Les Mains vides

(A mani vuote)

1 vote

  • 8/10 On ne présente plus Valerio Varesi dont ce roman est le quatrième publié par la maison bordelaise Agullo. Le romancier italien, souvent comparé à Georges Simenon n'a pas son pareil pour dépeindre des atmosphères. Les mains vides n'échappe pas à la règle et la canicule de ce torride mois d'août liquéfiant chaque Parmesan est le personnage central de ce roman d'enquête au rythme assez particulier. Soneri n'est pas un énervé et l'auteur italien ne fait pas dans le thriller, c'est un fait, mais cet opus pousse la chose encore un peu plus loin. À l'image de ses habitants, engourdis par la chaleur suffocante, Parme semble s'amollir et le commissaire peine à faire progresser son enquête dans cette torpeur seulement mise à mal par quelques feux de poubelle – une grève fait rage contre la fermeture d'une usine. Comme à l'accoutumée, la gastronomie est à l'honneur, tout comme certaines réflexions passionnantes. Ici, l'intrigue amène Soneri et l'usurier Gerlanda à se poser des questions, et le lecteur avec eux, sur ce que la financiarisation de l'économie implique, notamment la transformation en profondeur et à marche forcée du centre des métropoles. À cet égard, le personnage de Gondo, le vieil accordéoniste qui se fait voler son instrument en début d'ouvrage, est assez intéressant. Il est comme le témoin d'une époque qui s'éteint en même temps que les idéaux de certains Parmesans.

    Malgré sa lenteur et son côté assez plombant – on déprime un peu avec les personnages – cette quatrième enquête du commissaire n'en demeure pas moins un très bon roman noir. La sixième enquête de Soneri, La Maison du commandant, vient de paraître.

    23/06/2021 à 14:09 Hoel (952 votes, 7.6/10 de moyenne) 3