Delicious Foods

7 votes

  • 4/10 Abandon après 250 pages. ça démarre pas mal mais le rythme s’essouffle très rapidement. La narration est originale mais ne m'a pas convaincu. Des chapitres dans lesquels il n'y a bien souvent qu'un seul paragraphe intéressant qui fasse progresser l'histoire.

    11/09/2021 à 06:01 Grolandrouge (974 votes, 6.6/10 de moyenne) 2

  • 4/10 Malgré un début plus qu'intriguant, j'ai eu du mal à rentrer dans ce bouquin. Intéressant et curieux à plus d'un titre (la thématique générale, la personnification du crack en Scotty par exemple), ce livre manque néanmoins de rythme et souffre de quelques incohérences vis à vis de l'attitude de certains persos (notamment la mère que j'ai franchement détesté). J'ai été au bout mais franchement j'ai failli laisser tomber.

    03/08/2021 à 11:25 panou71 (37 votes, 7.8/10 de moyenne) 2

  • 6/10 Ce roman je l'ai autant aimé que détesté .
    Je peux dire que mon opinion envers ce bouquin a changé de multiples fois à une vitesse ahurissante lors de ma lecture .
    J'ai failli abandonner de nombreuses fois , l'ai réouvert et refermé de dépit , puis réouvert de nouveau , me suis quand même accroché et enfin terminé
    Il en reste une œuvre marquante , très marquante même et qui pourtant , de temps à temps m'échappait sans rien que je ne puisse faire ou décider.
    Et je me retrouve là , devant mon ordinateur a essayé de comprendre ce qui vient de se passer , à trouver des mots qui m'échappent , c'est frustrant .
    Cette descente aux enfers me fait penser énormément au roman de Sandrine Colette " Les Larmes noires sur la Terre " .
    Pas le même contexte ,pas la même histoire , mais même déchéance sans aucun ou peu d'avenir. Ce roman plus court m'avait moins perturbé néanmoins que celui-ci .
    J'ai aimé ce début de bouquin ahurissant , j'ai aimé la fin que je trouve réussie ,le reste m'as paru long , parfois très long et malgré tout parfois envoutant , et puis parfois déstabilisant , irritant .
    une drôle d'écriture , une drôle de construction ,une drôle de narration enfin bref un bouquin pas commun .
    Un truc tout bête qui m'as gêné , l'absence de tiret pour bien montrer les dialogues au lecteur . C'est bête hein , mais j'ai trouvé que cela accentuait encore plus la lenteur de l'histoire .
    Je ne suis pas un spécialiste de ce genre de roman , le roman noir n'est pas mon style préféré et je sort de ce bouquin penaud , avec l'impression de ne pas être au niveau , bizarre impression d'être passer à coté .
    Très compliqué pour moi cette lecture mais bon comme on dit les gouts et les couleurs hein !.....

    11/04/2021 à 16:25 patoche77 (120 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 4/10 J'ai failli ne pas noter ce livre après avoir abandonné au bout de 85 pages.
    Je n'ai pas aimé le côté narratif et j'ai trouvé que cela tardait à démarrrer.
    Mais surtout, j'ai trouvé le style souvent obscure, associé parfois à des métaphores dont je cherche encore le sens.
    Je suis passé à côté.

    10/04/2021 à 20:27 charlice (207 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Quelle formidable salade de fruits ! Je me suis délectée de toutes cette explosion de ces saveurs fruitées épicées à souhait... J'en redemanderais bien un bol si j'osais. Je me voyais bien lire ce truc là, sous la véranda, avec les chênes du sud, enlacés par la mousse espagnole qui se balance. Un petit thé glacé, la chaleur moite, une petite pluie fine... Et puis, quelle écriture ! Y'a du Steinbeck, du Tennessee Williams, un peu de James Lee Burke et Toni Morrison... Des gars et des filles qui cherchent un monde meilleur, des pourris jusqu'à la moelle, un môme formidable, une mère qui a perdu une moitié !
    Bon, en bref, c'est ce que j'ai lu de mieux depuis quelques mois ! Ce roman, c'est plus qu'une découverte, c'est un grand prix avec mention spéciale !!!
    (Bravo à la traductrice !)

