La Fille du roi des marais

(The Marsh King's Daughter)

2 votes

  • 9/10 Un excellent thriller psychologique. Même ceux qui comme moi n'aime pas les longues traques en pleine nature peuvent le lire car la traque en elle-même ne dure qu'une journée entrecoupée de souvenirs de la vie d'Helena dans le marais alors qu'elle était enfant. C'est bien écrit, fluide et surtout passionnant car nous avons la vision d'Helena enfant sur son père, et ce qu'elle a compris de lui, de sa personnalité avec le recul de l'âge adulte et après avoir connu autre chose que la vie dans le marais. L'auteur nous brosse le portrait psychologique complexe d'une héroïne partagée entre l'amour et la haine qu'elle porte à son père, qui a du mal à s'adapter à la vie en société mais qui protégera sa famille à tout prix. Un thriller qui fait prendre conscience que lorsqu'une personne n'a pas de point de comparaison elle croit que ce qu'elle vit est normal. Une héroïne inoubliable.

    11/03/2021 à 10:48 mireille (350 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 8/10 J’ai attendu la sortie de ce livre avec impatience. Je me rappelle même avoir envoyé un message à Karen Dionne pour lui demander si une traduction française était prévu et elle m’avait répondu que ce serait disponible sous peu, donc il est resté sous mes radars quelques mois. Comment je l’ai découvert ? Et bien c’est grâce au commentaire de Clare Mackintosh : « Si vous lisez seulement un thriller cette année, faites-en la fille du roi des marais. C’est sensationnel. » Et comme je suis un grand fan de cette dernière, j’ai suivi son conseil.

    Parlons du livre…

    Karen Dionne ouvre la porte sur un conte à la fois horrible et fascinant. Son pouvoir de se glisser dans la peau de notre personnage Helena est stupéfiant ! Helena avait douze ans quand elle a découvert qu’en fait il existe un monde différent en dehors de ce qu’elle vécu avec ses parents : Elle n’est jamais allée à l’école, n’a jamais roulé à bicyclette, n’a jamais connu l’électricité ou l’eau courante et n’a jamais parlé qu’avec deux personnes en douze ans… Vénérant son père, elle ignorait que ce dernier avait kidnappé sa maman à l’âge de quatorze ans et faire d’elle sa femme captive dans une cabane de chasse cachée au fond des bois de la péninsule supérieure du Michigan. L’histoire est racontée du point de vue d’Helena. Alternant présent et passé : l’auteur nous emmène dans son passé, la façon dont elle a vu le monde, vivant sans autre contact humain que ses parents pendant plus d’une décennie de sa vie – à son présent, où elle tente tant bien que mal à garder son passé enfouit, loin de ses enfants et son mari. Et pour ce faire, elle a dû tuer une partie d’elle-même. Elle a changé son apparence du mieux qu’elle a pu (Coupe de cheveux, teinture,…). Mais sa vie tranquille s’ébranle quand son père s’échappe de prison. Helena sait qu’elle est la seule capable de suivre son père. Mais après 15 ans, comment va-t-elle réagir quand elle revoit son père?

    Ce n’est pas une histoire heureuse. C’est sombre, émotionnel, cru et si réel qu’on pourrait presque croire lire l’une de ces histoires véridiques racontées par des personnes qui ont un vécu difficile.

    Le talent de l’auteur est de toute sa grandeur présent dans le côté psychologique des protagonistes où elle nous fait ressentir la lutte interne et les émotions contradictoires que vivait Helena quand elle a commencé à comprendre la véritable nature de son père, ainsi que le combat qu’elle a mené pour s’intégrer dans la civilisation actuelle :

    « Quand j’ai quitté le marais, j’ai vraiment essayé d’intégrer les conventions sociales. Serre la main des gens que tu rencontres. Ne te cure pas le nez. Fais la queue. Attends ton tour. Lève le doigt quand tu veux poser une question en classe et attends que le professeur te donne la parole […] N’oublie pas de te laver les mains et de tirer la chasse d’eau. »

    Au fil des chapitres, l’auteure a fait naître en moi un sentiment. Le sentiment de vivre le monde à travers les yeux d’un enfant et plus tard d’une personne qui a été élevée dans l’isolement. La curiosité et le manque de compréhension à l’égard des choses que beaucoup d’entre nous considéreraient comme de la routine vibraient à partir de la plume de Karen Dionne. Les détails sont décrits d’une façon si réelle que ça a donné au récit une sensation authentique et magique.

    Un roman obsédant, unique et absolument captivant qui ne manquera pas de devenir un grand succès. Je pense déjà que cela ferait un film fantastique.

    20/04/2018 à 00:53 Med.SoB (55 votes, 7.4/10 de moyenne) 5