Voodoo land

(King of Swords)

6 votes

  • 8/10 Une histoire très plaisante, pleine de rythme où l'on rencontre la communauté haïtienne de Miami, sa criminalité et le Vaudou. Une bonne intrigue, un bon style, malgré les 900 pages, le livre reste très vivant jusqu'au bout (les protagonistes un peu moins). Je me régale à l'idée de découvrir "Cuba Libre" dès que l'occasion se présentera.

    06/11/2017 à 09:50 Grolandrouge (974 votes, 6.6/10 de moyenne) 5

  • 7/10 Un peu déçue par ce roman. L'intrigue était alléchante, mais finalement, l'enquête n'est pas le principal dans ce roman. Elle est plutôt le prétexte à la description d'une époque et de l'état d'esprit des américains à ce moment là. On s'intéresse également plus à la psychologie et l'histoire personnelle des différents protagonistes qu'à la quête de la vérité.

    11/03/2016 à 10:33 calimero13 (806 votes, 7.4/10 de moyenne)

  • 9/10 Miami, début des années 80, côté face : La Floride, les plages, le soleil...Côté pile, c'est une plaque tournante où cubains, haïtiens et colombiens se disputent le marché de la drogue. C'est une jungle urbaine où putes, camés, macs et dealers ne sont que lieux communs. Face à cette faune toujours plus nombreuse, La Miami Task Force tente de maintenir un semblant d'ordre. Deux flics de cette unité d'élite, le lieutenant Max Mingus et son partenaire Joe Liston doivent enquêter sur un meurtre...Un de plus dans cette cité où les trottoirs exsudent sang et cocaïne.
    Le cadavre mutilé d'un homme est retrouvé dans un parc zoologique. Les orifices de son visage ont été cousus et une carte de tarot à l'effigie du Roi d'Epées est retrouvée dans son estomac...Le Roi d'Épées, symbole d'un homme aux pouvoirs immenses...Magie noire, rituels, sorcellerie et croyances vaudoues deviennent alors l'obsession des deux flics. Les voilà partis sur les traces d 'un Roi d'Épées bien plus réel et dangereux qu'une carte divinatoire : Salomon Boukman; une légende dans la communauté haïtienne crainte et respectée de tous. Mingus et Liston se retrouvent entraîner à la découverte d'une culture dont ils ignorent tout et vont devoir tout apprendre. Et tandis qu'ils évoluent dans cette enquête sans filin, des questionnements existentiels ébranlent leurs convictions. Par un jeu habile d'introspections, l'auteur réussit à doter ses personnages d'une grande profondeur qui s'étoffe au fur et à mesure que l'on progresse dans l'histoire. La force de Stone réside dans sa capacité à rendre ces personnages terriblement réalistes et crédibles par l'évocation de leurs failles et de leurs faiblesses. Chacun d'entre eux traîne dans son sillage les souvenirs pesants d'un passé douloureux conditionnant le présent. Cependant, l'écrivain ne tombe jamais dans le « pathos » ou dans le stéréotype manichéen « gentils contre méchants ». Dans la Miami de Stone, les policiers ne sont pas toujours infaillibles et les agressés pas toujours d'innocentes victimes. Nick Stone possède l'art de l'ambivalence et l'on retrouve dans cette oeuvre toute la dualité propre aux romans de James Ellroy.
    Plonger dans Voodoo Land c'est donc faire l'expérience d'un très bon polar, sombre et on ne peut plus envoûtant. Une scène d'introduction percutante, un rythme soutenu, des personnages atypiques, une intrigue riche en rebondissements et originale classent cette oeuvre aux côtés des poids lourds de la littérature policière. En trois productions seulement dédiées au personnage de détective Max Mingus, Nick Stone joue déjà dans la cour des grands…Un auteur à suivre de très près.

    19/01/2016 à 13:34 BillieWild (24 votes, 8.2/10 de moyenne) 2

  • 9/10 Joe Liston et Max Mingus, deux flics de la MTF (Miami task force), vont devoir enquêter sur la mort d'un homme retrouvé au milieu des singes du Parc des primates. Non seulement l'endroit est quelque peu incongru pour mourir mais en plus l'estomac du macchabée contient une étrange mixture dans laquelle baigne les morceaux d'une carte du tarot, le roi des épées (d'où le titre original). Les deux héros vont alors se lancer sur la piste d'un certain Salomon Boukman, truand haïtien qui trempe dans tous les trafics et revêt un aspect quasi mythique car nul ne sait dire à quoi ressemble cet homme qui terrorise les rues malfamées de Miami. A ses côtés, il a pour alliés Bonbon, un type obèse dépourvu de dents et qui portent des prothèses avec lesquels il mord ses victimes et Eva Desamours, grande prêtresse vaudou aux pouvoirs inquiétants. Autrement dit une galerie haute en couleurs. Dans ses remerciements, Nick Stone souligne qu'il doit beaucoup à "La griffe du chien", le roman de Don Winslow. Presque 600 pages menées tambour (vaudou) battant et des méchants puissants qui inquiètent notamment par la légère touche fantastique dont l'auteur teinte son intrigue. Du polar de grande envergure.

    02/12/2015 à 09:19 LeeWeel (357 votes, 7.9/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Passionnante plongée dans le Miami du Vice et du Crime au début des eighties.
    Le duo Max et Joe fonctionne du tonnerre!Et le méchant est d'envergure: une vraie légende urbaine que ce Salomon Boukman, un côté Keyser Sose à la sauce vaudoue!Après avoir refermé le livre, je n'ai qu'une envie : retrouver Mingus dans Cuba Libre!

    04/05/2014 à 16:27 birdie (29 votes, 7.3/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Max Mingus et Joe Liston, policiers, enquêtent en novembre 1980 sur un cadavre découvert dans le zoo de la ville de Miami. Cet inconnu, retrouvé dans l’enclos des singes, a la bouche et le nez cousus, ainsi qu’une carte de tarot dans l’estomac. En remontant le fil mystérieux de cette affaire, les deux hommes vont pénétrer dans les arcanes d’une cité gangrenée par le crime et approcher d’un être à l’aura maléfique : Salomon Boukman.

    Après Tonton Clarinette, voici le deuxième opus de la série consacrée à Max Mingus et écrite par Nick Stone. Cette saga a reçu de remarquables échos de la part du public et de la critique, et il ne faut que peu de temps de pages pour comprendre cet engouement. Le style de l’auteur est absolument envoûtant, avec une écriture nerveuse et travaillée. Au gré de cette intrigue, prodigieuse et dédaléenne, le lecteur plonge sans ambages dans des univers interlopes, où se succèdent mafias, trafics, individus angoissants et sorcellerie vaudoue. On se souviendra ainsi longtemps de Salomon Boukman, terrifiant individu aux apparences changeantes, de Bonbon, assassin obèse qui utilise sa dentition pour massacrer ses proies et ayant une sévère addiction pour les sucreries, ou d’Eva Desamours, mortelle adepte de la sorcellerie. Les chapitres défilent, Nick Stone prend le temps de développer son histoire et d’approfondir la psychologie de ses protagonistes, et l’on ne voit pas passer les quelque six-cent-cinquante pages du livre. Les scènes d’effroi voisinent avec des moments d’action, d’autres passages frôlent le fantastique tandis que le suspense monte crescendo.

    Assurément, cette série de thrillers est l’une des plus réussies jamais écrites. Le rythme ne retombe pas, et l’on ressort de cette histoire à la fois médusé et sonné par tant de talent.

    23/05/2013 à 19:46 El Marco (2368 votes, 7.4/10 de moyenne) 3