La Foire aux serpents

(A Feast of Snakes)

7 votes

  • 8/10 Encore une sacrée brochette de personnages, bien atteints, même si je n'ai pas aperçu de nain pour une fois chez cet auteur. L'histoire est bonne et la fin est un vrai feu d'artifice. J'en redemande.

    03/05/2018 à 18:04 Grolandrouge (1511 votes, 6.6/10 de moyenne) 6

  • 5/10 Roman noir qui ne vaut, pour moi, que pour ses descriptions très pittoresques de l'Amérique profonde, ses habitants, ses coutumes, ses moeurs...

    12/08/2015 à 08:38 toutatys (93 votes, 7/10 de moyenne)

  • 9/10 Le monde unique de Crews est jonché de personnages interlopes qui excelle dans une violence culturelle et structurelle. Cette foire en est une illustration parfaite; d'une décrépitude aride, abrasive!

    04/01/2015 à 00:33 chouchou (599 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Mystic, Géorgie. Dans cette petite ville des Etats-Unis, on s'apprête à organiser l'immanquable foire aux Crotales. Le programme des réjouissances : combats de chiens, chasses aux serpents et élection de Miss Mystic à Sonnette. Il s'agit de la douzième édition de la fête. Sera-t-elle semblable aux précédentes ? Non. Un point est certain : les participants à cette bringue n'oublieront pas cette session.

    Harry Crews, l'auteur du troublant et fiévreux Chanteur de Gospel, n'a pas son pareil pour décrire des individus en marge, déboussolés, à la fois pathétiques et inquiétants. Un shérif obsédé sexuel à la patte de bois, un entraîneur de molosses de combat un peu trop instable, des haltérophiles prêts à tout pour rigoler, des majorettes à la langue bien pendue... Et bien évidemment, des serpents. Par dizaines, par centaines. D'apparat, constrictors, venimeux. Colonisant les collines, bringuebalés dans les camions des touristes venus exhiber leurs chers animaux de compagnie. Le récit prend lentement forme, plantant le décor et les protagonistes, avec la langueur d'une reptation. Certes, le roman prend son temps, insiste sur des points qui pourront paraître à certains lecteurs bien négligeables, mais la langue d'Harry Crews est un véritable régal, mélangeant poésie et argot, finesse et stupre, délicatesse et férocité. Et puis il y a les ultimes pages. Choquantes. Aussi subites que la détente d'un serpent qui passe à l'action. Un final en deux temps, cruel, sanguinaire. Un pur paradoxe : on pouvait s'attendre à cet épilogue, mais sa brutalité le rend presque inattendu.

    La foire aux serpents est donc un roman noir de très grande qualité. Il louvoie, hypnotise par son apparent engourdissement, avant d'attaquer. Le livre est métaphorique à bien des égards, et sa structure l'est autant. Vous aurez été prévenus.

    02/11/2010 à 10:20 El Marco (3308 votes, 7.2/10 de moyenne) 6

  • 8/10 Un super roman noir, je me suis régalé, très bien écrit des personnages en marge et bien barrés... c'est comme écouter un morceau de violon désacordé çà monte creschendo et on attend que çà pete ... je vais de ce pas lire les autres ouvrages de cet auteur.

    18/08/2010 à 15:46 JEDIVE (123 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 7/10 7.5 xave a tout dit

    16/10/2009 à 15:15 holden (280 votes, 7.9/10 de moyenne) 2

  • 7/10 La foire aux serpents est pretexte à certains pour se lâcher, et ça se lâche: entre une ex star du foot locale qui pète les plombs, un sheriff qui aime les jeunes filles, et un papy amateur de combats de pittbull, on plonge dans l'amérique profonde, le cru du cru, le trou du cru... quelques scènes inoubliables, des personnages pathétiques et féroces, Crews lime sa plume pour la rendre très tranchante, voire impitoyable. Fortiche.

    31/08/2009 à 15:39 Xave (233 votes, 6.9/10 de moyenne) 5