J'irai tuer pour vous

25 votes

  • 8/10 Vous n’aimez pas trop les romans d’espionnage ? Vous n’êtes pas contre un peu d’aventure mais la taille des romans de DOA vous fait aussi froid dans le dos que des listes d’acronymes qui sont presque du chinois pour vous : DGSE, DST, DGSI… ? La politique-fiction ne vous rebute pas mais vous peinez à vous attacher aux personnages de Thomas Bronnec ou Dominique Manotti ? Ce roman d’Henri Loevenbruck est peut-être fait pour vous.

    Largement inspiré de la carrière hors du commun d’une personne que l’auteur connaît bien, J’irai tuer pour vous allie rigueur documentaire et souffle romanesque. On sent que l’auteur, qui a longuement interrogé « Marc », s’est intéressé de très près à toutes ces questions de renseignements sensibles et au traitement de ceux-ci jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, notamment en temps de crise ou d’élections. Ici, la gestion des otages au Liban tout particulièrement, avec ce que les calculs politiciens peuvent avoir d’abjects quand des vies sont en jeu, et pas seulement celles des journalistes capturés. Pour autant, Henri Loevenbruck ne nous donne pas à voir de manière trop froide ces évènements. Marc a de sacrées fêlures dans la carapace et sa rencontre avec Pauline après des années de beuveries et d’histoires d’un soir est une révélation. Certains passages avec son grand-père, à qui la famille allait rendre visite en Bolivie depuis Lorient, sont assez émouvants. La figure de Papi José a beaucoup compté pour Marc et a sans doute largement contribué à développer son côté intrépide et rebelle.

    S’il nous apprend parfois des choses, sur les services secrets notamment, l’auteur fait la part belle à l’action et au suspense. Certains lecteurs trouveront peut-être, comme souvent dans ce genre littéraire, que le protagoniste, sans être un James Bond non plus, se sort parfois très bien de situations pourtant mal embarquées.

    Rappelant par moment Je suis Pilgrim, le côté américanophile un peu pénible en moins, J’irai tuer pour vous est un récit d’espionnage d’excellente facture. Après avoir abordé le Moyen Âge, les sectes, l’alchimie ou encore avoir écrit plusieurs romans de fantasy, Henri Loevenbruck démontre une fois de plus, s’il en était encore besoin, qu’il a plus d’une corde à son arc.

    10/05/2020 à 14:40 Hoel (896 votes, 7.7/10 de moyenne) 10

  • 10/10 Ça faisait bien longtemps que je voulais lire "du" Loevenbruck. J'ai donc profité du fait qu'il vient de remporter le Prix Polars Pourpres pour me lancer dans cette histoire d'espionnage incroyable s'étalant sur près de 800 pages.
    Au début, on navigue entre 3 récits : 2 à la même époque mais dans des lieux très différents et le 3ème sous forme de journal intime, qui retrace la vie de celui qui l'écrit, donc à une autre époque. Malgré ce mélange des temps et des lieux ça tient parfaitement la route et la lecture est fluide grâce à des chapitres plutôt courts qui m'ont fait vibrer durant 15 heures, vivant par procuration la passion d'un clandestin des services secrets français.
    Marc Masson, pourtant déserteur, est recruté pour une mission nationale de premier ordre, et devient donc clandestin pour la France, menant ainsi une double vie avec celle de sa "légende".
    C'est l'histoire de la libération d'otages en 1986, dont on parlait à chaque ouverture des journaux télévisés (personnellement, j'avais une dizaine d'années et ça m'a marqué car on égrainait le temps de leur détention chaque jour). On découvre des jeux politiques infectes pour les libérer, au détriment même de leur vie, juste pour "gagner" de la notoriété. C'est abjecte et très bien retranscrit.
    L'histoire va vite et jamais je n'ai perdu le fil malgré les nombreuses références et points techniques et politiques de chaque pays évoqués ou traversés, de la France à l'Iran en passant par le Liban ou encore l'Autriche.
    Une chose assez géniale avec cette histoire : à partir du dernier tiers, le livre semble sans fin car il y a tellement d'histoires centrées sur un personnage ou un bout de l'intrigue qu'on a l'impression que ça va bientôt se terminer. Et non ! le plaisir dur sans vouloir s'arrêter, comme l'Histoire avec un grand H. Et j'ai trouvé ça exceptionnel !
    On voyage, on transpire avec Marc Masson, on l'aide, on le plaint parfois, on le hait, on souffre avec lui, on veut tout autant être à sa place... C'est un livre grandiose !
    Et en plus, c'est une histoire vraie ! Notre Histoire pour laquelle certains iraient donc jusqu'à tuer pour nous.

