Code 93

41 votes

  • 10/10 Le corps a été découvert dans un squat de la Seine-Saint-Denis. Elle avait 20 ans peut-être, ravagée par la drogue, les chairs meurtries de sexe barbare. Appelés pour l’identifier, son frère et sa mère déclarent que ce n’est pas Camille. Bien sûr que c’est Camille. Alors pourquoi ce mensonge ? La nuit suivante, le capitaine Victor Coste est appelé en banlieue. Un autre cadavre. Celui-là a le pénis garroté avec de la ficelle à rôti, ses bijoux de famille ont disparu. Mais tandis que la légiste pratique l’autopsie, le mort se réveille. À première vue, rien ne relie ces deux affaires, mais Coste et son équipe ne laissent rien passer, et une chose en entraînant une autre… Coste va mettre les pieds dans une magouille politique, le fameux Code 93, de laquelle il aurait mieux valu rester à l’écart.

    Il fallait oser. S’attaquer de front à nos bons dirigeants et, passez-moi l’expression, leur mettre le nez dans leur merde, c’est gonflé. D’autant que c’est fait avec une certaine finesse, au milieu d’une intrigue touffue à souhait et qui se tient de bout en bout. L’affrontement entre les petits costards de la République et les bas-fonds de la cité sonne on ne peut plus juste, et laisse une place de choix à chaque personnage, aussi secondaire soit-il.

    L’équipe de Coste, ce sont des flics auxquels il sait pouvoir confier sa vie parce qu’il les a recrutés lui-même, à l’exception de Johanna, nouvellement affectée au SPDJ du 93, et qui va devoir se faire une place dans la meute – les dialogues sont truculents. Coste, dans le rôle de l’homme cassé qui mise tout sur le boulot car fatigué de ramasser les morceaux de sa vie privée et qui « pourrait se taper une crème glacée pendant n’importe quelle autopsie » est remarquable. S’il n’a plus d’idéaux, il lui reste sa conscience et le sens du devoir. Dès le prologue, on sait que ce roman sera un grand cru classé. On arrive (trop vite) au dernier chapitre, essoufflé, écœuré, effaré tant par l’endroit que par l’envers de ce décor brillamment dépeint par Olivier Norek qui parvient, avec des mots simples, des phrases brèves, à donner vie à une ville en déperdition, devenue pantin du peuple et des élus.

    Code 93 se rue effrontément dans une réalité poisseuse.

    Sans artifices. Brut, brutal.

    Fiction vous dites?

    29/05/2018 à 15:14 Root (14 votes, 7.5/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Après avoir lu "Surface", que j'avais adoré, il était temps de découvrir la célèbre trilogie qui a fait connaître cet auteur. Et je suis ravie! C'est un polar où on ne passe pas son temps à courir après un meurtrier, mais il y a un climat de tension constante, certains passages carrément glauques, et surtout, tout ce que j'aime dans un polar: des personnages réalistes et profondément humains!

    16/11/2021 à 16:39 domi_troizarsouilles (67 votes, 8/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Recommandé

    27/08/2019 à 16:58 Douce154 (20 votes, 8.4/10 de moyenne) 1

  • 9/10 Excellent polar! J'ai bien aimé les personnages, l'intrigue... On voit la patte de l'auteur qui sait de quoi il parle quand il décrit les procédures policières!

    05/04/2019 à 17:44 guimouts (364 votes, 7.9/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Fiction ou réalité... Ou les deux ?
    Je suis assez d'accord avec Panou71 quand il fait le parallèle avec O. Marchal car on se croirait en train de regarder un épisode de Braquo.
    Le style de O. Norek est pour moi très illustratif et je suis vite en immersion totale dans l'histoire.
    Pour un premier roman, c'est vraiment très maîtrisé !

    31/01/2017 à 00:24 Kermit (388 votes, 7.5/10 de moyenne) 10

  • 9/10 A croire que s'appeler Olivier permet de briller dans son domaine. Si le cinema français a Olivier Marchal, le polar français bien noir brille lui aussi grâce à son ancien flic reconverti en auteur avec Olivier Norek. Un style direct et qui ne prend pas de pincettes et une experience du terrain qui transpire à chaque page. A travers cette enquête bien construite, Norek ne s'embarasse pas de psychologie pour ses enquêteurs, comme le font habituellement certains auteurs. Pas de pause dans ce récit ultra-efficace et burné ou transpire une forme de fatalité guère rassurante durant cette période bien sombre, ou les forces de l'ordre semblent totalement abandonnés face à l'impunité dont bénéficient certains quartiers.

