Du bruit sous le silence

6 votes

  • 8/10 Maurice Tamboréro, demi de mêlée du Racing Club de Toulouse, est abattu d’une balle alors qu’il se déplace à vélo. Deux policiers mènent l’enquête : Elie Verlande, ayant quitté Dunkerque depuis peu, et Benoît Terrancle, natif de la ville rose et ancien rugbyman. Qui pouvait en vouloir à un homme et un sportif aussi respecté que celui que l’on surnommait « Tambo » ?

    Pascal Dessaint, à qui l’on doit, entre autres, de grands succès comme Le Bal des frelons, Tu ne verras plus ou Un homme doit mourir, s’intéressait dans cet ouvrage, sorti en 1999, au milieu du rugby, avec le talent qu’on lui connaît. Sa plume est riche, admirable, offrant une immense profondeur à ses personnages et s’illustrant également dans des dialogues qui claquent et sonnent avec justesse. Deux protagonistes s’illustrent : Elie Verlande, fraîchement débarqué de son Nord natal, accompagné de sa vieille mère alcoolique et acariâtre, et en butte aux critiques acides de son frère. Il y a également Benoît Terrancle, un pur produit local, ancien rugbyman aux élans sportifs brisés, capables de sacrés coups de sang, et poursuivi par les ardeurs de la jeune Mathilde. L’enquête, de prime abord, semble passer au second plan, car c’est l’amour de Pascal Dessaint pour Toulouse et pour le ballon ovale qui transparaît. Un monde de dureté et d’engagement, où se mêlent également de puissantes valeurs humaines et des exigences morales inégalées. Même les lecteurs béotiens en la matière en comprendront assez rapidement les règles et leurs grandes lignes, notamment grâce au neuvième chapitre où Terrancle explique les lois du rugby à Verlande, notamment grâce à un dessin. On trouve également de savoureuses scènes, comme celles avec les deux policiers Gautran et Blondeau qui ne peuvent s’exprimer qu’en enchevêtrant leurs phrases. A mesure que les pages, prenantes, défilent, l’intrigue gagne en force, et quand elle en vient à se résoudre, elle s’avère à la fois plausible et surprenante. Et le final va bien au-delà de ce que l’on était en droit d’attendre : un épilogue muni de plusieurs tiroirs, sombres et marquants, dont aucun de nos deux limiers ne sortira indemne.

    Une véritable réussite littéraire, charpentée et originale, lauréate en 2000 d’un bien mérité Grand Prix de littérature policière dans la catégorie des romans français.

    03/12/2019 à 16:59 El Marco (1798 votes, 7.5/10 de moyenne) 4

  • 7/10 Un roman en terre rugbystique, avec Toulouse comme épicentre, voilà qui s'annonce bien !
    Une star du "Racing Club de Toulouse" (les couleurs rouges et noires ne trompent, il s'agit bien d'un succédané du Stade Toulousain) est assassiné en se rendant à l'entraînement. Deux flics à la manœuvre pour résoudre cette affaire retentissante : Elie Verlande, commissaire venu du Nord et dont l'acclimatation n'est pas des plus réussies et Benoît Terrancle, un local ou presque. Deux flics que tout oppose. Par ailleurs le premier est persuadé que le coupable est un rugbyman, le second était certain que ce ne peut être le cas. Ce dernier n'en sait-il pas d'ailleurs plus que ce qu'il affirme ?
    Que les novices de ce "sport de brutes joué par des gentlemen" ne s'inquiètent pas. L'auteur, via les questions posées et les réponses obtenues par son personnage Elie Verlande, permet à n'importe qui de saisir les règles, l'ambiance, les valeurs de ce sport. On sent d'ailleurs que Pascal Dessaint, originaire du Nord mais arrivée dans la région toulousaine à l'âge de 20 ans, aime le rugby et parvient avec réussite à transmettre cet amour.
    L'intrigue n'est pas révolutionnaire et ne restera probablement pas longtemps en mémoire mais c'est bien l'originalité du thème, le milieu du rugby, adossé à cette belle ville rose, capitale française de l'ovalie, qui mérite le détour.

    13/03/2019 à 21:49 LeJugeW (1009 votes, 7.5/10 de moyenne) 7

  • 7/10 Je ne pouvais pas passer à côté de ce roman dont l'histoire se passe chez moi à Toulouse et touchant le milieu du rugby cher au coeur des habitants de la ville rose, plutôt rouge et noire pour le coup.
    Les ouvrages de littérature noire ne sont pas légion sur le rugby et je trouve celui-ci assez réussi.
    L'essai est bel et bien accordé et transformé.
    Et puis, la couverture me plaît vraiment beaucoup !

    28/11/2015 à 10:31 TaiGooBe (186 votes, 7.6/10 de moyenne) 7

  • 7/10 Avec une narration à plusieurs voix et un ton insolite, Du bruit sous le silence, premier polar à se situer dans le monde du rugby, ne manque pas de subtilité.

    04/01/2015 à 12:30 chouchou (527 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 3/10 un interet de lecture tres moyen

    13/03/2014 à 19:06 latimer (603 votes, 6.9/10 de moyenne)

  • 5/10 Un bon petit roman noir dans l'univers du Rugby.Hélas, la fin est tellement tirée par les cheveux que je ne puis mettre au-dessus de la moyenne.

    01/11/2008 à 09:21 guiguiom51 (18 votes, 7.2/10 de moyenne)