Surface

31 votes

  • 9/10 Trop de policiers se veulent écrivains mais O.Norek a un talent d'écriture et des idées.

    26/12/2020 à 18:24 Atacina (3 votes, 9.3/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Roman palpitant, agréable et complexe. Des personnages attachants, complexes, des descriptions marquantes de paysages.

    25/12/2020 à 18:04 clochette (72 votes, 7.6/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Un polar agréable mais qui ne sort pas des sentiers battus. J'ai l'impression d'avoir déjà lu ce genre de roman à maintes reprises et, même s'il respecte tous les codes du genre, il reste très classique et ne contient pas de réelles surprises. Reste un personnage principal arttachant et plutôt atypique. En bref, un polar qui fait le job mais qui ne m'a pas plus enthousiasmé que cela.

    05/11/2020 à 23:24 ericdesh (694 votes, 7.5/10 de moyenne) 6

  • 6/10 Pendant 200 pages, SURFACE répond aux attentes, ou plutôt aux miennes qui, à l’instar de ses précédents opus, n’ont jamais été immenses sans être pour autant petites. Le gars est un bon faiseur, et mine de rien, chez les Frenchies, ils ne sont pas légions.
    Bref, je lisais, peinard, en me disant : « OK, ça roule tout seul, efficace, descriptif mais pas trop, nerveux, rythmée. Bref du Norek dans le texte ». C’est ce que je cherchais. All good.
    Ensuite, c’est pas que ça se gâte, c’est que ça ronronne, et sans trop savoir pourquoi, j’ai commencé à m’ennuyer (juste un peu) sans vraiment m’emmerder (vous saisissez la différence ?).
    Je ne peux pas dire que l’intrigue soit mauvaise, non, mais ça ne m’a pas non plus captivé.
    Le final avec ses longues et pompeuses révélations grossièrement soulignées au marqueur (règle d’or : pas oublier d’assister le lecteur paresseux ou inattentif) ? Bof. Le dernier twist ? OK, ça passe crème.
    Je ne peux pas dire non plus que le personnage principal (une femme) soit lisse et sans aspérités, l’auteur parvient malgré tout à lui donner une certaine densité même si le côté badass-au-coeur-grenadine, c’est du recuit.
    Pas de scène marquante à se mettre sous la rétine (la seule qui me soit restée - No en califourchon sur son ex - est, malheureusement, aussi inutile qu’involontairement comique et ridicule).
    Malgré ça, j’ai avalé ce livre sans rechigner, mais sans passion.
    Au milieu du récit, Zorro (enfin Hugo) est arrivé. Sans se presser. Perso, je m’en serais allègrement passé.
    Mais voilà, Norek est un indécrottable sentimental.
    On peut être policier et être une midinette. Si un flingue est accrochée dans la main gauche du flic-auteur, dans l’autre cogne, il y a un bouquet de fleurs.
    Est-ce pour satisfaire ses lectrices (75% de son lectorat si j’en crois la file d’attente dans les salons genre celui de Saint Maur par exemple), il n’a pas pu s’empêcher de coller à son enquête une love-story un poil guimauve et franchement dispensable.
    Après, qu’on se le dise, chez Norek, ses héros masculins sont toujours des gars virils, ténébreux, courageux, avec un job risqué (le flic Coste dans la trilogie du 93, ici Hugo un plongeur) forcément irrésistible même pour les héroïnes féministes et fortiches comme Noémie qui derrière ses jurons de mec va fondre (très vite d’ailleurs) - cambrure de reins, et tout le barda de la gamine émoustillée - devant le beau mâle.
    L’autre souci chez l’auteur, c’est qu’il se fait un peu trop plaisir avec les dialogues. Faut reconnaitre qu’il est doué dans ce registre (je précise : surtout dans le dialogue court, dans les grandes tirades, c’est plus poussif et même assez boursouflé), ça claque, mais voilà TOUS les personnages (les collègues, le psy, le boyfriend, certains villageois, ….) ont le goût de la punchline, de la bonne répartie et donc on a le sentiment qu’ils jactent tous pareil. Pêché de gourmandise, sans doute, pour lequel j’ai plutôt de l’indulgence.
    Au final, SURFACE se lit vite, et globalement bien (j’ai même parcouru tous les remerciements qui confirment le fait que Norek, l’homme, m’a sincèrement l’air d’un chouette gars).
    Pas un grand roman, pas naze non plus. Norek a d’évidentes facilités, et une vraie sensibilité, mais ne s’est pas trop cassé la plume sur celui-là. « IMPACT », son dernier roman, vient de sortir. Comme tous les autres, je le prendrais et le lirais. Mais en poche.
    Voilà. Si je me précipite autant pour écrire sur le feu cette chronique (un poil bâclée, j’en conviens), c’est que demain, de ce livre, il ne m’en restera pas grand chose.

