La Position des tireurs couchés

1 vote

  • 8/10 Zlatan Gubic est un THP, comprenez un tireur de haute précision à la BRI de Paris. Un sniper de haute volée, toujours calme et froid. Un récent cambriolage suivi d’une prise d’otage dans une banque a démontré, une fois de plus, l’étendue de ses capacités. Il découvre un jour par hasard un homme assassiné sur le périphérique au volant de sa voiture, tué d’une balle en pleine tête alors que l’automobile était en mouvement. Si ses collègues optent dans un premier temps pour un coup de feu émanant d’un véhicule voisin, Zlatan a une tout autre théorie : celle d’une balle décochée par un sniper depuis un immeuble voisin. Pour Zlatan, c’est le début de la fin.

    Il s’agit d’une histoire finalement très simple, à défaut d’être simpliste : l’histoire d’un sniper confronté à l’un de ses pairs pour un mortel jeu du chat et de la souris. Sur le papier, il est vrai que le pitch n’a rien de transcendant. Mais avec ce roman qui pastiche le célèbre roman La Position du tireur couché de Jean-Patrick Manchette, Nils Barrellon signe un opus d’une rare efficacité. La langue sèche et nerveuse mariée à ces chapitres courts et brutaux renforce la dynamique de son roman. Une remarquable course-poursuite entre deux hommes, faite de menaces, de défis et de traquenards. Zlatan est un personnage intéressant et qui attire rapidement l’attention du lecteur : ancien Bosniaque, ses pas ont été entraînés malgré lui dans la danse macabre de la guerre qui a ensanglanté et fracturé sa terre natale. C’est là-bas qu’il a appris les rudiments de l’art du tir avant de devenir un sniper de renom, même si un drame personnel a achevé sa carrière de soldat. D’ailleurs, serait-ce au cours de ce conflit armé que Zlatan se serait créé un ennemi suffisamment retors et rancunier pour se lancer sur sa piste, presque vingt ans plus tard ? Est-ce une vendetta personnelle ? La réponse ne tombera que dans les ultimes pages de ce livre solidement charpenté, égrenant tout du long de nombreuses indications quant à la balistique, chemisé comme une balle et qui touche sa cible en plein cœur. Une grande réussite littéraire de la part de Nils Barrellon, qui amorce son ouvrage par une citation de Jean-Patrick Manchette : « Un bon polar est vite écrit, vite lu, vite oublié ». Pour une fois, ayons l’immodestie de contester la parole de l’un des pionniers du roman noir français : ce roman a peut-être été vite écrit, il est effectivement rapide à lire, mais ses qualités empêchent toute amnésie immédiate à son sujet.

    12/03/2018 à 18:31 El Marco (1469 votes, 7.5/10 de moyenne) 7