La Sirène Rouge

  1. Traque sanglante en Europe

    La jeune néerlandaise Alice Kristensen découvre un jour que sa mère filme des snuff movies, des films au cours desquels des gens sont torturés puis assassinés. Devant l’impuissance des forces de police à la protéger, elle prend la fuite. Son chemin croise celui d’Hugo Cornelius Toorop – de son vrai nom Berthold Zukor –, mercenaire ayant servi au sein d’une agence au Kosovo pendant la guerre. Ce dernier va alors accepter de la défendre et de l’escorter jusqu’au Portugal où se trouve le père d’Alice.

    Ce livre présente de très nombreuses qualités : l’écriture est intelligente et remarquable, très entraînante et agréable à lire. Le scénario est bien bâti et très structuré, tenant le long des presque 600 pages du roman. Le personnage d’Hugo est très intéressant et atypique, notamment au travers des nombreux flash-back. On en regrette d’autant quelques points tels que certaines longueurs et un petit manque d’épaisseur chez les hommes de main de la mère d’Alice. Néanmoins, La Sirène rouge reste un très bon roman, dépaysant et racé, qui comblera sans difficulté les amateurs du genre.

    /5