J'ai encore menti

3 votes

  • 7/10 Ça y est ! Cette fois, il est démasqué ! J'ai l'intime conviction que Gilles Legardinier est un menteur pathologique, un imposteur-né...
    Gilles Legardinier ? Pourquoi pas Bob Ard, plutôt...
    Un prête-nom servant de couverture à une jeune femme gentiment barrée, à l'imaginaire fertile, qui vit par procuration littéraire, des aventures complètement loufoques...
    Car sinon, comment expliquer qu'il ne soit jamais aussi bon que quand il est elle(s) ?
    Car sinon, comment parviendrait-il (elle) à nous convaincre que tout ce qui est écrit n'est pas uniquement pure invention ?
    Ici encore, le postulat de départ, qui lui sert de terrain de jeu, fournit la matière idéale pour laisser le champ libre à ses délires affabulateurs...
    Et plus le mensonge est consistant, plus il donne lieu à des situations complètement farfelues...
    Le concept fonctionne toujours, car le bonimenteur est talentueux, et le bateau bien mené, même si, à force d'avoir déjà servi, la mécanique du procédé peut finir par s'enrayer...
    Au final, je peux quand même l'avouer, je n'ai pas franchement aimé le dernier opus de Gilles Legardinier...
    Oups !! J'ai encore menti...

    15/04/2019 à 22:24 jackbauer (493 votes, 7.1/10 de moyenne) 3

  • 8/10 J'ai de nouveau pris du plaisir à lire un "livre de filles" !
    Legardinier a un talent indéniable pour raconter des histoires qui, à la base, ont tout pour me repousser ou tout du moins ne pas m'attirer.
    Je sais que tout va bien se terminer mais je me laisse happer, sans résistance. Il écrit admirablement bien en se mettant dans la peau d'une fille. C'est magique ! À un moment, j'ai même cru les comprendre (c'était furtif et j'ai déjà oublié, mais ça m'a fait tout drôle)
    Quant à cette histoire, initiée sur l'amnésie de l'héroïne, on remonte naturellement ses souvenirs avec elle, en même temps qu'elle, pour voir comment elle devient enfin elle-même et on la suit avec plaisir, avec humour, avec soins et rebondissements. Car oui, Gilles Legardinier sait parfaitement relancer ses propres histoires. A chaque fois il a LE truc qui fait redonner du souffle à son édifice. C'est systématique : quand je me dis "zut, ça va tourner en rond" il trouve comment me raccrocher.
    Certaines scènes sont des véritables sketchs vraiment bons (au boulot, avec la voyante, avec le chat, à l'hôpital quand elle se prend pour une princesse, dans la vie où elle réapprend même l'absurde et surtout la 1ere scène avec son accident de poney...) !
    Ses recherches de l'amour, de sa mère, de l'équilibre pro/perso, de son passé sont très bien équilibrés. Bref, j'ai passé un super bon moment. Ses livres font du bien ; il me faut bien l'avouer.
    Bref, il est devenu pour moi une respiration idéale entre 2 polars.
    Allez, maintenant, je file ouvrir un truc bien gore, testostéroné à bloc, histoire de faire comprendre que la _feel good_ c'est pas pour moi !
    (Et heu sinon, il sort quand le prochain Legardinier ? C'est pas pour moi, c'est pour une copine)

    31/03/2019 à 09:26 athanagor (220 votes, 7.7/10 de moyenne) 3

  • 7/10 Dans la même veine que le génial et hilarant "Ca peut pas rater", Gilles Legardinier nous amuse encore une fois avec les péripéties d'une héroïne un peu naïve et maladroite. Ca fait du bien par où ça passe, c'est frais, léger, bref, ce n'est que du bonheur ! J'ai énormément souri, parfois éclaté de rire mais j'ai trouvé que Gilles reprenait trop, avec un peu moins de réussite, les codes et la trame de "Ca peut pas rater" et que son idée de départ, la perte de mémoire associée à une régression n'était pas très crédible.
    Mention spéciale pour les longs commentaires de fin de l'auteur. Ils sont absolument formidables.

    01/03/2019 à 18:54 Ironheart (490 votes, 7.5/10 de moyenne) 4