Schuss

3 votes

  • 6/10 Ce petit séjour à la montagne ne m'a pas passionné. ça manque sérieusement d'adrénaline. L'intrigue un peu terne tout au long du livre se révèle bien plus intéressante lors du dénouement.

    20/07/2019 à 18:12 Grolandrouge (845 votes, 6.6/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Pour prendre à bras-le-corps son dégoût, son spleen, le médecin de George Blancart lui intime de tenir un journal pour consigner par écrit sa vie, son quotidien, le monde qui existe autour de lui. George a une vie aisée et confortable. Mais pas très rangée : il aime Evelyne, la fille d’un premier mariage de sa compagne, Berthe Combaz. Cette dernière préside l’usine familiale qui souhaite sortir une paire de skis révolutionnaire. Avant de la commercialiser, il doit y avoir l’étape des essais sur piste. Mais, tout se passe mal. Gallois, le célèbre skieur, se prend un arbre pendant l’essai et décède. Ce n’est que partie remise avec l’espoir français du ski alpin, Derrien. Or ce dernier se blesse avant de chausser les skis. Ces événements pourraient paraître accidentels, si ce n’est les lettres anonymes annonçant les catastrophes. Et cela compromet la réussite commerciale qui pourrait aboutir à la faillite de l’usine familiale.

    George se demande qui est derrière cette machination : Marèze, l’ex-mari de Berthe, qui s’est toujours opposé à la réussite de la famille Combaz ? Langogne, l’ingénieur, qui pourrait avoir des intérêts à vendre ses brevets ? Berthe elle-même ; si les skis présentent des défauts il vaut mieux vendre l’usine plutôt que le déshonneur familial ? A moins que ce soit George lui-même qui a rompu la chaîne Saint-Antoine qui garantissait bonheur à ceux qui continuer de la faire perdurer ?

    En mélangeant intrigue et humour subtil, le couple Boileau-Narcejac est au mieux de leur forme avec Schuss. On est à la fois séduit par les personnages et par l’histoire. Inconditionnel des solutions finales, abstenez-vous ! Il faudra faire sa propre conviction à l’issue de ce roman somme toute captivant.

    26/06/2019 à 18:49 JohnSteed (260 votes, 7.7/10 de moyenne) 2

  • 8/10 Georges mène une existence bien chaotique. Il est le compagnon de Berthe Combaz mais est amoureux de la fille de cette dernière, Évelyne. Pour surmonter ses difficultés existentielles, son ami Paul lui propose d’écrire son journal intime. Les événements tombent bien, car il va en avoir, des événements à y consigner. Médecin du sport, il aide aussi à la mise au point d’un ski révolutionnaire, surnommé le « Combaz Torpedo ». Mais le premier test est un échec : le sportif s’écrase sur un sapin. Est-ce à cause de ce ski remarquable ? D’autant qu’un corbeau commence à essaimer les lettres de menace…

    Pierre Boileau et Thomas Narcejac ont signé quelques-uns des plus célèbres romans de la littérature policière, parmi lesquels Celle qui n’était plus ou Sueurs froides. Ici, le livre part d’une idée assez originale : la mise au point d’un matériel de ski aux qualités démentielles. Sont-ce ses qualités qui ont engendré la mort du descendeur professionnel ? Qui est ce maître-chanteur qui multiplie les missives comminatoires ? On plonge alors dans un monde interlope, avec des personnages croustillants et qui constituent autant de suspects potentiels. D’Évelyne, la jeune belle-fille, à Berthe, en passant par un concepteur douteux, un ex-mari artiste, ou encore un détective privé qui ne cesse de livrer des informations intéressantes, les individus douteux ne manquent guère. Avec une plume habile et discrète, émaillant le récit de délicieuses touches d’humour, le lecteur va être confronté à de sombres histoires de famille, des machinations ayant trait à l’espionnage industriel, ou encore de douloureuses péripéties liées à des amours éconduites. Un exquis jeu de massacre, tout en simplicité et en crédibilité, qui s’achève sur un épilogue inattendu ainsi que sur des coups de feu semblables à des clous venant river les planches d’un cercueil.

    22/05/2018 à 20:08 El Marco (2212 votes, 7.4/10 de moyenne) 5