Je t'aime

9 votes

  • 9/10 Mon premier Barbara Abel, mais certainement pas le dernier.
    J'ai été conquis par la plume de l'auteur, fluide, précise et happé par ce thriller domestique.
    En quelques pages le décor est planté et le scénario s'emballe pour ne plus nous lâcher.
    La psychologie des personnages torturés, finement décrite, associée à leurs déliquescences, nous maintiennent sous tension jusqu'à l'épilogue machiavélique.
    Addictif.

    06/05/2020 à 14:12 charlice (145 votes, 7.7/10 de moyenne) 2

  • 9/10 Encore un très bon Barbara Abel qui cette fois nous raconte l'histoire de 4 femmes et explore le thème des familles recomposées , les relations parents / enfants . Barbara Abel sait nous tenir en haleine avec des rebondissements,des retournements de situation. Bref j aime beaucoup le style de Barbara Abel vivement le prochain...

    11/03/2020 à 17:18 estelle76 (49 votes, 8.1/10 de moyenne) 4

  • 8/10 Un très bon Barbara Abel, extrêmement agréable à lire et dont les pages défilent à vitesse grand V. Le roman est très bien écrit, d'une grande finesse et la bonne idée de départ est bien développée, l'auteur parvenant à parfaitement bien demontrer qu'une petite cachoterie peut avoir de tragiques conséquences. Pour autant, le roman ne se résume pas qu'à cela car il explore bien d'autres thématiques (la vengeance, les relations dans les familles recomposées, le sacrifice parental ...) et Abel n'a pas son pareil pour décrire la multitude de sentiments qui traversent ses personnages. J'émets juste un petit bémol : une fausse piste un peu trop appuyée qui alourdit légèrement l'intrigue pourtant fine. Il n'en demeure pas moins un très bon roman psychologique, plus que recommandable.

    31/05/2019 à 23:12 ericdesh (654 votes, 7.5/10 de moyenne) 3

  • 7/10 Barbara maîtrise l'art du page-turner domestique et c'est au nom de cette diabolique mécanisme du suspense que j'avais prévu 24heures devant moi avant d'attaquer "je t'aime". Dont acte. J'ai lu ce roman en apnée et avec le sourire crispé... Barbara Abel excelle là où on l'attend.
    J'ai toutefois trouvé que l'intrigue manquait parfois de rythme.
    Malgré cela, tout fonctionne. Un bon cru !

    03/10/2018 à 16:04 clemence (302 votes, 7.7/10 de moyenne) 5

  • 9/10 Des 22 livres que j'ai lus cet été, c'est le thriller de Barbara Abel Je t'aime que j'ai préféré.

    Sans dévoiler plus d'informations que ne donne la quatrième couverture, le contenu du livre tourne autour de l'amour et de la vengeance, sentiments contradictoires mais qui vont être complémentaires dans ce livre. On peut alors penser que ce roman va être un thriller psychologique lourd, long, ennuyeux. Les premières pages pourraient faire penser à un roman niaiseux comme diraient nos amis québecois, mais petit à petit Barbara Abel développe la psychologie de ses personnages, ils prennent de l'ampleur, de la complexité et l'on se rend compte que le roman va être tout en nuances.

    La grande force de ce livre est de projeter le lecteur dans le roman. Il va alternativement vivre les aventures des différentes familles. J'avais l'impression d'être à côté des personnages, de partager leurs joies, leurs pleurs, de suivre les hauts et les bas de moral, leurs réflexions. J'étais un nouveau membre de famille, à chaque retournement de situation, pour la moindre progression dans l'enquête, l'histoire me prenait aux tripes.

    Mais attention, si Je t'aime est un thriller psychologique, ce n'est pas uniquement un roman psychologique. La seconde partie du roman va plonger le lecteur dans une sorte de course contre la montre, ses nerfs seront mis à dure épreuve comme pour les personnages du roman. Cette seconde partie est d'autant plus prenante qu'elle est crédible : pas de grands moyens comme dans un roman d'espionnage, pas de poursuite comme dans un roman noir des bas-fonds de la société. Ici ce sont des familles lambda dont la vie est altérée, mise en jeu, conditionnée par celles des autres.

    L'écriture est d'une efficacité redoutable : fluide, incisive, addictive car l'histoire est perpétuellement relancée.

    La seule petite critique que j'aurais à formuler est que, malgré une fin terrible, je trouve l'auteure un peu trop gentille avec ses héros. Elle aurait pu être plus diabolique, plus noire, plus méchante, rendre ses personnages plus pernicieux.

    Bref Barbara Abel maîtrise à la perfection le thriller psychologique qui séduire même ceux qui ne sont pas amateurs du genre. J'aime je t'aime.

    09/09/2018 à 20:32 QuoiLire (213 votes, 6.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Moi aussi, je t'aime, Barbaba ! Je te distribue les bonnes notes comme Jésus distribuait ses petits pains, c'est dire !