    08/04/2021 à 19:55 Coco Lamartre (96 votes, 8.1/10 de moyenne) 5

  • 7/10 La scène d'introduction de ce roman est très marquante. Eddie, un ado noir est en fuite au volant d'une voiture perdu dans la campagne du sud des USA, le volant il le manie avec ses deux moignons ensanglantés, il n'a plus de main, il les a sacrifiées pour pouvoir s'enfuir… glaçant! La suite nous raconte comment Eddie en est arrivé là, il est question d'esclavagisme moderne, de racisme, de drogue. Darlene, la maman d'Eddie, est une victime qui a pris pour compagnon de route Scotty depuis l'assassinat de son mari Nat. Scotty, ce n'est pas une personne, même s'il est présenté comme tel, avec un langage qui lui est propre, c'est la drogue. La descente aux enfers est inéluctable. Malgré des passages poignants, j'ai parfois été gagné par l'ennui, la faute à une écriture dense, des phrases longues, un rythme qui retombe en cours de lecture.

    24/03/2021 à 09:12 Polarbear (553 votes, 7.8/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Premières pages glaçantes dans lesquelles un adolescent de 17 ans, Eddie Hardison, est en pleine fuite, les mains amputées, à bord d'une voiture qu'il conduit les deux bras coincés dans les "branches" du volant. Eddie va se réfugier chez sa tante Bethella dans le Minnesota. Puis, par sa débrouillardise exceptionnelle il devient "le manchot pas manchot". Il a laissé derrière lui sa mère, Darlène, en Louisiane, travaillant pour "Delicious Foods".
    L'écriture est belle, précise, travaillée, la curiosité du lecteur est piquée, on a envie de poursuivre, on a envie de savoir : que s'est-il passé en Louisiane ? Pourquoi sa mère n'est pas avec lui ? Et c'est quoi, Delicious Foods ?
    C'est parti pour le chapitre 1, on suit Darlene sur le trottoir, flashback et l'écriture désormais très familière, argotique, change du tout au tout : c'est un certain Scotty qui parle...

    Pfiou... que dire de ce roman ?
    Allez, disons-le d'emblée, on frise le chef-d’œuvre. Ce roman est un bijou, d'une pierre sombre et rare.
    On ne dévore pas ce roman, non. Car le texte est dense, les faits décrits sont durs et il n'y a pas un rebondissement toutes les trois pages. Non, rien de "delicious" dans cette histoire où beaucoup vont déguster. En revanche l'écriture est de celles qui transportent, marquent et émeuvent.
    Dans Delicious Foods, l'auteur mêle avec maestria et poésie la misère, la drogue, l'esclavage moderne, l'avilissement mais aussi le racisme... au sein d'une exploitation agricole du fin fond de la Louisiane. On suit Darlene, sa jeunesse, ses espoirs, son amour et sa descente aux enfers. On assiste à sa déchéance, sa rencontre avec Scotty et la vie terrible qui se profile pour Eddie, son fils. On souffre avec les exploités de Delicious Foods, entre asservissement, captivité et dépendance...

    Bon, je m'arrête là car je ne veux pas en dévoiler trop, ni être trop long. Je terminerai en remerciant l'auteur, James Hannaham, pour ce texte, beau, fort, poétique, qui m'a beaucoup touché et remué ; en remerciant aussi la traductrice, Céline Deniard, pour sa traduction réussie (notamment les passages de Scotty !), l'auteur de la remarquable couverture du roman, Gabriel Gay et les éditions Globe pour nous avoir fait parvenir, en France, ce titre.
    Merci enfin à Emil de m'avoir fait l'amitié d'envoyer son exemplaire direction ma boîte aux lettres, je ne suis pas prêt d'oublier Delicious Foods !

    26/02/2021 à 20:05 LeJugeW (1322 votes, 7.4/10 de moyenne) 10