    31/10/2020 à 16:22 schamak (70 votes, 6.2/10 de moyenne) 4

  • 8/10 C'est un excellent petit polar rural. L'intrigue est très crédible, les personnages aussi, le tout sur fond de secrets bien gardés et protégés par le côté taiseux et renfermés des gens du Massif Central dont l'Aveyron fait partie. C'est aussi l'histoire d'une enquête menée "à l’ancienne", dans laquelle la capacité d'écoute, de mémorisation, d'analyse, de déduction, d'anticipation et d'intuition policière est primordiale. Il n'y a pas une débauche d'hyper technicité, d'hyper connectivité ni d'hyper violence. Des ingrédients du quotidien suffisent à l'auteur pour donner corps à son histoire. Son talent d'écrivain ajoute le suspens qui fait qu'on tourne les pages avec gourmandise.

    26/10/2020 à 10:07 Surcouf (233 votes, 7.1/10 de moyenne) 5

  • 7/10 Noémie Chastain, capitaine à la brigade des stups au 36, est renommée et appréciée. Lors d’une intervention, elle reçoit une décharge de plombs au visage. Verdict sans appel : défigurée. Après quelques semaines d’hospitalisation, elle reprend du service. Mais personne n’ose la regarder en face. Y compris son fiancé. Ses supérieurs choisissent de l’écarter en l’envoyant dans un commissariat de l’Aveyron, à Decazeville. Elle a pour mission officielle de faire un rapport en faveur de la fermeture du poste de police locale.

    Si son arrivée est difficile pour elle, No (comme elle aime désormais s’appeler, laissant pour morte son autre Noémie) est assez bien accueillie, même si ses méthodes parisiennes font sourire ses collègues. Lors d’une partie de pêche, un habitant découvre un fût. Il provient de l’ancien village d’Avalone qui a été submergé avec la création du barrage. A l’intérieur, se trouve les restes du corps d’un des trois enfants du village disparus en 1994. Mais où sont les deux autres ? Il ne reste qu’à vider le lac. Et c’est toute la vérité, ensevelie avec l’ancien village, qui fera surface.

    Polar lu en moins de 24h. Tous les éléments d’un page-turner sont présents : chapitres courts et rythmés, empathie pour le personnage principal, cold case avec des enfants, sans oublier la rubrique « fleur bleue »,… J’ai eu plaisir à enchaîner les pages, à découvrir l’intrigue, et les personnages même si j’avais un sentiment de déjà lu. Pas de surprise, sauf celle de voir Olivier Norek faire un clin d’œil à ses collègues Claire Favan et Jacques Saussey enterrés dans le cimetière d’Avalone.

    25/10/2020 à 19:06 JohnSteed (252 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 6/10 Une lecture facile et agréable avec des personnages sympathiques. Une bonne intrigue mais pas très originale.

    24/09/2020 à 07:31 Grolandrouge (790 votes, 6.6/10 de moyenne) 3

  • 8/10 Un très bon cold case à la campagne. J’ai été totalement immergé par l’histoire et le lieu étant en vacances près du village où se passe l’action. Ici pas d’histoire rocambolesque qui va à cent à l’heure. Tout se déroule en Province avec son rythme et sa population où tout le monde se connaît.
    Très bonne histoire, et très bonne nouvelle héroïne de l’auteur qu’on risque de retrouver.
    A lire et de préférence à la campagne.

    16/08/2020 à 11:00 boumkoeur (132 votes, 8.4/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Il est des livres que vous démarrez et immédiatement vous savez qu'ils vont vous plaire. C'est la magie de certains livres. Cela dépend du temps, de l'ambiance dans laquelle vous vous trouvez au moment de lire les premières pages, des livres précédemment fermés si vous les avez aimés ou pas... Mais parfois, même avec ces circonstances, vous vous dites "quoiqu'il arrive, ce livre aurait été parfait". Et bien c'est précisément ce qu'il m'est arrivé avec cet auteur, Olivier Norek, que je découvre par ce titre "Surface".

    Suite à un très grave accident lors de sa dernière intervention, Noémie Chastain va se battre contre ses séquelles extérieures et intérieures. Ça démarre très fort et ça continue tout autant jusqu'au bout !
    C'est hyper humain. On souffre, on ment, on avance, on aime, on déteste tout avec elle. On devient elle. On aimerait être elle.

    Je ne dévoilerai rien de l'histoire, rien des rebondissements, car ce serait dommage que vous ne viviez pas la même aventure que moi !
    Si vous avez 6h devant vous, que vous voulez du dépaysement des grandes villes, une enquête très solide, alors plongez en surface. (Facile, mais trop tentant)

    Un excellent 9/10 dans mon échelle de goût ! Ravi d'avoir lu du Norek et ainsi avoir avancé dans ma quête de 2020 intitulée "à la découverte d'auteurs ultra-connus"

    01/08/2020 à 19:00 athanagor (249 votes, 7.7/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Mon premier Olivier Norek et très certainement pas mon dernier. J'ai adoré le style, vif, direct, précis et juste. Des dialogues percutants et souvent drôles, une répartie qui martèle et qui en même temps, coule de source, une symbolique en filigrane qui approfondie le propos, bref un style qui accroche et qui paraît naturel, sans effort, pourtant très riche. Les personnages sont ultra attachants, originaux et humains au point que j'espère qu'ils seront récurrents. Une histoire pleine de mystères et rebondissements. J'ai toujours été fasciné par les histoires de villages engloutis et celle-ci est particulièrement savoureuse.

