L'Homme inquiet

(Den orolige mannen)

12 votes

  • 8/10 Un bon Wallander

    13/08/2015 à 13:22 tduvi (374 votes, 7.6/10 de moyenne)

  • 7/10 L'intrigue policière initiale, qui s'annonçait bien ou du moins qui me plaisait de par son mystère, a laissé progressivement la place à une sorte de bilan de la vie de ce commissaire, une sorte d'inventaire de ses états d'âme et de ses sentiments. Du coup, ça traine parfois en longueur et l'enquête est souvent reléguée au second plan.
    C'était mon quatrième Mankell, mais mon premier Wallander. Vu l'issue, je doute que je me penche sur les précédents, et je vais plutôt privilégier les autres romans de cet auteur, que je considère comme une valeur sûre de mes lectures.

    25/07/2015 à 14:40 mkl (164 votes, 6.9/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Cet excellent roman est empreint d'une certaine tristesse désabusée qui mêle habilement le passé et le présent, l'histoire personnelle de Wallander et celle de l'officier de marine.
    La dernière enquête Wallander s'avère être une réussite (sur le plan littéraire s'entend, pour le reste, on vous laisse dénouer les fils de l'intrigue politico-policière !).
    Les amateurs de polars ne manqueront pas cet excellent épisode.
    Mankell poursuit sa leçon d'histoire et met en scène les années 80 où, après la guerre froide, la ‘neutralité’ suédoise incline cette fois du côté de l'Otan.
    C'était l'époque du Premier ministre Olof Palme (assassiné en 1986), du groupe suédois d'armement Bofors et bien sûr des mystérieux sous-marins soviétiques venus rôder dans les eaux suédoises.
    En réalité, il y a beaucoup d'hommes inquiets dans ce roman.

    18/03/2014 à 15:07 BMR (36 votes, 7.7/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Une enquête de Wallander. Rien que ça, et on a déjà une idée de la qualité de ce roman. Le résultat est là.

    27/12/2013 à 18:05 seb62 (26 votes, 7.6/10 de moyenne)

  • 9/10 MANKELL reste un de mes auteurs favoris, et ce roman est le dernier de la série WALLANDER.
    Le roman en lui même est une belle réussite ou se mélange l'enquête principale; une disparition qui va emmener notre héros à des révélations surprenantes... A mon sens, ce que j'ai préféré, c'est comment est devenu KURT, qui, à 60ans, se pose des questions sur sa vie ( sa retraite qui arrive de plus en plus vite, sa fille LINDA devenue flic, son ex femme, BAIBA... ) un bilan de cette vie de flic ! on y rencontre un personnage de plus en plus renfermé et il nous révèle des moments de sa vie auquel il ne cesse de repenser. J'ai trouvé ce roman excellent sur le plan humain ou après une série de plus de 10 romans, MANKELL nous a décrit comment les contextes sociaux peuvent échapper à la société... je trouve la fin particulièrement réussie avec une pointe de tristesse... A mon sens la plus belle série de romans policiers que j'ai pu lire...

    28/01/2013 à 17:27 amaru96 (226 votes, 8/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Une dernière enquête de WALLANDER, un très bon roman de MANKELL Emouvant !!

    27/11/2012 à 21:58 ELOJ (172 votes, 7.8/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Eagle4 a résumé en deux lignes le livre et mes sentiments sur celui-ci.
    L'Alzheimer qui touche Kurt Wallander nous touche, on voit "notre" héros partir lentement vers un monde où chaque jour est le premier... Content de retrouver aussi une dernière fois Baiba, la Lettonne découverte dans Les chiens de Riga... L'intrigue est presque secondaire, mais demeure captivante, ancrée dans l'histoire de la Suède et la Guerre Froide.
    Mankell signe un dernier coup de maître, dans une ambiance très sombre, empreint d'une grande tristesse. A ne pas lire déprimé !

    23/11/2012 à 22:55 LeJugeW (1339 votes, 7.4/10 de moyenne) 1

  • 8/10 La dernière enquete de Wallander est une bonne intrigue. La vie de Wallander et tous les personnages qui ont marqué celle ci sont passés en revue. J'ai ressenti et on partagé complètement la déprime qui le touche.

    04/05/2012 à 17:13 eagle4 (708 votes, 7.3/10 de moyenne) 2

  • 6/10 Pas tant pour l'enquête (pas terrible) que pour l'émotion ressentie à voir disparaître dramatiquement un personnage auquel je m'étais attaché au cours des ans

    12/03/2012 à 12:36 Deepo (73 votes, 7/10 de moyenne)

  • 7/10 j'ai aimé enfin connaitre qq facettes cachées de notre WALLANDER, sensibilité, désarroi, rapport père/fille, mais avec une intrigue qui ne m'a pas trop emballé, j'ai lu avec grand plaisir ce roman, une façon de se rapprocher un peu plus intimement de notre inspecteur

    10/04/2011 à 10:31 BERNIEnoel (136 votes, 7/10 de moyenne)

  • 8/10 Pour la dernière enquête de Wallander, Mankell se concentre sur son héros. Si une intrigue historico-politique élaborée et assez complexe sous-tend le roman, on sent bien que c'est sur le policier en fin de carrière, et l'homme obnubilé par l'approche de la fin de sa vie, que se fixe davantage l'enquête. D'ailleurs, à la différence des opus précédents, c'est en solitaire que l'on voit évoluer Wallander, et non plus en équipe, comme dans les meilleurs titres de la série. Un choix finalement intéressant et émouvant, qui permet à Mankell de conclure d'une belle manière l'une des épopées littéraires majeures du polar contemporain.

    13/12/2010 à 11:55 Dodger (470 votes, 7.7/10 de moyenne) 2

  • 8/10 Henning Mankell, après huit ans de pause, a enfin remis en scène Kurt Wallander pour le bonheur de ses lecteurs avec « L’homme inquiet », sorti en France en octobre. Un "mais" vient nous chagriner car nous avons la dernière enquête du commissaire suédois.
    Wallander a atteint les 60 balais et sa fille, devenue flic, vient d’avoir un enfant avec un employé qui travaille dans un hedge fund, actualité oblige ! Son père, ancien marin haut gradé, disparaît lors de sa promenade matinale. Le commissaire, bien qu’il ne soit pas chargé de l’enquête, tentera de faire la lumière sur ce mystère et ce personnage qui lui avait parlé d’une étrange affaire de sous-marins russes en pleine guerre froide. Mankell a le don pour composer une bonne intrigue mêlant enquête policière sur fond d’espionnage tout en tirant des salves sur les failles de la société suédoise.

    L’auteur parvient à nous faire rentrer dans la peau du personnage qui sent les prémices de la vieillesse, les doutes et les peurs. Cependant, il force un peu le trait si bien qu’il martèle un peu fort les oublis – annonce d’une Alzheimer- et les égarements de Kurt pour lasser un peu le lecteur. Dommage!

    Ce bémol ne m’a pas empêché de dévorer le roman. Je dois avouer que je suis un inconditionnel de Mankell même si il cède constamment à la facilité avec les états d’âme, les angoisses et les ruminations de Wallander.

    13/12/2010 à 06:24 xavier (853 votes, 7.8/10 de moyenne) 1