La Femme en vert

(Grafarþögn)

46 votes

  • 8/10 Très bon polar.

    19/09/2019 à 12:35 pandore77 (29 votes, 7.7/10 de moyenne)

  • 9/10 C'est ce genre de roman qui vous prennent et ne vous lâchent plus. Du matin au soir, on y repense et du soir au matin (pour ma part) on le dévore. Une histoire bouleversante qui vous prend aux tripes, et le mal être de Erlendur qui se poursuit. Au fur et à mesure que l'équipe d'archéologues libère au pinceau le cadavre enfouis depuis un demi siècle, Erlendur, se bat d'un côté, pour renouer un lien avec ce qu'il reste de sa cellule familiale éclatée, et démêle le tissu de secrets d'une histoire qui date de la seconde guerre mondiale, avec la même lenteur, la même précision. C'est magistral! Un coup de cœur pour ma part, un ouvrage de référence pour le polar nordique.

    19/11/2018 à 09:31 Polarbear (386 votes, 7.9/10 de moyenne) 14

  • 10/10 superbe!une histoire tres poignante et magnifiquement racontée

    01/11/2017 à 21:30 barberouge (161 votes, 7/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Une intrigue qui avance au même rythme que l'archéologue déterre les ossements, c'est à dire lentement mais subtilement. Je découvre Erlendur, un homme abattu, perdu dans sa vie privée, mais qui reste obstiné et intraitable dans la résolution de son enquête. Le thème central du récit est déchirant et très bien exprimé, impossible de rester impassible face à la souffrance de cette femme et de ces pauvres gosses qui subissent la tyrannie de leur père.
    Un très bon polar.

    30/08/2017 à 14:13 Emil (407 votes, 7.3/10 de moyenne) 8

  • 10/10 A mon goût le meilleur, le rythme lent, les deux histoires en parallèle...

    12/04/2016 à 14:24 newsovski (125 votes, 7.7/10 de moyenne) 3

  • 7/10 En bref, j'ai passé un bon moment grâce à une enquête très intéressante et riche en émotions en tous genres. Les moments du passé sont pour moi ce qui permet au lecteur d'être scotché par cette lecture. J'ai néanmoins toujours du mal avec le personnage principal.

    30/12/2015 à 16:14 Riz-Deux-ZzZ (261 votes, 7/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Arnaldur Indridason débute son roman avec une scène choc: le spectacle au combien attendrissant d'un bébé suçotant un os humain. L'os en question a été trouvé par le frère du bambin sur le chantier de maisons en construction. Il se trouve que sous la terre repose un cadavre qui sera mis à jour petit-à-petit au cours du livre par une équipe d'archéologues chargés du travail par le commissaire Erlendur. Notre héros, épaulé par Sigurdur Oli et Elinborg, va devoir remonter les ans pour retrouver l'identité du squelette et son histoire, croisant sur son chemin une mystérieuse femme en vert et un buisson de groseilliers. Une histoire qui prend son temps, loin du polar urbain à l'américaine, occasion de se plonger dans la société islandaise et de suivre un héros nostalgique d'un pays qu'il voit s'enfuir, regrettant la perte de la langue au profit de l'anglais, l'urbanisation..., la perte d'une culture. Le lecteur suit en parallèle l'enquête d'Erlendur et de son équipe, et l'histoire de ceux qui ont vécu sur la colline un drame familial. Un roman au coeur duquel réside le thème du poids de la famille.

    30/11/2015 à 10:22 LeeWeel (357 votes, 7.9/10 de moyenne) 6

  • 9/10 Comment aborder un sujet aussi sensible sans tomber dans la caricature ou le mélodramatique? En étant juste, comme l'est ici Indridason dans sa façon de nous faire vivre le quotidien insoutenable d'une mère et ses enfants, prisonniers d'un bourreau comme on n'ose imaginer qu'il puisse en exister.
    J'ai été partagée pendant ma lecture entre plusieurs sentiments contradictoires. L'envie irrépressible de continuer à lire et celle de reposer rapidement le livre afin de reprendre mon souffle.
    Les premières fois où sont décrites les horreurs subies par cette femme sont à peine supportables. Il ne s'agit pas ici uniquement d'atteintes physiques mais psychologiques. On se trouve spectacteur impuissant de la lente et violente destruction d'un être et de ce qui lui est cher. On développe alors une haine pour ce père qui s'octroie le droit de dissimuler sans l'once d'un remord ses pires faiblesses et sa lâcheté sous les coups, menaces et humiliations.
    Le rôle d'Erlendur est ici de faire parler des os humains, de remonter le cours du temps pour en déterminer l'identité et l'histoire, tout en faisant face à son propre drame, celui du coma dans lequel se trouve plongée sa fille.

    10/09/2015 à 23:34 breizhailes (16 votes, 8.6/10 de moyenne) 6

  • 7/10 Quasi un copier/coller de la critique de Mkl!!! Un auteur qui vaut pour son style et sa plume, moins pour l'enquête proprement dite.