    05/07/2020 à 11:01 Polarbear (477 votes, 7.9/10 de moyenne) 8

  • 9/10 Tout ce que j'attends quand j'ouvre un roman : un bon rythme, des personnages intéressants, une histoire qui tient debout, et une ambiance qui accroche. Tout y est!

    20/05/2020 à 17:05 woukou (79 votes, 7.2/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Encore un livre fort. une flic en pleine reconstruction et une belle histoire

    18/04/2020 à 23:00 edgardav (14 votes, 7.7/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Un nouveau personnage, une gueule cassée. Nouveau lieu, exit les banlieues survoltées, bienvenue à Decazeville (fallait la trouver celle-la).
    Pas de fusillades ni de bagarres, mais un pays avec de lourds secrets qui remontent à la ...
    Une nouvelle réussite pour Olivier Norek qui a su se renouveler pour nous servir un polar bien noir, addictif, un scénario bien ficelé et une héroïne attachante.
    L'auteur n'évite pas quelques clichés convenus, mais au final, c'est tout bon.

    12/04/2020 à 12:43 charlice (172 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 8/10 je découvre Norek avec ce livre et j'ai adhéré. C'est bien construit, prenant, plutôt sombre, les personnages possèdent de la chair, et le roman est très accessible. Une réussite !

    26/03/2020 à 12:04 zonedead (408 votes, 7.4/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Très bon polar, haletant et qui nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.

    11/03/2020 à 07:34 Persannt (2 votes, 8.5/10 de moyenne) 1

  • 9/10 En bref, rien de très surprenant dans l'avis de groupie qui va suivre...
    Olivier Norek arrive à me convaincre à chaque fois, même lorsque c'est mal parti comme ici, avec un personnage principal féminin, qui n'est habituellement pas ma tasse de thé !
    Finalement, je me suis très vite attachée à elle, à son tempérament malgré quelques décisions et réactions que je n'ai pas forcément comprises.

    10/01/2020 à 11:32 Riz-Deux-ZzZ (296 votes, 6.9/10 de moyenne) 5

  • 7/10 Encore un très bon roman que nous offre ici Olivier Norek, auteur devenu une valeur sûr dans le monde du polar. Un "cold case" palpitant avec une héroïne attachante (je préfère tout de même Victor Coste) qui je pense reviendra dans une prochaine enquête. En tous cas je l’espère. Longue vie à Noémie!

    21/10/2019 à 08:39 LeoLabs (308 votes, 7.4/10 de moyenne) 6

  • 8/10 Découverte de cet auteur, je suis agréablement séduite !

    J'ai beaucoup aimé l'histoire de la Capitaine Chastain car l'enquête dont elle s'occupe est avant tout celle de sa reconstruction, et la présentation des 2 Avalone, l'ancienne et la nouvelle, font véritablement office de cure psy pour cette femme défigurée, aux deux profils, ayant à gérer un avant et un après.
    L'analogie avec Adamsberg de Vargas, ses fêlures, ses Pyrénées, ses accointances avec l'intuition, ses sorties si cyniques qu'elles en sont jubilatoires, n'a cessé de me traverser l'esprit. On trouve de l'Homme a l'Envers et de la Recluse sous la Surface ...
    Et bien sûr de l'amour. Ah que c'est bon de savoir que ces brutes de flics sont aussi sous le coup de sentiments. Je trouve que Norek évite par ailleurs le style parodique pathos de la femme flic. Brillante No qui se bat avec plus que contre ses démons.

    Surface est une excellente découverte et je quitte à regret ses protagonistes.

    12/08/2019 à 15:08 clemence (315 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 9/10 J'ai adoré ce premier roman par lequel je découvrais Olivier Norek !
    Simple, efficace, nerveux, le tout servi par une géniale intrigue et un style soigné, bravo et merci

    01/08/2019 à 20:30 Rod (82 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Abîmée dans sa chair lors d'une interpellation , cabossée dans sa tête ensuite la capitaine Chastain est mis au placard dans l'Aveyron.
    Entre vie à la campagne,nouveaux collègues et ennui elle entame sa reconstruction jusqu'à de douloureux souvenirs remontent à la surface.
    Prenant,rythmé,percutant Olivier Norek enchaine parfaitement après Entre deux mondes. Ses personnages sont biens campés, fonctionnent parfaitement.
    La palme revenant revenant à Chastain.
    Très bon

    14/07/2019 à 22:39 Fab (460 votes, 7.9/10 de moyenne) 8