    26/04/2020 à 14:36 athanagor (238 votes, 7.8/10 de moyenne) 12

  • 9/10 Encore un super roman de Loevenbruck. Ce merveilleux conteur a su nous faire parcourir ces deux années ou Paris était victime de nombreux attentats et ou tous les soir le journal télévisé commençait par égrener le nom des otages français au Liban et de leur nombre de jours de leur détention. Il a su nous rappeler ce parcours au travers de l'aventure de Marc Masson ce héros hors norme et à la vie peu commune qu'il a menée.
    Le travail de cherche qu'il a du mener pour écrire ce livre est phénoménal. Au fur a mesure de ma lecture je me retrouvais lors de ces années là.
    A noter que de tous les personnages politiques connus il n'y en a qu'un dont le nom a été modifié: Jean Christophe Castelli en qui toutes les personnes qui ont connu cette époque ont facilement reconnu Jean-Charles Marchiani, l’âme damnée de Pasqua. Il faut dire que ce M. est toujours vivant et qu'il traîne pas mal de casseroles derriere lui.

    25/04/2020 à 01:20 eagle4 (642 votes, 7.3/10 de moyenne) 10

  • 9/10 Un très bon livre qui mélangent à la fois action, espionnage, magouilles politiques et diplomatiques pendant la trouble période des attentats de Paris à la fin des années 80. Des mois difficiles pour la France finalement rarement peu évoqués dans les romans tant les enjeux et les données sont complexes entre tensions au Proche-Orient et élections présidentielles dans l'Hexagone. La qualité d'écriture et le travail de documentation sont tellement bons que la "pilule historique" est finalement bien avalée. Bref, on apprend plein de choses sur ces mois troubles qui ont secoué les hautes sphères de l'Etat, Loevenbruck prenant un malin plaisir à incorporer de vrais personnages ou les hommes au pouvoir (Chirac, Mitterrand, Pasqua...) en prennent pour leur grade... La vraie-fausse histoire et le parcours de Marc Masson ( avec entre autre son sens de l'honneur et du sacrifice) sont remarquables mais c'est ce sont tous les à côté politiques, le cynisme et l'opportunisme des politiques qui ressortent à mes yeux de ce très bon livre.

    07/04/2020 à 17:12 panou71 (20 votes, 8/10 de moyenne) 10

  • 8/10 Intéressant, mais trop linéaire. On attend l'action, les rebondissements, ils se présentent parfois mais trop peu à mon goût.
    Un poil trop patriotique, des passages redondants aussi, une envie de dramatiser les scènes d'attentats qui a du mal à m'attendrir. Sinon le parcours du héros et les ficelles utilisées par ces hommes de l'ombre sont intéressantes du début à la fin.

    23/03/2020 à 00:34 Lucas 2.0 (202 votes, 7.7/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Une très belle odyssée, parfois un peu longue à mon goût, mais compensée par une super intrigue et des personnages très marqués

    22/03/2020 à 13:26 Rod (76 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 10/10 Une époque qui m'a marqué par ces journaux télévisés sur Antenne 2 qui débutaient ainsi : "Une journée supplémentaire de détention pour Marcel Carton, Marcel Fontaine, Jean-Paul Kauffman, Jean-Louis Normandin d'Antenne 2 et Roger Auque ... Les otages français au Liban n'ont toujours pas été libérés" ces moments d'angoisse gravés à jamais dans ma mémoire. Dans ce contexte historique lourd, nous sommes en pleine cohabitation, les enjeux politiques, les attentats, la guerre des ambassades, on s'agite en coulisse, les services secrets sont sur les dents, la tension est extrême à tous les niveaux. Henry Loevenbruck nous relate les faits, conversations, marchandages dans les palais de l'Élysée ou place Beauvau mais aussi sur le terrain, au Liban et partout où se cachent les terroristes. Ce roman bien ancré dans la réalité est d'une richesse inouïe, d'une puissance extraordinaire. L'histoire personnelle du héro n'est pas en reste, la construction du récit est brillante. Un coup de coeur pour ma part.

    21/02/2020 à 09:37 Polarbear (421 votes, 7.9/10 de moyenne) 13

  • 7/10 Bon livre, bien documenté, à la lecture agréable.

