Ville sans loi

Eliminatoires (Wild Town)

2 votes

  • 8/10 David McKenna, surnommé « Bugs », à savoir « dingue, dérangé », vient d’arriver à Ragtown (« ville loqueteuse », une cité qui a poussé comme un champignon grâce aux forages de pétrole. Grâce à l’entremise de Lou Ford, l’adjoint au shérif, il devient détective privé à l’hôtel détenu par Mike Hanlon, un vieillard impotent qui a fait fortune dans les hydrocarbures. Cet homme a une femme, Joyce, qui semble avoir des envies de récupérer le magot de son infirme de mari. McKenna serait-il tombé dans un piège ?

    Jim Thompson, l’un des plus emblématiques auteurs de romans noirs, nous revient en France avec cet ouvrage datant de 1957. Et c’est un véritable régal, de bout en bout. On retrouve le goût consommé de l’auteur pour les personnages denses, décrits en peu de mots, aux contours flous et qui cachent, dans ces zones d’ombre, de curieux sentiments et des comportements dangereux. Mike Hanlon, ancêtre tassé dans un fauteuil roulant, craignant pour sa vie ainsi que pour la sécurité de son hôtel. McKenna, qui a déjà purgé de la prison, bloc de muscles et d’une violence à peine contenue, capable de coups de sang et, dans le même temps, prude et balbutiant lorsqu’il se retrouve avec une jolie femme. Lou Ford (le terrible agent découvert cinq ans plus tôt dans Le Démon dans ma peau et sa seconde traduction L’Assassin qui est en moi), habile manipulateur qui, malgré son allure anodine, n’en est pas moins un véritable squale humain ainsi qu’un individu prompt à la castagne. Et que dire de ces femmes, parfois fatales, belles à se damner, comme Joyce (la femme du propriétaire), Amy (la compagne de Lou qui n’en éprouve pas moins une forte inclination pour McKenna) ou Rosie, cette magnifique fleur où coule, en toute discrétion, du sang noir ? De ces pièces éparses, Jim Thompson constitue un puzzle flamboyant, sombre et torturé, où les coups bas ne manqueront pas : des empoisonnements, un suicide douteux, un vol de 5000 dollars, un chantage, des rapports de domination où un simple retour d’ascenseur peut conduire à la mort d’un être humain… Un opus enflammé qui se conclut à la manière d’un whodunit, où Lou Ford, « pour sûr », saura rétablir la vérité en une petite quinzaine de pages.

    Si ce roman n’a pas la puissance évocatrice du Démon dans ma peau ou de L’Assassin qui est en moi), il n’en demeure pas moins riche et terriblement efficace. Une pépite de ténèbres à redécouvrir d’urgence !

    06/05/2019 à 17:45 El Marco (1817 votes, 7.5/10 de moyenne) 4

  • 8/10 David McKenna, surnommé Bugs, débarque un jour dans cette bourgade nommée Ragtown. Une demi-heure plus tard, il est derrière les barreaux. Mais ce n’est pas non plus une surprise. Bugs est un habitué des prisons du Texas. Ce qui est plus surprenant et inhabituel, c’est quand le shérif adjoint, Lou Ford, malgré son passé judiciaire, lui offre sur un plateau le poste de responsable de la sécurité de l’hôtel de la ville, l’hôtel Hanlon, du nom de son propriétaire. Le patron, devenu riche grâce au pétrole qui a été découvert il y a une dizaine d’années dans le coin, est vieux et immobilisé dans son fauteuil roulant. Mike Hanlon a besoin d’un détective dans son hôtel, non pas pour sécuriser les clients, mais plus pour lui : marié récemment avec Joyce, il craint pour sa vie.

    Logé, nourri, blanchi, Bugs prend à cœur de réaliser au mieux ses nouvelles fonctions. Pourtant l’affaire est délicate. Après que le gérant lui ait indiqué que le comptable a volé 5.000 $, ce dernier met fin à ses jours en sautant du 10ème étage devant les yeux du détective. Bugs, en habitué des sales situations, sent qu’il doit faire profil bas : ce ne serait pas étonnant qu’il puisse être accusé de ce suicide. Et en plus, il reçoit des lettres de chantage lui demandant les 5.000 $. Et tout le monde peut être derrière cette affaire : Joyce Hanlon, la jeune femme du patron, qui essaie de le séduire, Lou Ford, le flic corrompu, Rosie Vara, la femme de ménage au sang noir. Pas facile pour Bugs d’y voir clair surtout qu’Amy Standish, l’amoureuse du shérif, semble très attirée par le privé. Et il faut qu’il voit qui pourrait en vouloir à Mike Hanlon.

    Ville sans loi est un roman qui part merveilleusement dans tous les sens, aux personnages les plus subliment décalés, allant de femmes fatales aux personnages les plus étranges, sans parler de l’atmosphère les plus intrigantes : c’est du Jim Thompson, tout simplement. Le simple nom de cet auteur doit suffire à lire ce livre même si Ville sans loi ne fait pas partie des chefs d’œuvre du maître du polar américain. A noter que bien qu’écrit 3 ans après L’assassin qui est en moi, ce livre reprend les mêmes personnages mais les situe avant.

    23/06/2018 à 09:26 JohnSteed (178 votes, 7.9/10 de moyenne) 4