Le lézard lubrique de Melancholy Cove

(The Lust Lizard of Melancholy Cove)

5 votes

  • 9/10 Deuxième livre de Christopher Moore pour moi après "le coyote". Si j'avais bien aimé ce premier livre, j'ai adoré "le lézard lubrique". J'ai rarement autant ri à la lecture d'un livre. Bien qu'ayant 2 livres en cours de lecture, je vais avoir beaucoup de mal à les finir avant de me jeter sur "l'agneau" que j'ai déjà sous la main, afin de le dévorer tout cru.

    22/05/2017 à 13:21 Grolandrouge (199 votes, 6.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Melancholy Cove, une petite station balnéaire des Etats-Unis. En apparence, une commune sans fièvre aucune, où le banal mois de septembre commence à apparaître. Mais cette fois-ci, il va y avoir du changement en ville.

    De ce roman complètement barré de Christopher Moore, il est vraiment difficile d’en dire plus sans dévoiler la série de catastrophes imaginées par l’auteur. Sur un ton absolument foutraque et enthousiasmant, le lecteur va aller de surprises en surprises, et la faune – humaine – locale est irrésistible. Jugez plutôt. Bess, une femme pendue à qui on a peut-être donné un petit coup de main final. Théo, le policier local, fumeur invétéré de marijuana. Une tenancière de bar dont le corps a été patiemment complété de pièces de métal jusqu’à devenir une femelle Terminator. Valérie, la psychiatre du patelin, qui décide de faire remplacer tous les antidépresseurs prescrits à ses patients par des placebos. Winston, le pharmacien qui ne peut avoir des érections qu’en pensant à des dauphins. Molly, une ancienne actrice de films de série Z, entendant une voix intérieure et vivant dans une caravane. Catfish, un joueur de blues qui cache un bien étrange secret. Cette arche de Noé vous paraît-elle déjà saturée ? Eh bien non, pas tout à fait. Vous auriez bien encore un peu de place pour un lézard géant, rendu mutant par les radiations, particulièrement fâché que Catfish ait un jour tué l’un de ses petits ? Christopher Moore n’est pas seulement un écrivain, c’est également une aventure à lui tout seul. Une imagination débridée, aussi imaginative et corrosive que celle d’un sale gosse qui couche sur le papier ses plus incroyables délires et fantasmes. Le risque était immense, voire presque inéluctable, que cette abondance d’idées décalées devienne une fange stérile, un pathétique bordel, du grand-guignol. Pourtant, l’auteur, par on ne sait trop quel enchantement, nous rend l’ensemble non seulement hilarant mais aussi terriblement efficace. Sur les quelque quatre-cents pages de ce capharnaüm littéraire, tout s’emboîte, au gré des relations interpersonnelles, des conséquences imprévues du moindre geste anodin, et des mécanismes désopilants mis en œuvre par Christopher Moore. On retiendra de nombreuses scènes réjouissantes, comme la tentative ratée d’accouplement entre le lézard géant et le camion-citerne, les pèlerins venus rendre hommage au monstre dans la grotte, son intolérance au lait des vaches qu’il aura dévorées, ou encore ces dialogues burlesques (comme ceux du premier chapitres, où les policiers tentent de savoir si la victime était amish ou mennonite en vertu du fait qu’elle possédait un mixer et des fermeture Éclair sur ses vêtements).

    Un roman sidérant, presque sidéral, assumant la plus saugrenue des déviances, de bout en bout. Une magnifique tranche d’un immense n’importe quoi, porté par le style et la plume décomplexés d’un Christopher Moore en état de grâce… ou sous l’emprise de puissants psychotropes, sachant que le lecteur n’est nullement obligé de consommer les mêmes stupéfiants pour prendre à son tour son pied.

    01/04/2017 à 09:53 El Marco (1397 votes, 7.5/10 de moyenne) 3

  • 8/10 Un roman aussi bordélique qu'inventif qui se dévore le sourire au lèvre. Un concentré d'humour déjanté que je recommande chaudement !

    05/05/2016 à 22:10 OttisToole (270 votes, 7.1/10 de moyenne) 3

  • 8/10 Lorsqu'un dinosaure marin est réveillé par les effluves radioactives d'une fuite de produits toxiques et va ravager une station balnéaire de la côte ouest, on se demande comment vont s'en sortir ses habitants. En fait, plutôt bien. Une imagination débordante pour un roman drôle et délirant, parcouru de personnages tous plus improbables les uns que les autres.

    15/03/2009 à 14:53 Baruch (43 votes, 8.2/10 de moyenne) 2

  • 8/10 chef d'oeuvre d'humour

    14/09/2008 à 22:29 holden (280 votes, 7.9/10 de moyenne) 2