    23/01/2020 à 14:33 Xave (233 votes, 6.9/10 de moyenne) 4

  • 7/10 Une assez bonne histoire dans un contexte intéressant. Toutefois, pas beaucoup de surprises dans ce livre, les faits historiques sont de notoriété publique et le héros est un poil trop parfait pour me passionner.

    23/01/2020 à 12:40 Grolandrouge (697 votes, 6.6/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Ce n'est pas un polar , et tant mieux !
    Je recommande ce livre très émouvant qui nous tient en haleine jusqu'au bout. Pas d'hémoglobine à gogo mais un suspens formidable dans un contexte historique bien d'actualité.
    Merci monsieur pour ce roman.

    03/12/2019 à 15:26 Douce154 (6 votes, 8/10 de moyenne) 8

  • 10/10 Éblouissant. Tout simplement un des meilleurs romans qu'il m'ait été donné de lire. D'un grande richesse, Loevenbruck nous fait vivre avec force détails la période trouble des années 80 ponctuées de nombreux attentats et où les journaux télévisés commençaient par : "Une journée supplémentaire de détention pour Marcel Carton, Marcel Fontaine, Jean-Paul Kauffman, Jean-Louis Normandin d'Antenne 2 et Roger Auque ... Les otages français au Liban n'ont toujours pas été libérés". Adolescent, au son de ces commentaires, je n'imaginais pas tout ce qui se tramait en coulisse (les conditions de détention, le travail des services secrets, les négociations entre pays, les bassesses politiques, ...) et, grâce à ce roman, j'ai énormément appris. Pour autant, J'irai Tuer Pour Vous ne se résume pas qu'à cela. C'est également la formidable histoire de Marc Masson que j'ai adoré suivre tout au long du roman. Loevenbruck a vraiment fait un travail extraordinaire et je suis admiratif de la façon dont il a entremêlé tous les événements de ces années 1985 à 1988 avec l'histoire de son héros, parti prenante de la lutte contre le terrorisme. Ainsi, le roman ne perd jamais en intensité et est passionnant de bout en bout.
    Un énorme coup de coeur.

    18/11/2019 à 22:50 ericdesh (646 votes, 7.5/10 de moyenne) 15

  • 7/10 Bon thriller au sein de la DGSE et du milieu des espions mais on me l'avait vendu comme un remix du bureau de légendes et de Je suis Pilgrim...Ce n'est pas le cas

    03/09/2019 à 07:32 jasonkite (180 votes, 7/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Je me suis procuré cet ouvrage de Loevenbruck dans les meilleurs délais pour deux raisons fondamentales : une incontournable, parce que l’auteur de Nous rêvions juste de liberté et de L’apothicaire a su me faire voyager et m’émerveiller par ses histoires et par ses mots justes et touchants ; l’autre purement subjective liée aux avis unanimes et dithyrambiques pour ce livre qui relate de manière romancée l’histoire vraie de cet agent de l’ombre des services secrets français lors des attentats et des prises d’otages des années 1985/86.

    J’ai cru bien évidemment, avec J’irai tuer pour vous, à un remake de Fargo des frères Coen qui, en avant-propos de leur film, annonçait également que l’histoire était tirée d’une histoire vraie. Cela s’était avéré faux. Mais est-ce que cela sert ou dessert l’œuvre ? Là n’est pas le sujet.

    Non, je ne souhaite pas rentrer dans un débat de fond sur l’intérêt et le rôle des agents secrets dans l’histoire des Français et de la France. Je souhaite juste laisser parler mes émotions après ma lecture. Ce livre m’a profondément ému par cette histoire réaliste qui, grâce à des chapitres courts, se lit à grande vitesse malgré ses 630 pages. Nous sommes complétement absorbés par cette vie fascinante de Marc Masson au sein de la DGSE. Et les extraits de ses cahiers montrent à quel point l’homme a été exceptionnel dans sa foi et son dévouement pour la défense contre le mal. Merci M. Masson et M. Loevenbruck. J’ai découvert un héros. J’ai eu confirmation d’un écrivain talentueux.

