La Nuit de l'ogre

9 votes

  • 8/10 Un ton au dessus du Chien, mais pour être franc je ne me souvenais que très peu de ce dernier et pour autant pas de problème pour comprendre ce thriller. Je suis vraiment fan de Bauwen donc peut être pas très objectif...

    21/12/2018 à 19:04 guimouts (250 votes, 8/10 de moyenne) 3

  • 8/10 Le thriller, Bauwen sait faire, et bien faire. Chapitres courts, style énergique, rebondissements et cliffhangers bien placés, sens du rythme, ruptures d’intrigue : tout y est pour les amateurs du genre. Avec en plus quelques pincées d’humour bienvenues, petit détail qui, à mon sens, fait se démarquer le garçon de ses pairs.
    Dans La Nuit de l’Ogre, Patrick Bauwen ajoute en outre un nouvel ingrédient, à savoir un hommage à la littérature populaire, aux feuilletons à suspense tels que Les Mystères de Paris d’Eugène Sue ou les aventures de Fantômas de Souvestre & Allain. Sans rien vous dévoiler de l’intrigue, la figure de l’Ogre, avec son chapeau melon et sa redingote tout droit sortis de l’imagerie du XIXème siècle, hante littéralement les pages du roman, y laissant traîner une ombre dont on redoute (à raison) chaque apparition.
    Décidément addictif !!!

    26/11/2018 à 10:09 Dodger (444 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 9/10 Excellent polar. Il suit Le jour du Chien mais ne pas avoir lu ce dernier n'est pas un handicap.
    On est plongé dans le milieu médical hospitalier et notamment dans celui des étudiants.
    on retrouve le docteur Kovak plutôt borderline, avec gd plaisir.
    Et une nouvelle fois, l'identité du Chien n'est pas révélée ...on fait plein d'hypothèses en vain. ... j'imagine qu'on le retrouvera dans un prochain tome !

    17/10/2018 à 22:22 calimero13 (579 votes, 7.4/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Encore un très bon Bauwen. Je vous le conseille et meilleur que le jour du chien.

    12/07/2018 à 21:54 jasonkite (161 votes, 7/10 de moyenne) 1

  • 9/10 La mort lui va si bien... Nerveux, sombre et maîtrisé, le dernier Bauwen passe la mort au révélateur, en l'exposant sous ses plus beaux atours, pour mieux titiller notre curiosité morbide...
    Ses tirs de carabin font mouche, particulièrement lorsqu'il mêle anecdotes touchant à son expérience de praticien, et mythologie du monde médical... Sa nuit de l'ogre sait nous tenir en éveil, sans qu'il lui ait besoin d'avoir recours à quelque artifice que ce soit ; il fait la lumière sur les zones d'ombre de ses personnages principaux, leur conférant par là même une épaisseur dramatique et empathique, touchante autant qu'addictive...
    Un conte macabre, que l'exposition du personnage de super méchant tire plutôt vers le Oh, plus inquiétant que ne l'était le Chien lors de la précédente aventure, et dont les connexions, établies entre les différents rouages de l'intrigue, développent un contrôle du récit tout en souplesse...
    Et dans l'attente du prochain festin, les dernières lignes, qui posent les jalons du prochain tome, sont là pour nous ouvrir l'appétit...

    17/06/2018 à 21:11 jackbauer (480 votes, 7.1/10 de moyenne) 5

  • 8/10 La Nuit de l'ogre est le sixième roman de Patrick Bauwen publié le 2 mai dernier aux éditions Albin Michel. On y retrouve Chris Kovak, héros de son précédent livre Le Jour du chien.

    Patrick Bauwen est joueur et du coup, il en profite pour balader son lecteur. Impossible d'anticiper quoique ce soit dans ce "whodunit" endiablé" !

    Cette nuit que vous allez passer avec l'ogre vous réserve son lot de surprises. Les seuls bémol que j'émettrais à ce sujet c'est qu'il y en a peu être une de trop... Et je bug sur le chapitre 65 et ses pages 407 et 408.

    Gamin, j'aimais bien regarder le dessin animé Scooby Doo des studios Hanna-Barbera. Avec à chaque final d'épisode le vilain qui était littéralement démasqué par l'équipe de la série. J'ai toujours aimé les romans avec un vilain à l'identité secrète dont on découvrait qu'il était sous notre nez depuis le début du livre ou de la série. Je pense par exemple à James Patterson avec les premiers romans de sa série consacrée à Alex Cross, du temps où il écrivait encore lui-même ses bouquins...

    Ici Patrick Bauwen s'en donne à cœur joie. Le Chien est de retour et il voit d'un mauvais œil cet Ogre qui vient interagir avec son cheptel... Depuis ses précédents livres, on savait l'auteur particulièrement attentif au fait de surprendre ses lecteurs. Avec cette seconde partie de son diptyque, il prend un évident plaisir à développer ses personnages secondaires, et ainsi emmener ses lecteurs dans des directions complètement inattendu.

    Vous allez cogiter, faire des suppositions, tourner les pages, lire un chapitre de plus et dévorer le livre. Parce qu'en fait l'ogre de l'histoire, c'est vous !

