Toutes blessent, la dernière tue

10 votes

  • 9/10 Chef d oeuvre de giebel.. Noir, sombre, humain.. Top

    11/06/2019 à 23:46 susperia82 (14 votes, 8.1/10 de moyenne) 1

  • 8/10 Horriblissime, parce que tellement réel.
    Karine Giebel signe un de ses sinon son meilleur roman dans le fond et la thématique . La forme reste celle qui lui est propre, phrases courtes et percutantes, dialogues très vifs et nombreux, ce n’est pas le génie du style littéraire qu’on cherche en ouvrant un de ses bouquins.

    J’ai grandi depuis que j’ai lu Meurtres pour Redemption, et ce n’est pas un mal car l’histoire de Tama, proche de celle de Marianne, est vraiment difficile à lire. On parle là d’une fillette arrachée à sa famille à l’âge de 9 ans pour servir des foyers français, dormir dans des placards et être violee à l’occasion .. au cours des 750 pages, il y en a des chocs.
    J’ai lu l’histoire d’une traite car j’étais en apnée et nauséeuse, je voulais connaître la suite. On n’est pas dans le documentaire, ce n’est pas le propos de la romancière, mais je n’ai aucun doute sur la réalité de la situation. Je ferme le livre et je reste prostrée. Que faire ...
    Le sujet est alarmant et terriblement préoccupant car les servitudes de cette nature existent et existeront, sont et seront toujours cachées. “Toutes blessent , la dernière tue” n’est probablement pas un roman que je conseillerai à un public qui ne connaîtrait pas l’auteur.
    Violence sourde, rare, profonde. Du Giebel grand cru.

    22/11/2018 à 21:54 clemence (256 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 9/10 « Vulnerant omnes, ultima necat.
    Toutes les heures m’ont blessée, la dernière me tuera. »

    Toute classification de ce thriller serait inexacte … disons qu’il s’agit d’une étonnante histoire d’amour, cruelle et haletante, en milieu hostile. Mais au-delà de cela, ces 740 pages sont surtout un manifeste contre l’esclavage moderne, qu’il soit domestique ou sexuel. Tama est à l’image de ces toutes jeunes enfants déracinées, confiées à des familles métropolitaines sans scrupules et soumises à l’exploitation la plus ignoble, celle qui frappe des faibles vendues par leurs familles, elles aussi victimes du mensonge … Ne nous leurrons pas … cet asservissement frappe à côté de chez nous et ne sommes-nous pas complices du fait de ne pas vouloir voir ?
    Quelques rares moments de répit au cours des errances de Tama peuvent laisser espérer une issue positive, c’est cependant bien une aventure humaine, cruelle et haletante que nous allons vivre avec les petits braqueurs ratés, les voitures de luxe et les trafics en tous genres.
    Karine Giébel met tout son talent de conteuse au service du suspense qui entoure cette intrigue, sur deux tableaux, deux temporalités différentes mais imbriquées qui permettent au lecteur de découvrir le passé de Tama. Avec ce récit aussi fort que Meurtres pour rédemption, sans aucun doute Tama restera au panthéon de ses personnages emblématiques, au même titre de Marianne.

    11/11/2018 à 16:21 Dany33 (415 votes, 7.9/10 de moyenne) 8

  • 9/10 Un roman d'une extrême violence qui ne peut pas vous laisser indifférent.Un livre que l'on ne lâche pas par l'intensité de ses chapitres.
    Accrochez-vous !!! ça secoue.

    05/07/2018 à 17:59 ladouille (106 votes, 7.1/10 de moyenne) 6

  • 10/10 Intense, noir, puissant... que d'émotions..... Karine nous emmène dans le monde ignoble de l'esclavage. A découvrir absolument.

    24/06/2018 à 17:20 lady (131 votes, 7.7/10 de moyenne) 6

  • 9/10 Un très grand cru, des chapitres courts qui donnent le rythme , un roman sur l'esclavage moderne et sur la noirceur de l'âme.