    13/12/2014 à 23:57 chouchou (529 votes, 7.6/10 de moyenne) 2

  • 9/10 Un excellent roman qui mêle enquête policière et drame familial pendant la seconde guerre mondiale. L’inspecteur Erlendur doit effectuer un travail de mémoire pour découvrir l’identité d’un squelette retrouvé sur une colline. Ici ce qui tient en haleine, c’est le récit du quotidien de cette famille qui vit dans la terreur de ce père violent. La tension va grandissante et nous paralyse, nous empêchant d’arrêter notre lecture. L’auteur sait donner corps à ses personnages et a parfaitement réussi à retranscrire l’enfer de la violence conjugale. En parallèle, on découvre une nouvelle façette d’Erlendur confronté ici au drame que vit sa fille. Une lecture hautement recommandable et une bonne entrée dans cette série policière.

    26/12/2013 à 21:53 zonedead (348 votes, 7.4/10 de moyenne) 6

  • 10/10 Mon premier Indridason et je ne m'en suis toujours pas lassé : le meilleur pour l'instant de ceux que j'ai lus.

    27/10/2013 à 14:00 jacques (4 votes, 9.8/10 de moyenne) 2

  • 8/10

    16/04/2013 à 22:06 ELOJ (172 votes, 7.8/10 de moyenne) 1

  • 9/10 J'ai littéralement dévoré ce roman.. Je vais m'empresser d'acheter la suite des aventures d'Erlendur. L'histoire de cette famille pendant la seconde guerre mondiale est juste bouleversante, et les talents d'écriture de l'auteur, nous plonge réellement dans leur triste quotidien qui occupe la place centrale du bouquin, relayant au second plan l'investigation d'Erlendur et de ses collègues.

    24/03/2013 à 22:47 ChrisNw (49 votes, 8/10 de moyenne) 2

  • 8/10 Ce roman est une juxtaposition d'histoires familiales assez lourdes (séparation, disparition, violence, drogue). Il y a cependant une légèreté dans la forme, pas d'empressement, pas de surenchère de la part d'Indridason, tout est bien posé. On erre de façon mélancolique entre les intériorisations brumeuses d'Erlendur, et les histoires d'autres gens, d'autres époques. Un roman spécial et marquant !

    03/01/2013 à 10:50 LedSep (196 votes, 7.3/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Ce livre a été une claque.
    Bouleversante plongée dans une Islande méconnue, celle du passé, celle de la Seconde Guerre mondiale... Magnifique, troublant, les mots me manquent pour décrire ce qui constitue à mes yeux jusqu'ici le meilleur polar d'Arnaldur Indridason.
    Absolument indispensable et incontournable pour toutes celles et ceux qui aiment les polars nordiques.

    03/11/2012 à 11:40 LeJugeW (1018 votes, 7.4/10 de moyenne) 6

  • 10/10 je joint aux avis precedents mon enthousiasme a la lecture de ce magnifique roman .

    26/08/2012 à 13:39 latimer (603 votes, 6.9/10 de moyenne) 4

  • 7/10 L'enquête policière est ici reléguée au second plan, elle ne sert que de cadre au récit d'une histoire triste, simple et presque banale.
    Et comme d'habitude, l'auteur use de tout son talent pour nous la faire partager.
    Une réussite.

    22/06/2012 à 23:08 mkl (158 votes, 6.9/10 de moyenne) 2

  • 10/10 Décidement je suis fan d'Arnaldur et de son héros Erlendur ! Ce roman est à la fois touchant, triste, bouleversant... et pourtant on ne tombe pas dans le récit larmoyant pathétique... c'est juste du grand art ! MAGISTRAL !

    22/04/2012 à 21:31 Alice (263 votes, 7.5/10 de moyenne) 6

  • 6/10 La thématique développée dans cet écrit représente le seul véritable intérêt, la violence conjugale au sein d'une famille des années 40.
    L'enquêteur Erlendur ne présente aucune qualité narrative permettant une immersion, une identification, une passion ressentie via sa description et son vécu.
    La reconstitution de l'histoire via l'enquête est classique (trop), seul une idée permetune certaine romantisation authentique de ce livre:
    LES GROSEILLERS ils représentent la passerelle du présent au passé et représente par le cycle végétal annuel, une image de la vie : on peut par une terre pauvre (violence conjugale subit par la femme et les trois enfants) donné des baies succulentes (matérialisé par l'éclosion de Mikkelina).

    28/03/2012 à 13:16 Nico49 (2 votes, 5.5/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Un extraordinaire roman, qui traite d'un sujet difficile sans tomber dans les pièges du larmoyant et du pathétique. Malgré quelques petites longueurs, un suspense très bien entretenu surtout sur la fin.

    13/02/2012 à 12:41 xavier (853 votes, 7.8/10 de moyenne) 4