Un Havre de paix

2 votes

  • 7/10 Bon moment de lecteur sans prise de tête.
    Se lit très rapidement, de l'action et de l'humour mais peu de suspens car tout va très (pour certains trop) vite.
    C'est mon premier Embaumeur et ça me donne envie de lire les autres, les personnages étant sympathiques et attachants.

    25/10/2018 à 20:30 boumkoeur (90 votes, 8.4/10 de moyenne) 2

  • 7/10 Un homme vient d’être retrouvé suicidé à la prison du Havre. Missionné pour s’occuper du corps, Luc Mandoline, alias « L’Embaumeur » découvre, dans le même temps, que le suicide n’en est pas un, et que ce détenu était en réalité un policier infiltré. Pour rendre service à Max, son ami et policier, Luc va mener son enquête.

    Désormais publié aux éditions French Pulp, voici donc le dernier-né de la série consacrée à Luc Mandoline, cette fois-ci avec Stanislas Petrosky à la manœuvre. D’entrée de jeu, le ton est donné : on sera dans le décontracté. Assurément, l’auteur prend le relai de ses petits camarades de plume avec l’envie de s’éclater et de donner du plaisir à son lectorat, avec un univers trivial et de l’humour potache. Quelque part entre Frédéric Dard et Michel Audiard (dont il emprunte quelques citations en guise de clin d’œil), Stanislas Petrosky multiplie les calembours, réparties vachardes et situations cocasses. Dans le même temps, il soigne son intrigue, dans la droite ligne des précédents opus dédiés à L’Embaumeur, avec toujours ce soupçon d’âme et cette touche personnelle qu’apporte chaque auteur, comme Michel Vigneron, Hervé Sard, Maxime Gillio ou Jean-Christophe Macquet pour ne citer qu’eux. Au programme : le monde pénitentiaire, un dangereux malfrat surnommé « Le Turc » accusé de saloperies pédophiles, un reclus spécialiste en chimie, un gardien de prison corrompu jusqu’au coccyx et un bon paquet de magouilles pour faire le lien. Une sacrée dose d’humour, de la castagne, un Luc Mandoline accompagné de ses fidèles amis (dont le si précieux Sullivan), des courses-poursuites, des chantages, et quelques feux d’artifice.

    Un bon petit polar, détendu et détendant, répondant parfaitement au cahier des charges de la série, et qui procure à son lectorat plus qu’il n’en faut de rigolades et de bourre-pifs. Stanislas Petrosky s’est mis sans mal dans la peau de L’Embaumeur, on l’en remercie vivement, et l’on attend déjà impatiemment la livraison du prochain tome.

    29/08/2018 à 17:00 El Marco (1754 votes, 7.5/10 de moyenne) 4