    25/10/2016 à 16:32 panou71 (48 votes, 7.3/10 de moyenne) 11

  • 9/10 Un très bon premier roman à l'intrigue intéressante. Les personnages sont attachants et ne demandent qu'à être développé dans les tomes suivants. un coup de cœur pour cet auteur.

    17/08/2016 à 13:46 newsovski (211 votes, 7.8/10 de moyenne) 8

  • 9/10 Gros coup de cœur pour ce premier opus d'Olivier Norek. J'apprécie son style nerveux et sa touche d'humour. On s'attache très vite au personnage de Victor Coste mais également aux membres de son équipe. L'intrigue est bien ficelée. Cela donne envie de lire la suite !!

    28/07/2016 à 19:58 Luzlïa (179 votes, 7.8/10 de moyenne) 9

  • 9/10 Depuis le temps que j’entends qu’il faut lire Olivier Norek … il fallait y aller avant la sortie de troisième tome des aventures de Victor Coste, le 31 mars 2016. Alors je me suis lancée sur le « code 93 » et là un vrai choc. D’une part pour le style de la narration, la fluidité du récit, les personnages, mais d’autre part surtout sur le fond de l’enquête à surprendre tout petit bobo qui se respecte. Oui il y a les clichés sur les banlieues, ces zones de non-droit etc, puis il y a la réalité qui transparaît dans ce roman car l’auteur y parle de ce qu’il connait, même si on peut penser que la fiction touche les personnages et les situations et en prime, il y a le fil rouge de la quête de Lucas Soultier dont on saisira toute l’ambigüité à la fin de livre (360 pages en format de poche) … il n’y a pas de fumée sans feu.
    Une mention particulière pour le nom d’un des protagonistes devenu célèbre (le nom) mais vérification faite sur les dates … inconnu au moment de l’écriture ! ouf ! à moins que …
    Quant au phénomène d’autocombustion, il me rappelle « un parfum de soufre » de Sylvain Forge mais ici point de rites indous.
    Victor Coste est semble-t-il de nouveau en service dans le second tome (Territoires) que je me suis empressée d’ouvrir dans la foulée. Oui il est là !

    07/02/2016 à 14:24 Dany33 (535 votes, 8/10 de moyenne) 9

  • 9/10 Olivier Norek avec ce premier roman toque déjà à la porte des grands.
    En général dans les médias quand il y a des reportages sur le 93, ce n'est pas pour nous parler de tourisme, et l'on se rend bien compte en lisant ce roman que l'auteur où bien le policier à pas mal traîné ses bottes dans le département. Toutes les descriptions de quartiers où de bâtiments officiels qu'il nous fait sont d'un très grand réalisme, de plus dans la façon dont avance l'enquête on sent bien que ce roman est écris par un policier.
    Une intrigue et des personnages qui tiennent parfaitement la route, que demander de plus pour en faire un excellent polar.

    25/11/2015 à 15:59 janjak (466 votes, 7.9/10 de moyenne) 7

  • 9/10 En bref, c'est un policier rapide à lire avec des personnages attachants et une intrigue tenant en haleine. Quoi demander de plus pour passer un bon moment de lecture ? Un nouvel auteur à suivre.

    16/11/2015 à 09:24 Riz-Deux-ZzZ (397 votes, 6.9/10 de moyenne) 3

  • 9/10 Rapidement, à la lecture de ce " Code 93", on se dit que si tous les flics de France écrivaient des thrillers comme Olivier Norek, il n'en faudrait pas de beaucoup pour que les autres auteurs de polars, ceux dont c'est le " vrai " métier, troquent la plume pour le Beretta !!!
    Un galop d'essai mené à toute allure, une réussite indéniable, au sens du réalisme épatant, exacerbé par l'expérience de terrain de l'auteur, qui confère à ce thriller des accents de docu-vérité, bien difficile à battre en brèche... Mais aussi, une intrigue solide comme une porte de prison, qui vous calfeutre, et garde la cadence jusqu'au dénouement...

