Le Perceur de murailles

2 votes

  • 5/10 Un homme, Le Léger, ayant fait fortune autrefois dans le domaine alimentaire, est victime de menaces anonymes depuis six mois, au point que lui et sa femme « en ont perdu le boire et le manger ». Un chef de gare lui recommande de s’adresser au policier Pinson pour l’aider.
    Une nouvelle (lue) d’une quinzaine de minutes, agréablement menée, avec une résolution sympathique mais guère originale ni fracassante, autour d’une usurpation d’identité et d’un voisinage suspect. Mais je ne garderai probablement pas longtemps cette histoire en tête tant elle est à mes yeux assez fade.

    12/02/2023 à 07:56 El Marco (3153 votes, 7.2/10 de moyenne) 1

  • 7/10 Voilà six mois que M. Leléger, ancien épicier établi à Paris, reçoit des lettres anonymes. Dans ces missives, il est demandé à Leléger et à son épouse de quitter leur maison mitoyenne nouvellement bâtie à Mainville, sans quoi il leur arrivera malheur. Sur les conseils d'un ami, Leléger se rend à Chatou pour rencontrer le célèbre inspecteur Pinson afin de résoudre cette énigme. Cela tombe bien, Pinson "aime découvrir la solution d'affaires criminelles, et plus elles sont enveloppées de mystère, plus cela lui plaît".
    Bon, entre le titre et les informations très rapidement données quant aux maisons mitoyennes à celle de Leléger, on comprend assez vite de quoi il retourne.
    Il n'empêche, l'auteur arrive en quelques pages à distraire le lecteur de cette courte nouvelle parue en 1907 dans le magazine Mon Bonheur et remplit ainsi son rôle, même si l'on peut tiquer sur le nom de baron d'Eyriel qui met Pinson sur la piste (le "on ne pense pas à tout" est un peu facile). 6.5/10.

    24/01/2023 à 22:48 LeJugeW (1760 votes, 7.3/10 de moyenne) 1