Le Code de Katharina

(Katharina-koden)

3 votes

  • 8/10 Même si Le code de Katharina est la 5ème enquête de William Wisting traduite en France, elle inaugure le "Quatuor des cold cases" et constitue donc une excellente porte d'entrée pour cette série. Et quel plaisir de découvrir un auteur et une nouvelle série aussi efficace ! Un excellent polar, aussi précis et efficace qu’une horlogerie suisse !

    24 ans que Katharina Haugen a disparu, et Wisting a fini par se lier avec son mari Martin, au point d'organiser chaque année un week-end de pêche pour commémorer l'évènement. Sauf que cette fois-ci, il y a du nouveau : Adrian Stiller, qui dirige une nouvelle cellule d'enquête dédiée aux affaires classées au sein de la police criminelle, soupçonne Martin Haugen d'être également lié à un enlèvement. Il va charger Wisting de tenter de soutirer des aveux à Haugen durant leur week-end en pleine nature, et va se servir de Line, la fille de Wisting, pour qu'elle médiatise l'affaire en diffusant en même temps un podcast à forte audience, espérant ainsi faire réagir le suspect. Même si Line ne sait pas que Wisting et Stiller ont déjà un suspect en vue.

    Je ne suis pas forcément un grand fan des romans de procédure, mais j'avoue que l'efficacité de celui-ci m'a autant surpris que captivé. On est happé par cette double enquête, celle de Wisting et celle de sa fille Line, qui fonctionne comme un étau qui se resserre autour du suspect. On partage les doutes, les craintes, les soupçons et les intuitions de Wisting, et on voit en parallèle sa fille Line parvenir peu à peu aux mêmes conclusions de son côté, et s'inquiéter du danger que va courir son père durant son séjour seul avec le suspect.
    C'est d'autant plus efficace que Jorn Lier Horst fait suffisamment confiance au lecteur pour ne pas tout surexpliquer, comme c'est parfois le cas dans certains polars. Au contraire, Horst laisse son lecteur interpréter certaines attitudes ou certaines paroles de ses personnages. Un lecteur qui va se mettre à douter au même titre que l'enquêteur, tant l'ambiguïté continue à régner, tant dans les faits ou les paroles des différents suspects.
    Résultat : un belle tension narrative et psychologique s'installe, pour culminer pendant ce huis clos de deux jours en pleine nature entre Wisting et son principal suspect. Un suspense d'autant plus efficace et captivant que l'intrigue fonctionne comme un mécanisme d'horlogerie suisse d'une redoutable précision.

    Lorsqu'on évoque un Michael Connelly norvégien, on a plus tendance à penser tout de suite à Jo Nesbo et à son inspecteur Harry Hole. Or, si William Wisting est certes un personnage moins complexe et torturé que Bosch ou Hole, il n'en demeure pas moins particulièrement humain et attachant. Surtout, on sent que Horst a lui-même été policier pendant de nombreuses années, ce qui confère à ses roman un réalisme saisissant, une atmosphère tendue et une efficacité redoutable !
    En tout cas, je comprends le succès grandissant de Jorn Lier Horst partout où il est publié. Je suis moi-même en train de lire La chambre du fils, 2e enquête de ce Quatuor des cold cases.

    01/07/2023 à 15:29 Norbert (308 votes, 6.9/10 de moyenne) 7

  • 8/10 Très bon polar. Une belle enquête, un bon sujet, un enquêteur au top, du suspense, un récit qui prend son temps mais sans temps mort, une journaliste efficace... Un très bon moment de lecture...

    03/02/2023 à 10:17 Franck 28 (659 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 10/10 10 /10 , un chef d'œuvre ? Le je n'irai pas jusque la, mais un excellent polar nordique que j'ai dévoré.
    J'adore cette série Williamet j'attends avec impatience le prochain et l'édition des 6 premiers de la série par Gallimard ...
    J'ai particulièrement apprécié le week-end de pêche et son atmosphère ...
    Je recommande vivement toute la série.

    03/10/2021 à 10:09 Douce154 (21 votes, 8.4/10 de moyenne) 7