    14/08/2019 à 21:14 JohnSteed (216 votes, 7.8/10 de moyenne) 12

  • 9/10 Les histoires d'espionnage et de politique, très peu pour moi. Je déteste ça, je n'y comprends rien et n'en lis jamais. Mais que ne ferais-je pas pour un de mes auteurs préférés, Henri Loevenbruck ? Je ne pouvais pas faire l'impasse sur un roman de lui, couvert de louanges de surcroît et j'ai bien fait. Ce récit est stupéfiant et époustouflant.
    L'auteur, avec son talent et son intelligence habituels, nous raconte avec force détails la genèse d'un agent secret. Et de son enrôlement à sa "retraite" en passant par sa formation, il nous dévoile tous les rouages et les arcanes des services mystérieux de l'Etat français et c'est absolument passionnant.
    "La petite histoire" de Marc Masson, jeune agent externe, profondément attachant et complètement dévoué à sa mission, se mêle à la grande histoire. Et là, une fois de plus (cf. Le mystère Fulcanelli et L'apothicaire), on voit le monstrueux travail de recherche d'Henri Loevenbruck qui nous plonge totalement dans l'ambiance de ces années 1985-1987. Et que dire des dialogues savoureux entre Charles Pasqua et Jacques Chirac ou même entre François Mitterrand et Serge Gainsbourg ?
    Malgré la gravité du propos, l'humour et l'amour donnent des bouffées d'air frais entre deux chapitres consacrés aux attentats ou aux otages du Liban. Le dosage entre sérieux et légèreté est parfait et permet de donner du rythme à ce roman, à la croisée des chemins entre documentaire, biographie et thriller palpitant.
    Encore une merveilleuse réussite de ce formidable écrivain, un peu touche- à- tout mais toujours constant dans sa minutie, sa sensibilité, son humanité et sa passion pour les livres qui se retrouvent dans chacun de ses textes.
    Bravo et merci pour m'avoir fait adorer l'impensable ! Et mention spéciale pour le titre, tellement bien trouvé et représentatif du contenu qui se cache derrière.
    "J'irai tuer pour vous" est mon 500 ème vote sur Polars Pourpres. Ravie d'atteindre ce nombre symbolique avec ce remarquable ouvrage.

    11/08/2019 à 13:33 Ironheart (558 votes, 7.5/10 de moyenne) 12

  • 10/10 Superbe roman avec une part de réalité (puisque l'auteur s'est inspiré des conversations qu'il a eu avec le personnage principal) qui donne une dimension exceptionnelle à ce récit. Le seul bémol trouvé, et encore avec beaucoup de peine : une vision patriotique à l'excès de cet agent secret, mais c'est peut-être moi qui me trompe, et du coup il devient encore plus extraordinaire.
    A ne pas manquer.

    23/04/2019 à 19:41 gamille67 (1455 votes, 7.3/10 de moyenne) 12

  • 8/10 En s'inspirant d'une histoire a priori vraie ou du moins vraisemblable, Henri Loevenbruck a effectué un travail minutieux d'enquêteur, recoupant les faits et reconstituant l'histoire du terrorisme en France et au Proche-Orient dans les années 80. Résultat, un livre hybride qui n'est ni un thriller ni un témoignage mais un objet aussi étrange que passionnant à lire (même si le dernier tiers est un peu long, et s'effiloche). On referme ce roman/récit en ayant l'impression d'être un peu plus intelligent et d'avoir suivi l'incroyable destin d'un type pourtant sans grande conviction mais capable de choses, et surtout de sacrifices, que peu d'hommes pourraient supporter. Un livre à découvrir, même s'il faut s'accrocher un peu vu sa longueur

    05/04/2019 à 17:07 Mephisto (184 votes, 7.2/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Toutes les qualités d'un très bon thriller sont réunies dans ce roman.
    Tout d'abord l'originalité du sujet : l'histoire, véridique semble-t-il d'après l'auteur, d'une personne au patriotisme exacerbé qui va être "embauchée" comme agent externe (et donc non-officiellement reconnue) par la DGSE pour exécuter des "tâches" les plus sensibles.
    Ensuite, un contexte dans lequel cette histoire s'inscrit : l'époque sombre des attentats parisiens sous l'ère Mitterrand et des journalistes pris en otage pendant de longs mois.
    Le tout permet à l'auteur de construire un roman à la fois dynamique avec de l'action (les frasques du héro avant son recrutement puis ses missions), plein du suspense, et qui dénonce les luttes intestines ou les dérives des politiques; que la vie tout comme la vérité est plus compliquée qu'il n'y paraît.
    Les personnages sont forts, très bien construits avec une psychologie complexe, loin d'être caricaturaux; les seconds rôles puissants. L'écriture est à la fois ciselée et d'une grande fluidité. A la lecture de ce livre, ce ne sont pas des pages qui défilent sous nos yeux, mais un film en panavision.
    En conclusion, ce roman est tout simplement addictif, il est mortel. Nous pourrions donc dire que le titre de ce roman est un publicité à lui tout seul, et pour une fois, contrairement à certains bandeaux apposés en bas des livres, cette publicité n'est nullement mensongère.

