Ne fais confiance à personne

(Trust No One)

7 votes

  • 6/10 Globalement assez déçu, j'ai mis un temps fou à entrer dans l'histoire. D'ailleurs ces histoires sur la mémoire se révèlent toujours tourner autour des même choses : coupable ou non coupable. Du coup on devine, tout du moins on envisage, la fin assez rapidement. Une fin cependant intéressante. J'ai aussi aimé l'écriture toujours aussi agréable de Paul Cleave.

    16/04/2018 à 09:48 newsovski (86 votes, 7.8/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Une chose est sûre : il faut avoir vraiment toute sa tête pour pouvoir écrire ce genre d'histoire ! Du grand Cleave !

    04/03/2018 à 14:45 lady (122 votes, 7.8/10 de moyenne) 1

  • 9/10 J'écris ceci au cas où un jour le capitaine A prenne le contrôle de mon navire, je ne dois jamais oublier que Paul Cleave est un auteur extraordinaire, qui joue avec les normes du thriller pour créer son propre univers afin de nous servir des histoires noires, cocasses et incomparables.
    Ici la mémoire est mise à l'épreuve ! Accrochez vous car Jerry atteind d'Alzheimer va vous trimballer, il ne sait parfois plus qui il est, simple auteur de romans ou dissimulateur, et comme lui vous douterez de tout, vous serez déstabiliser face à certaines révélations amphibologiques. Faites vous plaisir, lisez Paul Cleave !

    09/10/2017 à 10:15 Emil (372 votes, 7.3/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Paul Cleave nous aide à boucher les trous ( de mémoire), en juxtaposant les points de vue, et les souvenirs, pour tenter de démêler le Grey du faux...
    Il teinte les blancs de noir, avec ce whodunit paranoïaque et haletant, traversé de féroces éclats de rire, où la vérité de la veille n'est pas forcément celle du lendemain...
    Face à l'incertitude constante qui façonne le quotidien de Jerry, le lecteur s'interroge avec lui sur le bien-fondé de ses actes, et la réalité de ses dires...
    Avec son imbroglio psychologique, Cleave traduit de manière brillante l'essence même de ce vers quoi tend tout bon romancier de polar : l'état d'esprit du personnage principal illustre admirablement celui dans lequel les auteurs du noir cherchent à plonger leurs lecteurs... Ballottés entre demi-vérités et révélations douteuses, se défiant de tout, à la merci de leur bon vouloir, ils aiment à se sentir déboussolés en parcourant les lignes de leurs littérateurs préférés, à l'image des fameux carnets de Jerry Grey...

    07/10/2017 à 17:24 jackbauer (427 votes, 7.1/10 de moyenne) 9

  • 5/10 En bref, un thriller sur la mémoire qui a sûrement un énorme potentiel au vu du résumé et des avis positifs que j'ai pu lire. Malheureusement, Paul Cleave a sur-estimé mes compétences et m'a perdu en chemin après plusieurs changements d'identités et deux sujets centraux trop emmêlés.

    01/10/2017 à 17:35 Riz-Deux-ZzZ (211 votes, 7/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Paul Cleave dépoussière les codes du genre pour mieux jouer avec et pousse la terreur psychologique très très loin. En ressort un thriller grinçant, parfois méchant mais qui fait un bien fou! Vous avez aimé Joe? Vous devriez adorer Jerry !

    31/08/2017 à 17:54 OttisToole (278 votes, 7.1/10 de moyenne) 5

  • 9/10 En 450 pages, Paul Cleave joue au maximum avec le concept épatant de cette intrigue, et son génie fait que le récit est jubilatoire de la première à la dernière page.

    31/08/2017 à 07:02 Gruz (299 votes, 7.8/10 de moyenne) 7