Signe de vie

(Sinal de Vida)

2 votes

  • 8/10 Précaution d'usage à la lecture de mon avis : j'ai tellement détesté (c'est rien de le dire) certains titres de cet auteur que je vais sûrement un peu m'emballer sur celui-ci ! J'en suis navré, donc prenez bien ce qui vous arrange, ma bonne dame.
    Tomás Noronha est toujours au Vatican suite à sa précédente aventure (qui peut se lire 100% indépendamment) et puisque de Dieu à l'espace il n'y a qu'un pas (?), il va se rapprocher encore plus proche des origines de la vie et de l'origine de l'univers (dont c'est (encore ? (mais où s'arrêtera cette introspection de parenthèses dans cette phrase (toujours aussi bien écrite par ailleurs (mais est-ce à moi de le dire)))) d'ailleurs le cœur du roman que JR Dos Santos est déjà en train d'écrire).
    J'ai retrouvé avec plaisir certaines vulgarisations scientifiques et j'ai beaucoup apprécié la préparation d'un voyage dans l'espace. Il y a certaines questions que je ne me posais même pas et auxquelles j'ai eu des réponses tout à fait plaisantes telles que le coup des toilettes et des réactions du corps en apesanteur.
    On a droit à des relans de la guerre froide US/Russie, mais ça donne un peu de sel à l'histoire.
    La traduction et l'écriture s'améliorent encore sur ce titre.
    Quant au sujet, il nous fait voyager à partir d'un message venu de l'espace et part d'une théorie sur les extraterrestres tout à fait plausibles, même si ce n'est pas mon avis.
    En bref, Tomás "James Bond" Noronha nous en met plein la vue et est toujours aussi détestable dans son attitude de Monsieur je-sais-tout, mais quand il s'agit de vulgariser une théorie, il faut avouer qu'il n'est pas si mauvais.
    Je recommande donc cette lecture pour ceux qui aiment le très grand spectacle, n'ont pas peur des éléments un peu techniques et autres théories étirées jusqu'à plus soif. De plus, ce que j'apprécie toujours autant chez JR Dos Santos, c'est sa capacité, déjà éprouvées sur la majorité de ses titres, à tenter sans cesse de prouver l'existence de Dieu avec forces arguments scientifiques. Pas sûr que ça plaise à tout le monde. Mais je ne suis pas tout le monde.
    J'ai pris du plaisir, même sur les longues joutes verbales entre scientifiques, cryptologues et autres théologiens.
    À suivre, donc ! Encore !

    31/07/2018 à 19:08 athanagor (245 votes, 7.8/10 de moyenne) 4

  • 5/10 J.R. dos Santos ne déroge pas à ses principes : fournir annuellement un gros pavé (presque 700 pages pour Signe de vie) mêlant aventure et intellect.

    Cette fois-ci on abandonne les religions et la théologie (quoi que comme dit l’adage : chassez le naturel, il revient au galop) pour une approche beaucoup plus scientifique : l’origine de la vie. Aussi les deux premiers tiers du roman prend la forme d’échanges entre scientifiques et, ou, personnes cultivées sur les possibles origines de la vie et les théories permettant d’expliquer les signes de vie extra-terrestres. Si cette partie est très intéressante et que la vulgarisation des théories et concepts scientifiques parfaitement réalisée, il n’en est pas moins lassant que cela s’étire sur les 400 premières pages du roman. Par conséquent, il faudra attendre le dernier tiers du roman pour avoir un peu d’actions en propulsant le roman dans l’espace, ce qui paradoxalement donne une grande bouffée d’air au lecteur.

    L’écriture, et donc la traduction, est toujours aussi impeccable et d’une grande fluidité; ce qui n’est pas chose aisée pour l’exposition des théories scientifiques. Aussi ne faut-il pas se laisser impressionner par l’épaisseur du livre, les pages défileront; quitte à ce que le lecteur lassé par la partie théorique la saute, quitte à y revenir un peu plus tard. Le scenario est habillement construit même si celui-ci est un peu trop linéaire à mon goût, sans grande surprise, même dans le final.

    Le lecteur habitué aux romans de J.R. dos Santos retrouvera avec grande joie le héros favori de l’auteur, Tomás Noronha, de le voir plonger dans cette aventure et de suivre sa vie. On est cependant toujours un peu surpris de voir l’homme de connaissances en histoire et en cryptanalyse, être également à l’aise et aux faits des théories d’astronomie et de physique.

    Le principal intérêt que j’ai vu à lire ce roman est la partie sur la préparation des hommes de l’espace. Bien que celle-ci soit partielle dans le contexte du livre, c’est avec plaisir que nous découvrons les protocoles, entraînements et autres modalités auxquels doivent se soumettre ces aventuriers de l’espace avant d’intégrer une mission. L’auteur dévoile avec grand humour certains aspects « techniques » sur les commodités sur lesquelles nous nous sommes toujours interrogé.

    Enfin, nous ne pouvons que faire un rapprochement au dernier Dan Brown, Origine, qui traite sensiblement du même sujet : l’origine de la vie. Contrairement à ce dernier, Signe de vie est bien meilleur à de nombreux points de vue : la présentation des concepts scientifiques est bien plus accessibles et facilement illustrées pour leur compréhension, sans que l’on est l’impression lire une encyclopédie. L’aspect science-fiction est réduite à l’essentielle donnant à la fois plus de réalisme à l’histoire et facilitant le lecteur à se projeter dans celle-ci.

    En conclusion, si ce n’est pas le thriller de l’été par son manque de suspense et de son poids difficile à trimballer sur les plages, Signe de vie est intéressant par l’aspect scientifique sur les origines de la vie qu’il nous présente.

    09/05/2018 à 09:32 QuoiLire (217 votes, 6.7/10 de moyenne) 3