Le Couturier de la Mort

3 votes

  • 7/10 Dans une ville de la Côte d'Azur, un tueur en série poursuit inlassablement son œuvre immonde. Sa spécialité : il coud entre eux des morceaux de corps humains, d'où son surnom de « Couturier de la mort ». Ce qui semble lui plaire, ce sont les mélanges des genres, joignant hommes et femmes, frêles et obèses, et pourquoi pas humains et animaux. La police piétine, et il faudra attendre qu'un modeste flic, Marcel Blanc, s'approche de trop près du monstre pour avoir des chances de l'appréhender.

    Auteure reconnue de romans noirs et de thrillers, Brigitte Aubert signait en 2000 cet ouvrage détonnant. On y retrouve avec plaisir son humour corrosif, son goût pour les personnages loin d'être exemplaires, les situations cocasses et les dialogues jouissifs. En à peine plus de deux cents pages, Brigitte Aubert peint sans fard une intrigue prenante, sans le moindre mot de trop, allant à l'essentiel. Si l'ensemble est d'une redoutable efficacité, il n'en demeure pas moins que l'histoire, au-delà de la particularité du tueur en série dans la mise en scène des corps, est assez classique, et les protagonistes parfois trop rapidement brossés. Par ailleurs, la manière d'écrire pourra rebuter quelques lecteurs ; en effet, là où l'on pouvait s'attendre à du glauque, du terrifiant, Brigitte Aubert s'ingénie à chercher le trait humoristique, le réjouissant. Certaines scènes, qui auraient pu être de purs instants glacés, sombrent dans la gaudriole et le comique. Cette spécificité est certes pleinement assumée par l'écrivain, mais ce ton débonnaire pourra surprendre voire exaspérer.

    Le couturier de la mort porte donc parfaitement son titre. Brigitte Aubert rallie dans ce court roman gore et fantaisie, tragique et comique, comme on raccommode entre eux deux styles a priori bien distincts. Si le roman ne souffre pas de manière indubitable de ce mélange des genres, il n'empêche que certains y trouveront à redire, voyant dans cette cuisine liant le salé et le sucré une recette qui n'est pas pour eux.

    16/08/2010 à 11:32 El Marco (1801 votes, 7.5/10 de moyenne)

  • 9/10 Mon premier B. Aubert; un style, un récit, une intrigue et des personnages assez atypiqes. L'écriture est sobre, nerveuse et ô combien efficace. Je suis d'accord avec Mag, Brigitte Aubert est inimitable et même inclassable. Avec des moyens choisis assez simples, des personnes lambda, sans données de lieu et de temps précises ( c'est l'été, on devine que c'est au bord de la mer et même à Cannes, ville natale de BA), une syntaxe simple, un tueur peu compliqué (il tue, il aime tuer) et peu torturé, elle donne un roman délirant et inlâchable. Je ne sais pas comment le noter , le minimum serait 8, je mets 9 pour le côté hors du commun (un des rares auteurs qui a su créer son propre style) quitte à modifier par la suite avec le recul; pourquoi pas un 10? La lecture d'un Aubert est pratiquement indispensable à tout amateur de roman policier. La voie très spéciale empruntée par BA peut certes dérouter; j'ai ce roman depuis un an sur mon étagère et j'avais arrêté sa lecture deux fois après quelques pages, le style ne m'accrochait pas mais le temps a vaincu...avec brio

    11/10/2007 à 02:35 xavier (853 votes, 7.8/10 de moyenne)

  • 8/10 Un tueur plus sanguinaire que jamais, un peu moins de rebondissements que ces autres romans mais toujours la "patte" de Brigitte, inimitable !

    09/01/2007 à 15:23 Mag (372 votes, 8.1/10 de moyenne)