    17/03/2019 à 21:37 QuoiLire (210 votes, 6.7/10 de moyenne) 8

  • 9/10 Sacré roman que voilà. Subtil mélange de Je suis Pilgrim de Hayes, du Bureau des Légendes et d'archives historiques.
    On plonge dans la période durant laquelle il y a eu ces prises d'otages au Liban et on découvre toutes les tractations et enjeux politiques et géopolitiques qui se jouent en coulisse.
    Édifiant !

    12/03/2019 à 22:29 calimero13 (689 votes, 7.4/10 de moyenne) 11

  • 9/10 Boulversifiant ! 630 pages dévorées et j'en redemande encore. Quand la réalité dépasse la fiction. Ce roman plus vrai que nature nous éclaire sous les dessous de la république au travers le destin d'un homme dévoué à son pays. Longtemps qu'un livre ne m'avait pas marqué de la sorte 9,5

    27/02/2019 à 22:46 charlice (142 votes, 7.7/10 de moyenne) 8

  • 10/10 Après Nous rêvions juste de liberté, les lecteurs attendaient le nouveau Loevenbruck. Certes, il a fallu patienter trois ans et demi, mais il est excusé car quand on voit la masse de travail de documentation qu’a dû demander ce thriller, on comprend que la gestation a été longue et semée d’embuches. La relation des sentiments et doutes de Marc, le personnage central inspiré d’un homme que l’auteur a côtoyé pour faire de sa vie un roman, est en soi un pari réussi. Il n’est sans doute pas aisé d’approcher les secrets d’Etat, mes méandres du renseignement et d’être fidèle à l’histoire, la petite et la grande. Nous en découvrons des choses qu’il est parfois plus confortable d’ignorer. Tout ça n’en rend que plus précieux le résultat par ces 640 pages.
    Soit un triangle, une pyramide si vous voulez, … au somment les politiques, cyniques, qui ne pensent qu’à leur élection présidentielle, voire leur réélection, ils vont mener le jeu, la diplomatie qu’ils disent … Une sphère publique, dont on connaît les noms, soucieuse de l’image et de son avenir, dépendante de la haute finance qui tire les ficelles de la vente d’armes à l’international…
    Entre le sommet et la base, les services secrets qui ont pour objectifs de démanteler les réseaux et commanditaires des attentats et des prises d’otages, parce que c’est leur job. Ils observent, analysent, préparent, choisissent les cibles, déploient la logistique nécessaire mais pas toujours suffisante…
    Et enfin la base, niveau de l’exécution, qui ne doit pas se poser de questions sur le bien fondé des commandes à honorer, sans état d’âme ou presque.
    La base, c’est bien le centre de ce thriller, l’auteur nous fait approcher le cheminement d’un obscur, la construction de sa personnalité, par son carnet qui ponctue le récit actuel. Les lecteurs comprennent alors pourquoi un petit aventurier devient barbouze sans scrupule, capable de mener de front ses deux identités.
    L’action principale se situe au milieu des années 80, pendant une période d’attentats perpétrés à Paris, que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître … : les événements ont cependant une résonance particulière au vu de notre actualité récente. Nous allons assister au recrutement, à l’entrainement et aux actions de ce héros de l’ombre, attachant par ses questionnements et sa quête de bonheur. Au-delà des aventures qui, si elles n’étaient pas adaptées du réel, pourraient sembler improbables, la vie de Marc est donc tumultueuse et clandestine …
    Il est peu aisé d’en dire d’avantage si ce n’est qu’il faut lire absolument ce dernier Loevenbruck, bien loin de l’ésotérisme et la fantasy auxquels il nous avait habitués dans ses premiers romans, plus proche de Nous rêvions juste de liberté par sa sensibilité et ses questionnements.

    Rythmé et réaliste, précis et haletant, un style efficace, ce « témoignage » sera sans conteste un coup de cœur 2019 …

    16/02/2019 à 15:34 Dany33 (473 votes, 7.9/10 de moyenne) 13