grotesque et la caricature, qu'on va au bout de l'expérience en s'interrogeant sur le pourquoi d'un tel engouement autour de cet auteur, et de ses romans...

    22/04/2018 à 19:53 jackbauer (524 votes, 7.1/10 de moyenne) 9

  • 9/10 J’ai boulotté la disparition de Stephanie Mailer de la même manière que j’avais gobé Québert et les Baltimore, en 48 heures en totale immersion. La plume Dicker fonctionne toujours, le dénominateur commun du roman dans le roman est la clé de voûte de l’intrigue et la galerie des personnages est truculente. Derek, Anna et Jesse ont pris corps dans mon salon pour ma virée dans les Hamptons le temps du week-end. Un presque roman d’aventure(s) qui tient sa promesse de page-turner. Réussite !

    02/04/2018 à 20:56 clemence (268 votes, 7.7/10 de moyenne) 10

  • 8/10 Dicker reprend les mêmes recettes et remet ça! Il se dévore comme les précédents mais un ton en dessous. Un peu trop alambiqué, un peu trop prévisible, voir un peu trop facile par moments; mais ça reste un bon moment de lecture.

    19/03/2018 à 10:48 guimouts (256 votes, 8/10 de moyenne) 11