Les Nuits de Reykjavík

(Reykjavíkurnætur)

10 votes

  • 9/10 J'ai été absorbé par ce roman du début à la fin. On retrouve Erlendur dans ses premiers pas de jeune policier avec son originalité de caractère déjà formée! Il est irrépressiblement attiré par d’autres disparus, ceux de la ville. Sans surprise, il décide de faire cavalier seul pour découvrir comment est mort Hannibal, ce clochard côtoyé lors de ses rondes. Rien de sensationnel dans les rebondissements et pourtant, le lecteur ne sera privé ni de surprises ni de logique implacable, jusqu’au dénouement... Tristement mais profondément humaines sur le fond avec beaucoup de maîtrise sur la forme. Bravo!

    22/09/2017 à 17:45 amaru96 (218 votes, 8/10 de moyenne) 4

  • 3/10 J'ai décidément un problème avec le style de cet auteur. Comme pour "La muraille de lave", on se retrouve avec un style très froid, monotone, répétitif et poussif, on n'en voit pas le bout. Les personnages sont ternes, peu attachants. L'enquête avance à la vitesse d'un cheval mort. L'intrigue n'est pas plus intéressante. J'en resterai là pour cet auteur.

    13/09/2017 à 05:41 Grolandrouge (183 votes, 6.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Toujours un plaisir de suivre les aventures d'Erlendur, même si ce n'est pas en tant que commissaire car l'auteur nous offre la première enquête de son commissaire fétiche. Ici, Erlendur mène une enquête à titre privé sur une noyade présumé. Entre avancé de l'enquête et patrouilles nocturnes dans les rues de Reykjavik. Indridason nous dépeint les premières années dans la police d'Erlendur, entre intervention banale, violence conjugale, accident de la circulation et autres fait divers. L'Erlendur opiniâtre et déterminé pour faire apparaître la vérité prend naissance sous nos yeux, dans une intrigue efficace. Une réussite, qui nous révèle un peu plus de la rencontre entre Erlendur et Marion Briem (déjà effleurer dans son roman Le Duel)

    27/09/2016 à 19:33 bidibule (184 votes, 8/10 de moyenne) 5

  • 9/10 J'avais un peu peur avant de commencer ce roman, après avoir lu toutes les enquêtes (éditées en france) d'Erlendur, que l'idée de nous faire suivre une enquête (avant qu'il n'intègre la criminelle) soit une fausse bonne idée ; mais j'ai la confirmation qu'Indridason est un fabuleux écrivain. Il décrit habilement la psychologie de son héros, qui nous apparaît dès sa première véritable enquête (menée sur son temps privée) d'une ténacité sans égale. Au final donc, un excellent Indridason qui n'a pas son pareil pour rendre une enquête, de prime abord banale, passionnante. La lecture est d'une fluidité sans égale (le traducteur n'y est sans doute pas pour rien) et l'atmosphère Islandaise décrite par Indridason rend ses romans atypiques et poétiques.

    25/01/2016 à 14:05 ericdesh (415 votes, 7.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 On pourrait croire qu’avec ce 13e opus dédié à Erlendur, Indridason s’expose à l’usure, usure de son écriture, de son imagination, usure du lecteur.
    Il n’en est rien. L’écriture ne cesse de s’améliorer pour atteindre des sommets qui font d’Arnaldur Indridason un des grands écrivains contemporains. L’intrigue, minimale au départ, permet à la fois d’aborder la personnalité déjà complexe et torturée d’Erlendur mais aussi les changements que connaît l’Islande dans les années 70, la place des SDF à Reykjavik, celle des femmes (un thème de nouveau abordé après La Rivière noire notamment), et celle de l’alcool dans la société islandaise (cela m’a d’ailleurs beaucoup frappé)... et de multiplier les fausses pistes.
    C’est toujours poétique, beau, admirablement bien écrit.
    Chapeau bas à Indridason pour ce nouveau roman aux qualités nombreuses.

    17/12/2015 à 20:36 LeJugeW (805 votes, 7.5/10 de moyenne) 7

  • 9/10 Une très bonne idée de nous faire découvrir les débuts d'Erlendur dans la police, en tant que simple flic en uniforme. Il mène dans ce roman une enquête à titre privé, pendant ses heures de repos, pour en savoir plus sur la mort d'un clochard qui n'avait jusque là inquiété personne. Et Erlendur, obstiné, se met à creuser, à creuser, au sens figuré mais aussi au sens propre. Il trouvera bien sur la clé de l'enigme et cela lui ouvrira les portes de la Criminelle. Lecture indispensable pour les fans. (Livre lu sous format audio).

    09/10/2015 à 09:21 gamille67 (946 votes, 7.2/10 de moyenne) 6

  • 9/10 Première expérience Indridasonesque, qui m'a fait comprendre que ce ne serait pas la dernière.
    Découverte du personnage d'Erlendur à ses débuts, avec déjà son obsession pour les disparitions, son incapacité à s'investir dans la "vie normale", cette passivité dans l'action, ce don pour faire parler ses interlocuteurs grâce à son opiniâtreté et ses silences.
    L'histoire pouvant paraître quelque peu banale révèle une profondeur triste et envoûtante au fil de cette errance dans les rues d'une ville étrange, que l'on voit à travers les yeux à la fois de ce jeune agent et de ses sans-abri au quotidien fait d'alcool et de souvenirs douloureux.

    10/09/2015 à 23:13 breizhailes (16 votes, 8.6/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Par ce roman Indridason nous fait toucher du doigt la misère et la pauvreté qui hantent les rues de Reykjavik dans les années 70. Nous découvrons aussi dans ce roman, un jeune Erlendur, un peu taciturne, mais l'on sent déjà poindre son opiniâtreté et son obstination à connaître la vérité.
    Une très belle réussite que ce voyage dans le temps.

    28/06/2015 à 21:52 janjak (432 votes, 8/10 de moyenne) 4

  • 8/10 1974,Reykjavik,un clochard est retrouvé noyé,le dossier est rapidement classé sauf pour un jeune flic débutant:Erlendur.
    Pour mon 1er Indridason je ne peux pas dire que j'ai été spécialement emballé par une intrigue classique.
    Par contre j'ai véritablement vraiment accroché sur Erlendur. un perso,qui en plus pour moi vu que je n'ai pas de point de comparaison,ne donne pas encore sa pleine mesure.il est tenace,patient,psychologue dans son boulot et à la fois hermétique et peu ouvert à ce qui l'entoure dans le privé.
    c'est fluide,on alterne récit de patrouille de nuit et avancées de l'enquête,mélancolique et tranquille.
    j'ai apprécié cette pause,cette respiration et je reviendrais vers Erlendur c'est une certitude

    23/06/2015 à 17:52 Fab (376 votes, 8/10 de moyenne) 4

  • 9/10 Parfaite illustration de l'entêtement et l'obstination d'Erlendur qui trouve sa voie dans les enquêtes policières... L'intrigue est bien construite et on a plaisir à découvrir les débuts d'Erlendur : comment ses obsessions se mettent en place, les choix privés et professionnels qu'il fait... Autant, "Etranges Rivages" fermait la boucle, avec cet opus on commence à la tracer : pleins feux sur le caractère de notre enquêteur, intelligent, perfectionniste, instinctif mais taciturne, triste et rongé par la culpabilité et les regrets.

    30/04/2015 à 14:24 Alice (263 votes, 7.5/10 de moyenne) 6