Connexions tragiques

Net pas net et chat méchant

1 vote

  • 8/10 William Carvault n’est plus détective privé. Il travaille désormais dans l’immobilier à Bourges, et c’est par un simple concours de circonstances qu’il en vient à mener l’enquête sur un tueur en série assez particulier. Ce dernier séduit ses proies, toutes des femmes au même type physique, en les appâtant sur des sites de rencontres avant de leur mutiler le bras. Saura-t-il comprendre avant la police qui est ce monstre et arrêter son périple funèbre ?

    Voici le deuxième opus de la série consacrée à William Carvault, et l’on retrouve ici tout ce qui fait le charme et la réussite de la plume de Luc Fori. Le récit est alerte, sans temps mort, et l’auteur nous donne à voir une ville ainsi qu’une région qu’il apprécie énormément. L’humour est omniprésent, dans les situations comme dans les répliques, et on se régale de nombreux passages, depuis cette fable imaginée par l’écrivain à propos d’un sourcier aux multiples accrochages verbaux avec la maréchaussée locale en passant des jeux de mots jouissifs. Il y a d’ailleurs dans la prose de Luc Fori une évidente musicalité, probablement due à sa facette de musicien. Parallèlement, l’aspect policier est travaillé et l’intrigue s’avère efficace, avec un assassin retors, adepte d’Adolf Hitler et des sombres chasses menées sur Internet. Au-delà du polar et des moments de franche rigolade, c’est aussi un portrait au vitriol des relations purement numériques, trompeuses et traîtresses, exploitant la naïveté des uns et des unes tout en permettant à des prédateurs d’un genre nouveau de se faire les crocs sur eux.

    Un roman efficace, bien mené, où le cocasse côtoie les ténèbres. Un immense merci à Luc Fori de nous avoir offert un tel cadeau.

    15/05/2023 à 06:46 El Marco (3342 votes, 7.2/10 de moyenne) 3