Incarnatio

1 vote

  • 7/10 James Simmons est un écrivain qui a obtenu un immense succès aux Etats-Unis en signant des thrillers mettant en scène Alex Shade, un tueur en série décapitant ses victimes. Soucieux de prolonger sa réussite, il s’exporte en Europe, au point de venir s’installer à Nice. Mais des événements étranges surviennent en très peu de temps : on le retrouve, cataleptique, dans l’immeuble où il vit. Son épouse le dit très perturbé depuis quelques temps. Un homme aux allures de SDF en fuite est aperçu non loin de là grâce aux caméras de surveillance de la ville. Un corps décapité est retrouvé en ville. Un sosie d’Alex Shade qui se montre de plus en plus présent, voire pressant, dans le sillage de l’auteur. Ces histoires ne pourront que s’achever dans le sang.

    Patrick S. Vast s’est d’abord fait remarquer avec des romans mettant en scène des intrigues sobres où les personnages sont broyés par des mécaniques scénaristiques de grande tenue, comme La Veuve de Béthune, Béthune, 2 minutes d’arrêt, Boulogne stress ou Angoisse à louer. Nous ne saurions d’ailleurs trop vous conseiller de consulter nos chroniques au sujet de ces livres. Ici, il attaque le thriller, et de belle manière. Ce qui sidère, c’est le style, et plus exactement le côté cadencé de la structure narrative. Des paragraphes courts, musculeux, nerveux, où, en quelques lignes, plusieurs événements peuvent parfois intervenir. Rarement un tel tempo s’est ainsi imposé au lecteur. Les protagonistent abondent, dont certains retiennent l’attention plus que d’autres : le commandant Moriati, fan de Franck Sinatra, dont l’épouse Edwige est paraplégique suite à une arrestation brutale. Sylvia, la femme de l’écrivain, ne sachant pas si son homme a ou non basculé dans la folie. Ce jumeau d’Alex Shade, inquiétant, dont on apprendra au fur et à mesure des pages les raisons de son trauma originel. Jacques, brigadier, dont l’épouse Agathe est passionnée par le tueur en série de fiction. On retrouve ici les codes du thriller, et les questions traditionnelles, comme : un criminel a-t-il réellement jailli des pages noircies par son géniteur intellectuel ? Des imitateurs sont-ils à l’œuvre ? Y aurait-il une contamination virale, faisant d’individus lambda des monstres ? Patrick S. Vast multiplie rebondissements et fausses pistes, parfois jusqu’au vertige – d’aucuns diront jusqu’à l’excès –, avec de multiples interactions entre les personnages, et même un twist final, inattendu achevant les ultimes lignes du roman sur un dernier coup de hache.

    Dans le fond, l’auteur ne réinvente pas le genre, mais sa faconde et le rythme qu’il imprime à ses lignes sont tels que l’on ne peut qu’être embarqué, voire conquis, par ce livre palpitant.

    29/08/2017 à 19:55 El Marco (1361 votes, 7.5/10 de moyenne) 4