Shanghaï Skipper

1 vote

  • 8/10 Armand Lebras est à la tête d'une usine de mécanique de précision, depuis 17 ans. Patron qui exècre ses ouvriers et qui a en tête de se tirer avec la caisse, direction l'Amérique du Sud. Au diable sa femme qu'il n'aime plus, son fils qui n'est même pas de lui, sa secrétaire à qui il fait pourtant miroiter la belle vie. Au diable les dizaines de salariés de l'usine.
    Tout est prévu, du réservoir de sa voiture qu'il fait doubler pour y glisser des liasses de billets afin de passer la frontière suisse tranquille, jusqu'au gardien de nuit, un loser qui passe son temps à bichonner ses maquettes de bateau plutôt que de surveiller l'usine. Tant mieux, le grand départ se fera de nuit.
    Hélas pour le patron véreux, c'était sans compter les oreilles traînantes de sa secrétaire, sans compter un associé pas très franc du collier, sans compter une bande de pieds nickelés qui choisissent précisément cette nuit pour cambrioler l'usine et, enfin, c'était sans compter Skipper, peut-être pas si loser que cela.
    Du pur Tito Topin qui nous tisse une intrigue déjantée, courant sur moins de 24 heures (la quasi-intégralité de l'histoire se déroule pendant la fameuse nuit), des personnages bien barrés, des scènes entre humour noir et grand-guignol (la scène où Betty est collée au plafond par les cheveux et où débarque Pogna qui finira étouffé avec de la colle au fond de la gorge, en est un parfait exemple) et se termine par une morale, tout de même.
    Tito Topin est décidément un auteur que j'aime beaucoup. 7.5/10.

    13/01/2022 à 16:55 LeJugeW (1382 votes, 7.4/10 de moyenne) 3