    Tu es la meilleure chirurgienne des émotions que je connaisse, tu sais disséquer et analyser comme aucun autre auteur les tourments de nos sentiments et de nos pensées. Tes phrases sont si pertinentes ! Elles font mouche à tous les coups et j'en ai noté quelques unes, comme à chaque fois que je te lis.
    J'ai souvent eu les larmes aux yeux devant le cauchemar dans lequel tu as plongé chacun de tes personnages, Parce que tu les tortures jusqu'au bout, les pauvres ! Et je me suis plusieurs fois mise à leur place parce que ce qu'ils vivent, cette existence qui bascule soudainement, pour un petit rien, dans le chaos, on peut tous le vivre. Cette proximité, cette empathie avec tes héros ordinaires rend ton histoire absolument terrifiante et d'une violence psychologique insoutenable.

    Ton dernier roman traite de tes thèmes fétiches : les relations humaines au sein d'un couple ou de la famille. Mais là, tu as surtout accès ton récit sur les enfants : que ne ferait pas un père ou une mère pour sauver ou pour venger coûte que coûte son enfant adoré ?
    Ce fut une lecture émouvante, intense et réaliste. J'ai dévoré cette histoire, j'ai été bouleversée par Nicole et Solange et même si j'avais deviné depuis le début le pot aux roses (enfin, de cannabis), le suspense m'a achevée.
    Bravo Barbara et vivement le prochain !

    23/07/2018 à 07:53 Ironheart (567 votes, 7.5/10 de moyenne) 4

  • 8/10 L’auteure use de tout son talent pour parler des émotions. Elles sont criantes de vérité. Bonheur et douleur sont palpables, on les touche du doigt et ils étreignent le cœur, presque poussés à l’extrême. L’empathie est enclenchée et rien ne peut l’arrêter.

    01/07/2018 à 16:35 PoisonIvy (317 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 C’est l’histoire de quatre femmes et pas que.
    C’est l’histoire de trois familles « normales » même si l’une d’entre elles est « recomposée » … et pas que.
    C’est comme dans les autres romans de Barbara Abel, l’histoire de vos voisins, de vos amis, de votre famille, qui bascule à cause d’un événement certes imprévisible mais qui aurait pu être évité par tout un chacun, avec un peu plus d’attention portée à son entourage.
    Mais bien au-delà de ça, l’auteure nous questionne sur nos réactions potentielles face à des accidents de la vie … qu’auriez-vous fait à leur place ?
    A la place de ces mères meurtries par la disparition de leur raison d’exister ? De ses pères aveugles au désarroi de leurs ados ? De ces flics face aux évidences ? Ha la justice …
    « La justice est lente, complexe, elle manque de moyens. À quoi sert-elle, si ce n’est à sortir du cercle vicieux de la vengeance ? Protéger, décider, sanctionner » la devise de Nicole, sa raison de vivre.
    Ainsi, avec le brio qu’on lui connaît, Barbara Abel s’attache à manipuler les créatures qu’elle a fait naître, avec beaucoup de malveillance et de torture morale. Quand on connait un peu l’auteure, que l’on sait qu’elle avoue que « manipuler la violence est jouissif, en parlant avant tout de la violence psychologique » on se dit que l’écriture de ce thriller a dû la combler de bonheur ! Oui 2018 est un très bon cru Abel dans la veine de « l’innocence des bourreaux ».

    20/06/2018 à 14:05 Dany33 (476 votes, 7.9/10 de moyenne) 4

  • 7/10 4 femmes, 4 personnalités. 4 vies. 4 amours différents qui les mènent sur des chemins impensables. 4 vies bouleversées, brisées.

    Elles s'appellent Maude, Alice, Nicole, Solange. On les découvre tour à tour amoureuses et dévouées, femmes blessées ou mères rejetées.

    Maude ne pouvait pas prévoir que son silence ruinerait sa vie et celles de plusieurs familles. Ce joint dans la bouche d'Alice, ce n'était qu'un incident. Pourquoi se la mettre encore plus à dos et voir Simon et sa fille se déchirer ? Alice est une ado avec tout ce que cela comporte, du plomb dans les semelles lorsqu'il s'agit d'aller en cours, le verbe haut. Maquillée comme un camion volé, ce n'est pas la jeune fille que les mères rêvent de voir au bras de leur fils. La mère de Bruno ne fait pas exception. Des personnages tout ce qu'il y a de plus banal, je vous le dis. Et c'est là que Barbara Abel fait très fort : partant de trois fois rien, elle vous accroche dès les premières pages. J'ai souvent eu une impression de voyeurisme, épiant les uns les autres, accoudée à la fenêtre de leur cuisine. Pourquoi m'en priver puisque l'auteur les malmène à l'envi pour me les donner à scruter à la lumière crue des néons ?

    De leurs plus bas instincts à leurs plus grands élans d'amour, les 4 femmes de ce roman livrent tout. Les seconds tentant de justifier les premiers, on craint très vite ce que ces  Je t'aime non dits, mal dits ou dits trop tard sont capables de déclencher. Il y a tant d'ambivalence chez ces héroïnes qui n'en sont pas que je n'ai jamais vraiment su si je devais les comprendre ou les blâmer. Je ne suis pas encore décidée, mais ma préférence va peut-être à Alice. Je ne pensais que ça irait si loin, dans les intentions, dans les actes. Des mots aigres, précis, sans aucun indice sur le dénouement de ce cauchemar éveillé. Je me souviendrai de mon premier Barbara Abel comme d'une bonne dose de torture psychologique.

    29/05/2018 à 15:04 Root (14 votes, 7.5/10 de moyenne) 3