Sa Majesté des Ombres

4 votes

  • 8/10 On ne peut que trouver "stupéfiant" l'aboutissement du dernier Ghislain Gilberti, qui pousse le thriller dans ses derniers retranchements, lui donnant une dimension sérielle digne des plus grosses productions de la petite lucarne, à la seule force de ses mo(r)ts...
    Une première partie qui se heurte aux limites du genre feuilletonesque : puisqu'il s'agit d'une épopée, d'une trilogie, il est presque malhonnête de juger ce recueil seul, car comme toute série, chaque épisode se mesure à à l'aune de l'ensemble, pour ce qu'il représente, et la façon dont il sert l'unité... C'est pourquoi il faut alors juger différemment, et faire fi des défauts inhérents à ce type de projet, comme la mise en place, beaucoup plus ambitieuse de cette intrigue, qui retarde forcément l'envol, pour se focaliser sur les tenants et les aboutissants d'une entrée en matière comme celle-ci... Des personnages tous plus borderline les uns que les autres, que Gilberti parvient à rendre crédibles néanmoins, sans verser dans l'outrance; un méta-univers policier, dans lequel la masse d'informations ne noie à aucun moment le lecteur, mais s'avère, plutôt, une bouée efficace pour nager avec les requins et le menu fretin qui peuplent ces fonds-là...
    En un mot, une fresque grandiose, dont les cent dernières pages posent les problématiques futures et donnent peut-être la véritable raison d'être de cette incroyable immersion dans le monde des ombres...

    12/08/2018 à 12:12 jackbauer (440 votes, 7.1/10 de moyenne) 3

  • 8/10 Un pavé au sens propre comme au sens figuré ! 739 pages, encore plus de grammes au bout du poignet mais un sacré thriller-polar-roman noir !
    J’avais laissé le commissaire Sanchez à la fin du « bal des ardentes » et sur les conseils de l’auteur, je me suis mise en quête de la « majesté des ombres », premier tome d’une trilogie annoncée. C’est peu de dire que le suspense est au comble avec final, comme dans ses précédents romans, en apothéose.
    Plusieurs niveaux de lectures … l’orgueil d’un chefaillon qui met en péril ses troupes, une guerre des polices qui tourne au cataclysme, une justice qui a beaucoup de mal à mener sa mission, des mises au placard malvenues, des trafics de drogue sophistiqués, des techniques d’investigation psychologique qui font du profilage un art majeur, des infiltrations à hauts risques, et le tout au service d’une histoire plus crédible que nature, tant elle est documentée avec en prime, cette dose de sensibilité découverte avec l’inclassable « dynamique du chaos ».
    C’est vrai qu’on connaissait l’auteur expert en armes à feu, en stupéfiants et en profilage. Tous ses dons sont ici confirmés et pour la suite annoncée pour cette fin d’année 2018, les lecteurs peuvent légitimement se demander où donc Ghislain Gilberti va pouvoir nous propulser ?
    J’ai pris mon temps, je ne voulais pas que s’arrête ce tourbillon d’émotions … bouleversante cette lecture : encore une fois cet auteur fait mouche !

    11/07/2018 à 13:29 Dany33 (375 votes, 7.9/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Génial !! Un sacré pavé, une histoire à 100 à l’heure, des personnages attachants... On se régale. Vivement le tome 2 !!

    22/06/2018 à 16:05 jasonkite (156 votes, 7.1/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Un techno polar à l'ambiance inquiétante et très noire. Avec une touche certaine de romantisme. Cinquième roman publié par Ghislain Gilberti, ce pavé ambitieux n'est que la partie émergée d'une trilogie qui s'annonce monstrueusement allumée. Si je préfère toujours pour sa folie assumée Le Baptême des Ténèbres (son 2ème livre) qui faisait le parallèle entre les dessous inextricables de Paris et le cerveau d'un psychopathe, Sa Majesté des Ombres possède aussi cette qualité rare de vous plonger dans un univers ultra visuel et complètement barje. A attaquer en étant bien équipé.

    20/04/2018 à 02:17 Mephisto (161 votes, 7.3/10 de moyenne) 6