    10/05/2015 à 14:09 jackbauer (660 votes, 7.2/10 de moyenne) 8

  • 9/10 Code 93 représente le type même de lecture que j'apprécie : une enquête policière bien menée, un rythme haletant et fluide. J'adore.

    15/03/2015 à 19:07 Ssarlotte (501 votes, 7.1/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Lu avec plaisir. Un premier roman entraînant avec un personnage sympa.

    04/11/2013 à 06:42 xavier (853 votes, 7.8/10 de moyenne) 5

  • 8/10 J'ai fait la connaissance de Victor Coste (après la bataille) et je suis tombée sous le charme de l'efficacité et de la bonhomie de l'homme. Je lui imagine d'ailleurs assez bien la trombine de son auteur. Style solide et imagé, le scénario est celui d'un bon polar, tous les ingrédients sont là, je me suis régalée et j'ai hâte d'enchainer avec les trois autres.

    11/05/2022 à 20:09 clemence (339 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 8/10 Très bon thriller qui se lit très vite dans un style vif, réaliste et des personnages d'un authenticité très touchante. Je suivrai assurément ce Victor Coste et sa bande, jusqu'au bout du monde. L'intrigue n'est pas en reste, même si elle a un petit goût de déjà vu. L'imbroglio politico-immobilier avec une manipulation des chiffres, ça fait un chouia réchauffé, mais c'est très bien fait, et crédible, donc on marche avec grand plaisir.

    06/04/2022 à 09:38 Polarbear (664 votes, 7.8/10 de moyenne) 9

  • 8/10 Je viens de le relire et je l'ai autant aimé que la première fois : c'est bien ficelé, les personnages sont intéressants, on ne s'ennuie pas - et en plus ce roman est bien écrit - que du bon!

    04/10/2020 à 21:01 woukou (85 votes, 7.2/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Que peut-on dire de ce roman si ce n’est qu’il va droit au but ? Efficace, sans fioritures et sans concessions vis-à-vis de milieux que l’auteur connaît bien.
    Tout est bien ficelé dans ce court polar : les éléments du dossier s’enchaînent sans accroc et nous permettent de mener l’enquête en même temps que les protagonistes. On peut d’autant plus faire confiance à l’auteur que celui-ci est de la maison. On sent derrière la plume l’expérience de terrain. Le quotidien des banlieues où les flics ne sont pas les bienvenus y est rendu avec sa violence et sa douleur (notamment celle des mères) mais aussi et surtout les compromis qui y sont nécessaires pour boucler les enquêtes. Ce qui est également intéressant, c’est que l’objectif principal de l’auteur ne semble pas avoir été de faire un énième roman sur cette banlieue du 9-3 « qui craint ». D’ailleurs, les trois exemplaires de « losers » qu’on y trouve apparaissent dépeints comme de petits joueurs, entre le camé, le mec aux gros bras et le dealer. On les plaindrait plus qu’autre chose face à ceux qui, au final, les exploitent et en tirent profit pour leurs propres comptes, j’ai nommé les politiciens (le roman nous présente d’ailleurs une version du Grand Paris que les chaînes d’info en continu semblent avoir oublié d’évoquer) et les flics véreux et carriéristes.
    Au final, une très chouette découverte qui m’amènera sans aucun doute à découvrir la suite des aventures du Capitaine Coste.

    07/04/2020 à 07:24 Charliebbtl (126 votes, 7.4/10 de moyenne) 7

  • 8/10 Ça fait du bien de lire un bon vrai polar. Ici, il n'y a aucune caricatures. Norek dépeint le quotidien d'une équipe de flics dans une des pires zones criminelles de France, le 93, d'une manière on ne peut plus réaliste. L'histoire est bonne, mais la force du roman réside dans ses protagonistes. Je les ai tous adoré, affectionné, et il me tarde de les voir évoluer dans les 2 romans suivants de cette trilogie.

    27/09/2019 à 08:56 LeoLabs (336 votes, 7.3/10 de moyenne) 9

  • 8/10 Vraiment un bon moment (un peu court), les personnages sont attachants et pas trop caricaturaux (pour le moment).
    La seule fausse note est la longueur du récit.
    A confirmer sur les prochains opus de la série.

    25/03/2018 à 12:58 tduvi (405 votes, 7.5/10 de moyenne) 4