L'Emprise des sens

2 votes

  • 7/10 A bientôt trente-neuf ans, Talia Mejri est en pleine déception amoureuse, aussi saute-t-elle dans un avion qui la mène à la Nouvelle-Orléans. Mais une fois arrivée, elle noue contact avec le beau pilote… qui est assassiné peu de temps après selon un rituel effrayant. Tandis que la police locale mène l’enquête, Talia est sujette à de terribles hallucinations : et si elle avait, sans le vouloir, noué une forme de lien avec le tueur ?

    Sacha Erbel signe un ouvrage intéressant qui fusionne habilement plusieurs genres. On retrouve ainsi le thriller avec ses doses cadencées de sueurs froides et de frissons, le polar sentimental, et quelques touches ésotériques en lien notamment avec le vaudou. Talia, la protagoniste principale, attire rapidement l’empathie, et les visions dont elle est le jouet intriguent, à mesure que les raisons de ces apparitions apparaissent, sans compter le fait que, bien plus tard dans le livre, on apprend qu’elle recèle un terrible drame passé. Dans le même temps, les deux principaux policiers sont hautement sympathiques, avec Louis Lafontaine, officier brisé par la mort de sa femme et victime de troubles obsessionnels compulsifs, et Basile Pembroke, médecin légiste avec lequel notre héroïne va vivre une idylle. Les décors de la Louisiane, principalement la Nouvelle-Orléans et Bâton Rouge, se prêtent à merveille à cette ambiance énigmatique et anxiogène de meurtre en série et de magie vaudou, tandis que les chapitres alternent avec aisance entre les divers points de vue, laissant naître les fureurs incendiées du serial killer et ses démons agités. L’intrigue, sans jamais rebattre les cartes du genre, se laisse suivre avec plaisir et maintient un bon niveau de suspense, avec notamment quelques surprises dans le final quant à l’identité de l’assassin. Devant tant d’arguments de qualité, on pardonnera avec d’autant plus de bienveillance à Sacha Erbel certains écueils, comme ces points d’exclamation surnuméraires et vite agaçants, quelques poncifs psychologiques ou encore des réparties qui parfois sonnent faux.

    Voilà un bon thriller, voguant avec aisance sur les flots du vaudou ainsi que sur les codes anglo-saxons du genre, et qui procure un bien agréable moment de lecture. On retrouvera avec plaisir Talia Mejri dans L’Ombre de Nola.

    04/04/2021 à 08:19 El Marco (2214 votes, 7.4/10 de moyenne) 3

  • 7/10 De drôles de vacances pour Talia, cette presque quadra, sous le coup d’une rupture conjugale douloureuse. Elle ignore que ses origines africaines qui exacerbent sa connexion et sa sensibilité aux pratiques vaudous.
    Ce polar exotique, nous entraîne aux côtés d’une équipe qu’enquêteurs à La Nouvelle Orléans. Hasard ou destin, Talia croise les pratiques occultes qui l’amènent à aider au profilage d’un tueur en série. Suspicieuse au départ, elle se prend au jeu, au risque de s’y perdre. Pour une mécréante comme moi, il a été un peu difficile d’adhérer à cet environnement, mais l’auteure a réussi à ce que cet aspect de son intrigue n’efface pas le plaisir à suivre cette traque, jusqu’au final bien flippant !
    Une enquête intéressante, qui s’attache aussi à la maltraitance, aux questions de genre, aux difficultés rencontrées par ces populations déplacées, en quête de racines. Le ton est juste, ce qui fait de ce premier roman un premier essai prometteur … à transformer !

    25/02/2018 à 17:28 Dany33 (512 votes, 8/10 de moyenne) 2