Mon vieux

8 votes

  • 8/10 Les + :
    C'est très noir.
    On ressent la maturité et l'intelligence de l'auteur derrière ses écrits.
    Une multitude de personnages prolétaires exquisément dépeints, dont la malchance, le jmenfoutisme pour certains et la survie pour d'autres vont faire percuter et entrelacer leurs destins.
    Une critique acerbe de la société française
    Les - :
    L'histoire aurait mérité plus d'intérêt de ma part.

    avant hier à 09:12 LeoLabs (274 votes, 7.4/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Difficile d'entrer dans cette histoire très sombre et très triste d'autant que la mise en place de l'intrigue et la présentation des personnages prend beaucoup de temps. Les thèmes abordés sont tous plus inquiétants les uns que les autres. La malchance et la cruauté de la vie quotidienne réunissent tous les personnages mais ne les unissent pas, certains exploitant la misère des plus faibles d'entre eux. Les violences physiques que l'on croise ici se confondent aux violences morales et sociétales. Système hospitalier au bord de l'implosion, vieillissement de la population, réchauffement climatique et canicule de 2003 (thème d'actualité en ce mois de juillet 2019); que de réjouissances. L'un étant peut-être finalement une solution à l'autre, faute de mieux et d'inaction dans ces deux domaines.

    31/07/2019 à 17:51 Grolandrouge (729 votes, 6.6/10 de moyenne) 7

  • 7/10 Thierry Jonquet, qu'on se le dise, c'est toujours bien et toujours différent.
    Il n'y a aucun point commun entre Mygale, La bête et la belle, le manoir des immortelles ou Mon vieux. Ah si, le talent et ces personnages qui nous remuent et nous étonnent. D'ailleurs, c'est ce qui fait tout le charme de Mon vieux : une brochette de sacrés loustics décrits d'une manière triste mais également impayable par un Thierry Jonquet absolument déchaîné ! Ces cabossés de la vie, drôles et touchants, sont une vraie réussite et finalement, l'intrigue passe un peu au second plan. Le scénario de l'auteur est toujours cynique mais apporte moins de surprises qu'à l'accoutumée.
    "Mon vieux" est une lecture qui devrait plaire aux admirateurs de Fred Vargas. Le traitement des personnages et la gouaille de ces deux auteurs sont un peu similaires.

    25/05/2019 à 22:21 Ironheart (573 votes, 7.5/10 de moyenne) 6

  • 9/10 A chaque fois, quand je commence un livre de Thierry Jonquet, je suis étonnement subjugué par la qualité du style de l’auteur et par l’originalité dans l’approche des thèmes choisis. Cela vient certainement de mon ignorance et du peu d’intérêt que je pouvais porter à cet auteur. Et dans la mesure où je suis assez influençable, la raison vient éventuellement du fait que Thierry Jonquet ne bénéficie pas de l’aura qu’il mérite, même après sa mort.

    Mon vieux m’a carrément bouleversé par sa noirceur et par ces personnages qui se trouvent dans une misère certes mais surtout dans un profond malheur. Jonquet sait choisir les mots justes pour raconter magnifiquement le tragique destin des protagonistes. Ils ne se connaissent pas et n’auraient qu’en commun les revers que la vie leur a faits. Sauf que la vie va faire qu’ils vont partager leur infortune. A cause d’une seule personne, un vieux.

    Ce vieux, c’est le père d’Alain Colmont. Ce dernier, ayant perdu tragiquement sa femme, scénariste pour des séries tv, consacre le reste de sa vie à financer les opérations de chirurgie esthétique pour sa fille, défigurée suite à un accident de scooter. Alors que son métier parvient tout juste à financer ces actes médicaux, l’hôpital, après plus d’un an de recherche, le contacte. Le patient de la chambre 39, victime d’Alzheimer, s’avérerait être son père qui l’a abandonné enfant. L’hôpital lui réclame le paiement des actes médicaux.
    Daniel Tessandier, RMIste, est chassé par sa propriétaire. Ne bénéficiant d’aucun contrat de location, il ne peut que chercher un toit même modeste, ne souhaitant pas se trouver à la rue comme la bande à Nanar qu’il croise tous les jours quand il va boire son petit blanc au café du coin.
    Mathurin Debion, aide-soignant, attend ses toutes prochaines vacances qu’il va pouvoir passer en Martinique, son île natale. Pour faire passer le temps, entre le nettoyage des chambres et la promenade du patient de la chambre 39, il savoure des bonnes rasades de rhum.

    Chaque personnage de Mon vieux constitue une pièce d’un puzzle représentant notre société individualiste et la misère des laisser pour compte magistralement peint par Jonquet à la noirceur du désespoir.

    08/01/2019 à 10:59 JohnSteed (232 votes, 7.8/10 de moyenne) 9

  • 8/10 De l'émotion mais contrebalancée par ce rabot implacable qu'est la société moderne et l'homme individuel et communautaire.

    21/09/2014 à 23:32 chouchou (540 votes, 7.6/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Un bon moment de passé avec ce roman qui vous tient vraiment jusqu'à la fin.

    05/09/2010 à 04:25 ladouille (109 votes, 7.1/10 de moyenne) 2

  • 9/10 regard juste sur notre sociéte, en pleine canicule

    25/03/2008 à 11:14 holden (280 votes, 7.9/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Bon roman noir dans lequel Jonquet malmène ses personnages et évoque la situation d'exclus de la société, à savoir les personnes agées et les SDF, mais sans jugement de morale faciles.

    27/11/2006 à 10:32 weisses fleish (57 votes, 7.2/10 de moyenne) 3