Dans la brume écarlate

6 votes

  • 8/10 Si l'on devait résumer Nicolas Lebel, on dirait que cet auteur nous fournit régulièrement des romans policier de qualité, mêlant intrigue, originalité et humour. Une fois encore, cet auteur remplit astucieusement et de manière équilibré ce contrat. C'est avec une grande joie que l'on retrouve l'équipe du capitaine Mehrlicht, au physique de cinéma, au franc parler teinté de gouaille parisienne.

    Il faut toutefois légèrement modéré mes propos puisque cette fois-ci, je n'ai pas retrouvé l'originalité : le thème du roman m'a trop fait penser au Sharko de Franck Thilliez. Cependant, contrairement à son confrère d'écriture, Nicolas Lebel va bien moins loin dans ce monde gothique déviant, en étant limite caricaturale en recourant à un "méchant" roumain faisant imanquablement pensé au Comte Dracula.

    Cependant il nous fait découvrir quelques éléments historiques de la Roumanie, du temps où elle appartenait au bloc de l'Est.

    Mais l'humour de l'auteur ne s'arrête pas là puisqu'il s'amuse également à prédire le lieu des futures sépultures d'hommes célèbres... au risque de se tromper (eh oui depuis l'écriture du roman, Jacques Chirac est décédé et n'est pas enterré au cimetière du Père Lachaise, mais dans celui du Montparnasse).

    Un bon moment de lecture que je vous conseille.

    avant hier à 21:07 QuoiLire (184 votes, 6.7/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Comme le dirait le truculent Kermit ça sent le sapin, la fin de cycle.
    Cependant l’intrigue les personnages son toujours finement traités, mais contrairement aux autres livres il y a une mélancolie inhabituelle.

    17/08/2019 à 09:47 tduvi (324 votes, 7.6/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Et puis il y a cette tristesse inhabituelle dans cette série… Comme une sombre destinée s’abattant sur ces créatures de papier. Je ne peux vous exprimer l’affliction que j’ai ressentie à la découverte des choix scénaristiques de l’auteur. Je n’en dirai pas plus cependant, je compte bien que vous appreniez par vous-même ce que j’essaie de vous faire comprendre avec tant d’ardeur.

    26/05/2019 à 11:23 PoisonIvy (293 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Des personnages toujours aussi attachants, une intrigue difficile à lâcher : j'ai pris un grand plaisir à lire le dernier bébé de Nicolas Lebel.
    Et le livre vaut rien que pour cette scène déjà culte au Père Lechaise. Vivement le prochain !

    14/05/2019 à 21:32 Fredo (961 votes, 7.9/10 de moyenne) 6

  • 9/10 Cette fois Nicolas Lebel nous propose une narration chronologique, sans retours arrière comme c’était le cas dans De cauchemar et de feu et avec ce qui ressemble à deux intrigues parallèles et dont le lecteur se demande si elles ont un rapport entre elles. Une résurgence du mythe des vampires côtoie en plein Paris, le bien cruel problème des immigrés en provenance de la Syrie, confrontés au rejet de l’extrême droite.
    Mehrlicht fume toujours autant, Dossantos interpelle le lecteur car il est impossible de le détester et pourtant …, Sophie n’en finit pas d’attendre les papiers de Djibril !
    Côté détente on apprécie que Daniel se mette à la magie, qu’il n’abandonne pas « questions pour un champion » et surtout et toujours ses sonneries de téléphone.
    L’auteur confirme s’il était besoin, son grand talent de conteur, son don du suspense, sa qualité d’écriture et l’attachement particulier à ses personnages.
    Mais ne nous trompons pas, au-delà de cette histoire qui a su me captiver, retenir toute mon attention au cours de ses 320 pages, de nombreux thèmes sociétaux actuels sont abordés : l’immigration et la théorie fumeuse du « grand remplacement », les violences conjugales, la dure réalité des services qui ont pour mission d’assurer notre sécurité au quotidien. Un bien beau bouillon de culture dans la tête de Nicolas Lebel, pour notre plus grand plaisir …
    Tous mes vœux de bonne santé à Mehrlicht !
    Au fait, Nicolas Lebel n’aurait-il pas une affection particulière au Père Lachaise … ?

    12/05/2019 à 18:40 Dany33 (438 votes, 7.9/10 de moyenne) 5

  • 7/10 On aurait facilement pu se noyer dans cette brume écarlate, si ce n'était la présence éclairée du capitaine Mehrlicht, et de ses subalternes...
    Si le corps du roman, qui voit le fan de Julien Lepers et son équipe tenter d'endiguer les exactions d'un descendant du comte Dracula en plein Paris, manque paradoxalement de mordant, et si l'enquête n'est pas la plus enthousiasmante de toutes celles menées par son trio policier, son cœur, les interactions et les états d'âme de la team Mehrlicht, bat plus fort à chaque nouvelle aventure, mettant au crédit de l'auteur son inusable capacité à capitaliser sur ce noyau dur de caractères aussi dissemblables que complémentaires...
    De saillies humoristiques en diatribes échevelées, Nicolas Lebel en profite pour ranimer les consciences, en portant notre attention sur la place des femmes dans la société, et nous plante, hébétés, devant le tombereau d'ennuis qui promet de s'abattre sur ses personnages fétiches...

    23/04/2019 à 07:58 jackbauer (511 votes, 7.1/10 de moyenne) 7