    07/06/2018 à 11:50 Fredo (948 votes, 7.9/10 de moyenne) 6

  • 8/10 Que ceux qui pensaient avoir touché le fond avec « le jour du chien » se rassurent, oui Patrick Bauwen peut faire pire …Kovak soufre, car il veut de bon cœur aider son ami Greta à retrouver sa fille, celle-là même qui transportait et lui a laissé une tête humaine conservée dans un bocal ! Il sera accompagné, parfois inquiété, par l’équipe de « l’évangile », policiers en charge des enquêtes dans les sous-sols parisiens. Parallèlement à ces recherches, une équipe de policiers tente de résoudre le mystère du faux suicide d’un ancien universitaire observateur et défenseurs des phoques.
    L’action se passe dans les dédales du métro parisien mais aussi, retour aux sources peut-être … une escapade en Floride donne du panache au dénouement en deux temps.
    La découverte d’un versant inconnu des perversités humaines révèle dans ce roman que la vérité dépasse l’imaginaire. Le lecteur sombre dans la morbidité absolue et le voyeurisme extrême ! Un thriller haletant et des personnages, pour ceux qui survivent bien entendu à cette aventure, que l’on devrait retrouver dans une suite en 2019, que l’auteur nous promet encore plus noire … oui dit-il, c’est possible !
    Pour tout vous dire ... j’ai adoré !

    05/06/2018 à 12:29 Dany33 (409 votes, 7.9/10 de moyenne) 6

  • 8/10 La nuit de l’ogre est un thriller époustouflant, sombre, ludique et qui questionne sur la mort. Patrick Bauwen nous offre là un roman encore plus réussi que son précédent, Le jour du chien. Une intrigue au scalpel !

    17/05/2018 à 06:24 Gruz (299 votes, 7.8/10 de moyenne) 7

  • 8/10 Patrick Bauwen semble se plaire à rester en France (quoique) en place de son territoire favori les Etats-Unis. Après Le jour du chien, l'auteur poursuit sa série du Chien avec La nuit de l'ogre. Cependant dans ce second tome (est-on en droit d'en espérer au moins un autre ?), le Chien n'est pas au centre de l'aventure, mais seulement comme un élément connexe, secondaire. Ce qui n'est pas sans nous déplaire car cela donne à ce personnage une dimension supplémentaire : un être de l'ombre, qui a l'intelligence de n'intervenir que quand il l'estime nécessaire, et donc qui peut avancer ses pièces de manière cachée.

    Dans La nuit de l'ogre, on retrouve également Chris Kovac, ce médecin charmant, curieux de tout, qui pour rendre service à sa collègue de travail, part à la recherche de sa fille portée disparue. Mais cette fois-ci, sauf au démarrage de l'histoire, le lecteur ne va plonger dans les bas fond de Paris, mais dans les bas fond de la société et de son rapport avec les morts. Je ne peux en dire plus de peur de dévoiler une grosse partie de l'histoire. Mais le domaine dans lequel Patrick Bauwen entraîne son lecteur m'était inconnu, tout comme je pense pour la majeure partie de son lectorat. On sent que l'auteur s'est documenté sur le sujet pour nous en retransmettre toute la substantifique moelle.

    Lui-même étant médecin urgentiste et responsable d'un service d'urgences dans une clinique à L'Isle-Adam en région parisienne, l'auteur nous fait également bénéficier de son expérience du milieu hospitalier et des confréries estudiantines. D'ailleurs il ne manque pas de faire quelques clins d’œil à ceux-ci. On ne peut que se demander si le rythme de vie et le "régime alimentaire" de Chris Novac s'inspirent d'une connaissance professionnelle de l'auteur.

    Même si dès ses premiers romans Patrick Bauwen avait montré un sens aigu du suspense et une maîtrise du rythme donné au roman, il faut l'avouer, de roman en roman, le niveau monte. Les personnages sont solides et s'étoffent encore un peu dans ce second tome. L'écriture est parfaite, d'une grande fluidité; les yeux glissent sur les pages et au final les 500 pages sont rapidement lues. Il est intéressant de voir l'affaire au travers des différents points de vue des personnages qui alternent au fur et à mesure des chapitres. On remarquera que pour accentuer la projection du lecteur dans le roman, l'utilisation de la première personne du singulier est toujours employé lorsqu'il s'agit de Chris Kovac.

    L'intrigue est bien ficelée mais je formulerais un petit reproche à l'auteur qui ne nous donne pas tous les éléments nécessaires pour solutionner l'énigme; mais à près tout, le héros a les mêmes et trouve bien le coupable (certes il est un peu aidé par Patrick Bauwen). Ou encore sur la description un peu légère de la Croix de Cayeux sur Mer qui ne nous permet pas d'imaginer son aspect réel... mais cela est anecdotique.

    En conclusion, un excellent roman qui pourra vous accompagner à la plage cet été... si vous résistez à la tentation de le lire d'ici-là. Et c'est donc avec une réelle impatience que j'attends le troisième tome de la série du Chien.

    13/05/2018 à 15:08 QuoiLire (162 votes, 6.7/10 de moyenne) 4