L'ingratitude des fils

4 votes

  • 6/10 l intèret du bouquin réside dans la description tres réaliste de paris et de ses habitants fin 1945 ,le héros l inspecteur maurice clavault a une personnalitée qui semble bien représenté un homme chahuté par les aléas de la vie de l époque.

    16/01/2017 à 22:25 latimer (603 votes, 6.9/10 de moyenne) 3

  • 7/10 L'auteur a particulièrement soigné sa description de Paris à la Libération, du coup l'intrigue policière passe au second plan sans que cela ne nuise à l'ensemble du livre. Un bon moment de lecture, une suite en prévision?

    12/11/2011 à 07:49 Jabba (439 votes, 7.1/10 de moyenne) 2

  • 8/10 Pendant l'hiver 1945, des gamins découvrent un cadavre niché dans des ruines. Détail troublant : il est en partie brûlé, sa main est peinte en noir, et on découvre dans sa bouche un papier sur lequel est écrit : « A PARM ». C'est le jeune inspecteur Maurice Clavault qui doit mener l'enquête. Dans une France trouble et troublée, son investigation ne manquera pas de rouvrir des blessures encore récentes.

    Ce roman écrit par Pierre D' Ovidio et amorçant la série consacrée à Maurice Clavault est un pur régal. L'ambiance de l'époque est parfaitement restituée, entre douleurs du passé et espérances timorées pour l'avenir, et l'on devine sans mal le formidable travail de documentation qui a été le préalable à l'édification de ce récit. Les personnages sont tous très humains, bien campés, et crédibles. Les aller-retours entre le germe des drames à venir, s'enracinant dans la Lituanie de 1926, et le présent sont réussis et enrichissent l'histoire d'une dimension humaine inoubliable. Le roman ne livre la clef de l'énigme que dans les dernières pages, à la fois poignantes et révélatrices d'une société qui essaie de tourner la page. Certes, l'intrigue passe au second plan, laissant Pierre D' Ovidio peindre le portrait de nations et de peuples en désarroi, mais elle n'en demeure pas moins émérite.

    L'ingratitude des fils est donc un roman qui tient à la fois du policier et de l'historique. On ne peut que louer l'intelligence et la pertinence de Pierre D' Ovidio de proposer un roman aussi original et instructif. Une littérature pour mémoire.

    01/03/2011 à 19:32 El Marco (1812 votes, 7.5/10 de moyenne) 2

  • 5/10 Ce n'est pas pour l'enquête en elle-même qu'il faut lire ce roman : elle est même assez creuse.
    Il est plus intéressant de prendre ce livre pour son côté historique : conditions de vie et de survie pendant cette période. Mais rien n'y est vraiment fouillé, tout est survolé. L'auteur a voulu aborder trop de sujet sans les approfondir. Peut-être plus d'info dans les prochains romans (comme cette histoire de jeune femme violée...)

    31/01/2011 à 10:01 Fabounet54 (18 votes, 7.1/10 de moyenne) 1