    09/06/2018 à 08:35 Diesel155 (141 votes, 7.5/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Un livre vraiment exceptionnel, dans la même veine que Meurtres pour Rédemption. Il y a toujours ce côté romanesque, cette intensité de folie et les qualités indéniables de conteuse de Karine Giebel qui nous hypnotisent de bout en bout. J'ai été captivée et j'ai englouti les pages les unes après les autres, presque d'une traite. Toutes blessent, la dernière tue est désormais gravé dans ma mémoire à tout jamais.
    Oui mais...C'est le plus dur des titres de l'auteure (et pourtant elle avait déjà placé la barre haute de ce côté là). Si les scènes violentes étaient peut-être légitimes dans Meurtres pour rédemption, compte tenu du contexte et de la personnalité de l'héroïne, là, c'est totalement injustifié. Le personnage principal est une petite fille, pure et innocente, qui ne tombe que sur des pourritures dans un cadre banal et quotidien où la violence extrême n'a, logiquement, pas sa place.
    Sans le sadisme et les scènes de torture, nombreuses, qui émaillent le roman, j'aurais mis 10/10. Mais là, j'ai vraiment trouvé que Karine dépassait les limites. Elle n'avait pas besoin de ça pour écrire une grande histoire.

    27/04/2018 à 16:55 Ironheart (484 votes, 7.5/10 de moyenne) 10

  • 9/10 Du très bon Giebel! On y retrouve toute la noirceur qui nous avait fait apprécier Meurtres Pour rédemption. Avec le même soucis du détail qui en fait certes un gros pavé, mais qui nous permet surtout de bien rentrer dans la psychologie des personnages. En tout cas j'aimerai pas être le héros d'un de ces polars...

    23/04/2018 à 21:00 guimouts (252 votes, 8/10 de moyenne) 5

  • 8/10 Jusqu'à quel point la maltraitance physique et/ou psychologique est-elle supportable ?
    Jusqu'à quel niveau de douleur peut-on s'oublier, pour résister ?
    La capacité de résilience est au cœur du nouveau thriller "coups" de poing de Karine Giebel, qui gravit un nouvel échelon dans le dévoiement de la nature humaine ...
    Ici, comme souvent avec Giebel, pas de violence suggérée, mais une violence exposée, voire surexposée... Format XXL, les tortures subies par la jeune Tama posent la question de la pertinence de certaines scènes, à laquelle répond l'auteure, en toute fin de roman...
    Si toutes blessent, et la dernière tue, durant ma lecture, certaines se sont, parfois, étirées inutilement ; le péché mignon de Karine Giebel, cette prolixité adverbiale, est (re)venu parasité la progression d'une intrigue qui aurait mérité davantage de sécheresse...
    J'ai néanmoins retrouvé avec bonheur l'auteure qui m'avait scotchée avec " Meurtres pour rédemption", son ardeur, sa frénésie, qui manquait dans ses derniers romans, et qui lui permet de jouer de tout son savoir-faire et de toute son habileté scénaristique pour nous tenir en haleine, sur plus de 700 pages...
    Elle sait rallumer la lumière, en sondant les recoins les plus sombres du genre humain, pour mettre en valeur ces individus que l'on s'évertue à dissimuler...

    12/04/2018 à 15:50 jackbauer (486 votes, 7.1/10 de moyenne) 7

  • 8/10 Karine Giebel nous entraine dans la noirceur humaine autour de l'esclavage moderne. A travers ces 700 pages, on partage le parcours de Tama, jeune fille arrachée à son Maroc natal par la promesse d'un meilleur avenir en France. Son parcours est poignant et terrifiant ! Une histoire d'amour en fil conducteur et une fin à la Karine Giebel ! Très bon moment de lecture !

    08/04/2018 à 11:36 Luzlïa (144 votes, 7.7/10 de moyenne) 5