Quelque chose dans la nuit

4 votes

  • 8/10 Une réussite singulière, surtout au sein d'un polar français parfois stéréotypé. Le rythme du récit peut dérouter au début : avant d’entrer dans le vif du sujet, le romancier prend le temps d’approfondir ses personnages, de fouiller leur psychologie et leurs histoires. Pour mieux nous aspirer dans la spirale démente du meurtrier, ce qui nous vaut quelques scènes angoissantes et éprouvantes, et une accélération progressive du tempo qui laisse peu au lecteur l’opportunité de respirer jusqu’à un final spectaculaire.
    Les amoureux du "Boss" Sprinsgteen seront comblés. Ceux qui ne connaissent pas son oeuvre se passionneront pour l'analyse du phénomène fan développé avec intelligence par Mikaël Ollivier.
    Bref, un polar rock et littéraire, vraiment original, pour ceux qui cherchent à sortir des sentiers battus du genre.

    24/11/2011 à 21:03 Dodger (444 votes, 7.7/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Mikaël Ollivier écrit avec ce roman une déclaration d'amour à trois choses: le polar, Bruce Springsteen et les fans. Il nous plonge donc dans son monde qui regroupe ces trois composants dans une intrigue posée avec patience et talent. Il connaît très bien les trois éléments et en ressort le substrat de chacun pour nous donner une histoire cohérente.

    22/11/2011 à 22:26 fabien (230 votes, 7.9/10 de moyenne)

  • 8/10 Quelque chose dans la nuit est un polar sur un rythme à la scandinave, style Henning Mankell ou Arnaldur Indridason. Une intrigue qui prend le temps de s’installer et qui s’attache à l’humain. C’est le charme de ce roman, il a une vraie âme et une réelle authenticité comme dans l’œuvre de Bruce Springsteen. C’est là que Mikaël Ollivier réussit un pari osé au départ, en comblant les fans du chanteur et les amateurs de polars, sans oublier en route les novices de ce genre littéraire ou du Boss.

    17/10/2011 à 14:55 stfoch (74 votes, 8.1/10 de moyenne)

  • 7/10 Un bel hommage rendu aux fans ! Même si l'intrigue met un peu de temps à démarrer, le livre se laisse lire sans déplaisir.

    11/10/2011 à 14:25 Nico (289 votes, 7.4/10 de moyenne)