Par accident

(Don't Let Go)

6 votes

  • 8/10 Ce roman tien à haleine jusqu'au bout !

    28/03/2020 à 18:04 caro74 (1 vote, 8/10 de moyenne)

  • 7/10 Nouveau personnage qui, comme l'a dit Jackbauer plus bas, est le pendant francophile et hockeyeur de Myron Bolitar (qui fait une apparition d'ailleurs... passage de témoin ?), Napoléon Dumas (ne vous fiez pas à ce patronyme saugrenu et peu crédible). Récit à la première personne et les ingrédients sont les mêmes que d'habitude (disparition, passé etc...) mais avec une touche de complotisme et sur un thème vis-à-vis duquel je n'attendais pas Harlan Coben...
    Le résultat est comme très souvent chez l'auteur : réussi. Il remplit à merveille sa fonction de divertissement, page-turner comme le sait si bien faire Coben.
    Mais comme d'habitude chez l'auteur, on oubliera assez vite l'intrigue et lorsque quelques années (mois ?) plus tard, on lira le titre, on se demandera "de quoi ça parle déjà ?"...

    28/03/2020 à 10:27 LeJugeW (1128 votes, 7.4/10 de moyenne) 2

  • 8/10 comme un avec un bon Côtes du Rhône: jamais déçu!

    13/03/2020 à 16:54 guimouts (260 votes, 8/10 de moyenne)

  • 6/10 Le scénario est éculé, pourquoi diable poursuis-je encore l'illusion d'un Coben renouvelé? Par accident est long, tiré par les cheveux, le thème de la vengeance n'en peut plus d'être modelé sous toutes ses coutures, le grand méchant m'a semblé tellement évident à cerner, aussi ai-je tourné les pages un peu par curiosité, beaucoup par lassitude.
    Les ficelles sont les mêmes que dans de nombreux précédents romans, et la bonne copine lesbienne qui prend part active au dénouement par le secret qu'elle a caché pendant toute sa vie-parce-qu'elle-l'avait-promis-juré-craché , bon, ca va quoi, on l'a déjà lu tant de fois chez cet auteur. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

    Soyons clair, Harlan Cohen est loin d'être mauvais, mais il ronronne un peu dans sa zone de confort.

    29/11/2018 à 20:28 clemence (290 votes, 7.7/10 de moyenne) 3

  • 8/10 L’un de mes plus grands plaisirs est d’apprendre qu’un nouveau thriller de Harlan Coben vient de sortir. Vous savez ce que ça signifie ? Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme Le boss du thriller. De longues nuits s’annoncent !

    Dans l’un de ses interviews concernant sont nouveau thriller, Harlan Coben a dit qu’on allait être surpris à la fin. Et bien OUI ! J’avoue qu’à un moment j’ai cerné le méchant de l’histoire (il y en a toujours un dans un thriller) mais comme brouiller les pistes est son point fort, Harlan Coben a su me dérouter.

    Cette fois-ci Harlan nous présente un nouveau personnage, du même quartier de Myron Bolitar – Il fera d’ailleurs une brève apparition dans l’histoire sans voler le tonnerre au véritable protagoniste de l’histoire. Pour le plaisir des fans – Napoléon « Nap » Dumas, officier de police et enquêteur de comté, hanté par le fantôme de son frère jumeau décédé dans de tragiques circonstances. Quinze ans après, le « suicide » de son frère le tourmente toujours. Il décide alors de mener son enquête et se lance à la recherche des réponses aux questions qu’il s’est toujours posés(La mort de son frère, la disparition mystérieuse de sa petite amie de l’époque,…), aux détails qui ne « collaient » pas avec le verdict. Mais à quel prix ? Parfois le passé recèle des mensonges. Les déterrer n’est jamais sans conséquences…

    Encore une fois, Coben dresse l’art du suspens est à son summum tout au long de l’enquête. On s’accroche dés le début au personnage de Nap : un flic qui est resté longtemps célibataire et qui, pour punir les « méchants », n’obéit qu’à une seule loi, la sienne !
    Les personnages secondaires sont bien étudiés. Chacun un rôle à jouer, une histoire à raconter, un indice à dévoiler qui fera avancer les recherches.

    Se plonger dans un nouveau livre de Harlan Coben, pour moi c’est comme traîner avec un vieil ami que j’ai hâte de revoir. Car en plus de l’histoire, j’admire cet humour sobre et intelligent que Coben incruste dans la personnalité du héro de l’histoire.

    Un thriller digne de ce nom ! Des rebondissements, du suspense et de l’action. Hautement recommandé !

    19/10/2018 à 14:54 Med.SoB (55 votes, 7.4/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Une affaire que n'aurait pas renié Myron Bolitar, mais dont se sert Harlan Coben pour introduire un nouveau personnage ( récurrent ?), version francophile du privé cynique, ex-champion de basket universitaire, un certain Napoléon Dumas... Fidèle à lui-même, et au principe de misdirection, cher à tous les prestidigitateurs, il déploie son écran de fumée pendant une bonne partie du roman, pour mieux nous surprendre au final, et même s'il parvient encore à nous tenir en haleine, le procédé pourrait finir par s'éventer à la longue...

    28/07/2018 à 19:21 jackbauer (556 votes, 7.1/10 de moyenne) 3